IT BtoB European Collaborative Webzine for leaders

VMWare pourra-t-il se passer de Windows ?

publié le mardi 03/05/2011

Paul Maritz, pdg de VMWare, s’est déplacé le 3 mai à Paris pour présenter à ses clients français sa vision du Cloud et les nouvelles offres de son groupe. Le patron du leader mondial de la virtualisation estime que le secteur IT évolue vers une ère post PC. « Nous ne pouvons plus affirmer avec certitude que le PC est le terminal que les clients utiliseront par défaut, voire même qu’ils emploieront encore Windows ». Il estime que le système d’exploitation de Microsoft jouera un rôle probablement moins central dans l'offre de VMWare dans les années à venir.

 

 

CBP (Channelbp.com) : Qu’est que le Cloud pour VMWare en 2011 ?

Paul Maritz, pdg du fournisseur VMWare, le leader mondial de la virtualisation des serveurs et PC : Pour VMWare, le point important à prendre en compte dans le Cloud n’est pas tant où réside l'informatique du client, que comment il la fait fonctionner, et à quels coûts, d’où l’importance de son automatisation. Peu importe que le système d’informations soit encore internalisé ou pas chez nos clients. D’ailleurs, un nombre significatif d’entreprises opteront pour des clouds hybrides, combinant leurs infrastructures existantes et des offres extérieures. Nous travaillons donc avec des fournisseurs de services et des intégrateurs qui se sentent impliqués dans la proposition de valeur de VMWare, pour leur faire la meilleure offre possible.

 

Considérez-vous que vos Var et intégrateurs sont suffisamment bien formés et efficaces dans la promotion de votre Cloud ?

Si nous considérons uniquement les Var traditionnels, j’estime que VMWare doit encore encore faire évoluer leurs formations sur nos offres cloud. Nous nous devons d’investir dans la formation du channel dès qu’une nouvelle technologie apparaît.

 

Lors de votre conférence, vous avez cité Bill Gates en disant que l’on assiste au début de la fin du PC, pourquoi ?

Car, le secteur IT évolue vers une ère post PC. Désormais, nous ne pouvons plus affirmer avec certitude que le PC est le terminal que les clients utiliseront par défaut, voire même qu’ils emploieront Windows. Je constate également que le PC n’est plus l’élément central de l’offre IT, comme en témoigne par exemple les ventes records de l’Ipad d’Apple et des smartphones. Enfin, je remarque que dans le nouveau business IT, les clients ne pensent plus non plus en termes de documents. Fort de ces constats, je prédis l’apparition de nouvelles applications qui ne seront plus documents centriques.

 

VMWare peut-il se passer de Microsoft Windows, sachant que, depuis sa création, l’essentiel de son offre réside dans la virtualisation des serveurs tournants sous ce système d’exploitation ?

Ce n’est pas à VMWare de décider si Windows est central à son offre. Notre portfolio de solutions en virtualisation s’inscrit actuellement toujours dans un monde IT très orienté Windows, mais dans une deuxième phase, notre offre le sera de moins de moins, surtout après l’avènement de nos projets Horizon et MVP, qui est un téléphone virtuel que nous développons à Grenoble. Quant à Horizon, il s’agit d’un jeu d’outils que les DSI pourront utiliser. C’est la première étape d’un voyage vers des applications libres d’OS et accessibles en mode Saas.

 

Microsoft est-il compétitif désormais dans la virtualisation face à VMWare ?

Microsoft est surpris du temps qu’il lui a fallu pour être crédible dans le monde de la virtualisation, y compris sur sa propre offre, preuve que l’argent et les positions acquises ne sont pas toujours suffisantes pour s’imposer sur ce marché. Microsoft est toujours une grande société qui a les moyens et les ressources pour évoluer dans cet univers.

 

Microsoft est-il donc devenu un rival crédible ?

Etant les plus anciens dans la virtualisation de l’écosystème Microsoft, VMWare doit toujours innover pour conserver son  avance, y compris face à Microsoft. Dès 2010, nous avons largement étendu la signification de ce qu’est et recouvre la virtualisation. Par exemple, l’automatisation des data centers est devenue une activité en fort développement chez VMWare.

 

Que pèsent les PME dans le chiffres d’affaires de VMWare en 2011 ?

Les PME représentent un peu plus de 50% du chiffre d’affaires de VMWare sur des affaires de moins de 50 000 dollars. Nous voulons être très présents sur ce segment, face notamment à Microsoft qui dispose d’une offre très large dans ce secteur. Nous avons donc créé des offres très agressives sur les plans commercial et technique, autour de Vblock notamment, pour conquérir des parts de marché dans les PME.

 

Pensez-vous que les dépenses IT des entreprises ont redémarré ?

Le marché IT a redémarré en termes de dépenses des entreprises, même si le niveau de progression est encore faible, quoique significatif en 2010, comme en témoigne les bons résultats de VMWare l’année dernière.

Moyenne: 5 (1 vote)
Réseaux sociaux :
Twitter Facebook Google LinkedIn

Autres articles sur le même sujet :

Mots clefs :