IT BtoB European Collaborative Webzine for leaders

TAS Group ouvre un 2e data center à Sophia Antipolis

publié le jeudi 06/07/2017

L’équipementier électrique Schneider Electric a aidé l’éditeur italien TAS Group dans la création à Sophia Antipolis de son 2e data center de 500 m².

 

Lancée en septembre 2016, la première phase du nouveau data center de TAS France est opérationnel depuis avril 2017. La salle informatique occupe aujourd’hui 50 % des 500 m² du site et compte 99 baies pour une puissance totale de 227 kW. « Le dynamisme du tissu économique local a été un facteur de développement important. Nous avons souhaité étendre notre rayonnement au-delà de la région PACA en nous appuyant sur des infrastructures de pointe et en proposant à nos clients une offre d’hébergement dans un datacenter intégrant des technologies innovantes » souligne Francesco de Simoni, directeur de TAS Group en France (en photo).

 

TAS Group, éditeur et intégrateur italien de logiciels de paiements bancaires et de gestion des flux financiers, a fait figure de pionnier en 1997 sur la Côte d’Azur à Sophia Antipolis en proposant très tôt des activités d’hébergement. En 20 ans, son offre d’infogérance et de services managés s’est bien développée puisque cette activité représente aujourd’hui les 2/3 de son parc.

 

Un data center modulable avec un PUE cible de 1,28

En avril 2016, TAS lance une consultation avec un cahier des charges mettant l’accent sur deux axes prioritaires : l’optimisation de l’espace disponible et le rendement énergétique pour réduire les coûts d’exploitation. Consulté sur le projet, Schneider Electric lui propose un data center reposant sur 3 phases de déploiement, pour répondre à une montée en charge progressive, et sur des solutions de gestion de l’énergie innovantes garantissant un faible PUE. Pour le nouveau data center de TAS Group, deux groupes de production de froid d’une capacité de 290 kW basés sur la technologie de free-cooling, utilisant l'énergie de l'air et placés à l’extérieur, ont été retenus.

 

« Les coûts de refroidissement représentent près de 40 % de la facture énergétique d’un datacenter. C’est un poste clé à travailler pour augmenter l’efficacité énergétique. Le surdimentionnement des salles est un autre facteur de surcoût non justifié. C’est pourquoi nous proposons une approche modulaire de déploiement des datacenters qui accompagne nos clients dans leurs phases de croissance. En travaillant sur ces deux axes, nos solutions permettent une baisse considérable des OPEX » précise Pascal Rival, responsable commercial projets datacenters chez Schneider Electric en France.

 

La climatisation est assurée par les solutions InRow, permettant d‘insérer le refroidissement entre les baies au plus près de la source de chaleur. Le confinement en allée chaude évite que l’air chaud ne soit redistribué dans l’ensemble de la salle. Par ailleurs, les contrôles intelligents des unités InRow régulent activement la vitesse de ventilation et le flux réfrigérant en fonction de la charge thermique émise par les équipements informatiques permettant jusqu’à 30 % d’économies d’énergie. Ainsi équipé, le data center de TAS France vise un PUE global, assez optimiste, estimé à 1,28 à 100 % de l’exploitation.

 

Olivier Bellin

bellin@channelbp.com 

#CBPMagazine, #BellinCBP, #GUIDEDUCLOUD

 

Moyenne: 3 (1 vote)
Réseaux sociaux :
Twitter Facebook Google LinkedIn

Autres articles sur le même sujet :

Mots clefs :