IT BtoB European Collaborative Webzine for leaders

VMWare valide le rachat d’Amosdec par Avnet

publié le mercredi 18/05/2011

Serge Aziza, pdg et fondateur d’Amosdec, le principal Vad français dédié à l’offre de virtualisation de VMWare, explique à CBP pourquoi il a - finalement -cédé aux chants des sirènes anglo-saxonnes. Lui et ses deux associés vendent leur entreprise au grossiste IT américain Avnet, qui signe ici sa 10e acquisition en un an, dont celle du Vad Bell Micro. Une transaction validée par VMWare, car elle accélère la restructuration de son réseau de grossistes IT en Europe.

 

 

Au nez et à la barbe de ses principaux concurrents IT, dont Arrows, Comstor et Tech Data, qui n’ont jamais caché à Serge Aziza leur intérêt pour son entreprise. Ce dernier nous avait affirmé en avril 2010 que « tant que l’équipe dirigeante d’Amosdec prendra du plaisir à bien faire ce qu’elle fait, elle n’a aucune raison de céder l’entreprise ou de passer la main ». La situation a donc changé un an après, sans doute en raison du montant très élevé du chèque signé par Avnet pour acquérir ce fleuron de la distribution française.

 

VMWare ne conservera que 4 grands grossistes IT en Europe…

Serge Aziza reconnaît que « le montant offert par Avnet est supérieur à celui de ses concurrents, mais ce n’est la seule raison qui nous a décidé d’opter pour son offre ». Il explique qu’il continue à prendre du plaisir dans la direction d’Amosdec, qu’il accompagnera encore quelques années, à la demande d’Avnet, mais que la donne a changé. « VMWare poursuit sa stratégie de regroupement de ses distributeurs en Europe, avec pour objectif de n’en conserver qu’environ quatre d’ici deux ans ». Le dirigeant a donc opté pour la vente en 2011, plutôt que d’attendre l’échéance fatidique, et de prendre ainsi le risque ne plus répondre aux attentes de VMWare.

 

… et adoube Avnet

Selon lui, tôt ou tard, « VMWare ne pourra s’empêcher de penser que ses logiciels deviennent des produits de commodité ». Il sera alors tenté de baisser les marges de Vad comme Amosdec. L’éditeur a donc aussi toutes les raisons de faciliter le mariage des deux modèles de distribution IT qui composent son réseau. De ce fait, Serge Aziza confirme qu’il a invité tous les repreneurs potentiels, dont Avnet, qu’il ne s’était pas encore identifié comme tel avant fin 2010, à valider leur proposition d’acquisition avec VMWare au préalable.

 

Un choix industriel stratégique pour Avnet

Serge Aziza explique que s’il a choisi Avnet, qui est arrivé parmi les derniers dans le cycle de négociation, « c’est parce sa direction nous a fait comprendre que le rôle d’Amosdec était stratégique pour réussir son déploiement en France ». Ce grossiste IT américain a probablement tenu le même discours aux actionnaires du Vad Bell Micro Products, également présent en France… Quoi qu’il en soit, Avnet a aussi garanti aux actionnaires d’Amosdec qu’il ne touchera pas à son modèle à valeur ajoutée. « Au contraire, nous les aiderons à les étendre dans d’autres pays d’Europe, voire à réaliser d’autres acquisitions de Vad », précise Serge Aziza.

 

Le mariage des grossistes IT volumistes et des Vad est inéluctable

Une démarche inévitable pour Serge Aziza, qui se dit persuadé que « La rencontre est inéluctable entre des Vad comme Amosdec et des grossistes IT volumistes tels que Tech Data et Avnet, qui ont certes bien réussi, mais qui ne sont pas toujours capables de détecter et développer de nouvelles technologies capables de révolutionner l’IT, ce qui est toujours la force de Vad comme Amosdec. Le rapprochement de ces deux modèles est donc plus que jamais une nécessité dans notre écosystème ».

 

Amosdec poursuit sa croissance à deux chiffres grâce à Netapp

Amosdec a enregistré une forte progression de son chiffre d’affaires en 2010 avec 70 ME facturés (non Gaap), contre 43,8 ME en 2009. L’année dernière, ce Vad a réalisé 13 ME rien que sur Netapp, contre seulement 2 ME l’année précédente ! Ce Vad a aussi vu croître fortement son chiffre d’affaires sur Veem, un éditeur spécialisé dans la virtualisation. Serge Aziza précise qu’il a réussi a dégagé une bonne marge brute. Il vise désormais 85 ME pour 2011.

 

La conclusion de la transaction, qui doit encore être approuvée par les autorités de réglementation, est prévue pour juin 2011. Cette acquisition devrait permettre de réaliser l’objectif de rendement des capitaux d’Avnet de 12,5 % en deux ans. Une fois l’acquisition terminée, Amosdec sera intégrée au sein d’Avnet Technology Solutions EMA, leader de la distribution de solutions informatiques.

 

Avnet démarre bien 2011, sauf en Europe

Cette acquisition survient alors que la situation financière globale d’Avnet s’est encore améliorée en ce début d’année 2011. Par exemple, ce Vad annonce pour son troisième trimestre 2010-2011, clos fin mars, une progression de 32% de son bénéfice net à 151 M$ (Gaap).

La croissance d’Avnet Technology Solutions, son pôle en charge de l’IT, est toutefois moins élevée. Son revenu pro forma a crû de 13,2% sur la période à 2,747 Md$, tiré par les ventes de serveurs et de produits de stockage, contrairement à sa marge opérationnelle, qui a chuté elle de 58 points de base, suite à ses huit acquisitions en 2010, dont celle du Vad Bell Micro en juillet. Par ailleurs, son chiffre d’affaires est en recul de 2,9% sur la zone EMEA à 847 M$.

Moyenne: 5 (1 vote)
Réseaux sociaux :
Twitter Facebook Google LinkedIn

Autres articles sur le même sujet :

Mots clefs :