IT BtoB European Collaborative Webzine for leaders

Syntel accélère l’offshore en Inde et la présence d’Atos aux Etats-Unis

publié le lundi 23/07/2018

L’ESN française déboursera 3,4 milliards de dollars pour Syntel, un important intégrateur IT indien qui développera ses services IT offshore en Inde et sa présence aux Etats-Unis…, comme sa concurrente Capgemini suite au rachat d’iGate en 2015. Désormais, les deux ESN françaises totalisent chacune environ 13 MdE de chiffre d’affaires.

 

Atos persiste et signe dans ses grandes acquisitions, malgré les échecs de ses OPA en France sur le fabricant de cartes à puce Gemalto fin 2017 et sur l’ESN Steria en 2014. Le rachat de Syntel est une nouvelle acquisition internationale majeure pour l’ESN française, qui en a réalisé plusieurs ces dernières années (Bull, Siemens IT Solution and Services, Unify, Xerox ITO), mais essentiellement en Europe. Fondée en 1980 par Bahrat Desai en Inde, l’ESN est un concurrent d’autres grandes sociétés de services IT locales, du type Infosys, Tata Communications, etc.

 

Une percée importante d’Atos sur le marché américain

Toutefois, Près de 5000 de ses 23 000 collaborateurs sont basés depuis 1997 aux Etats-Unis, pays où Syntel a généré 89% de ses 924 millions de dollars de chiffre d’affaires en 2017. Cette transaction permettra à Atos de renforcer son profil de rentabilité et sa modeste clientèle en Amérique du Nord, comme le confirme Thierry Breton, PDG d’Atos : « La très forte complémentarité entre Atos et Syntel en termes d’offre de services, de clients et de géographies nous permettra d’accroitre considérablement notre présence en Amérique du Nord et d’accélérer la transformation digitale des clients de Atos dans le monde ».

D’ailleurs, Atos réalise l’acquisition de Syntel, dont le siège américain est basé au Michigan, sous forme d’une fusion de droit américain (One-step Cash Merger). Le 20 juillet 2018, le conseil d’administration de Syntel a apporté son soutien unanime à l’opération. Les actionnaires de cette ESN s’engagent aussi à apporter au moins 51% des actions Syntel en circulation à Atos.

 

Atos se renforce en Inde…

Les deux sociétés de service IT disposent d’une très grande complémentarité en termes d’activités, de clients et d’implantations géographiques, en Inde par exemple. « Cette opération renforce considérablement le profil de croissance de notre division Business & Platform Solutions, sa rentabilité, sa plateforme en Inde et ses synergies de coûts et de revenus », précise Thierry Breton, PDG d’Atos.

Effectivement, Syntel possède déjà 3 grands centres de développement IT en Inde, lesquels ont ouvert successivement dès 1992. Selon Atos, « Syntel offre un environnement « offshore » attractif avec des campus de calibre mondial en Inde, assurant un accès à un vivier de talents de plus de 18 000 employés ». L’ESN précise également que le recours massif à une plateforme offshore indienne de premier plan « permet à Syntel de générer des marges parmi les plus élevées sur l’activité B&PS à travers des processus d’industrialisation très performants ».

 

… et prévoit d’optimiser la répartition offshore/onshore de son personnel

Une réorganisation des effectifs est donc prévue chez Atos…, qui entend « bénéficier d’améliorations opérationnelles tangibles, notamment en optimisant la répartition « offshore » / « onshore » de notre personnel, en profitant de la plateforme « offshore » existante de Syntel et de son savoir-faire en matière de gestion de talents ».

Depuis l’acquisition en 2015 de l’activité infogérance ITO de Xerox, dont près de la moitié des 9 500 salariés sont externalisés, la part de l’offshore avoisine les 30% dans les effectifs d’Atos. Par comparaison, Capgemini, sa grande rivale, emploie déjà presque 100 000 personnes en offshore, dont plus de 85% en Inde, soit plus de la moitié (54%) de ses effectifs…

 

Une réponse à l’acquisition par Capgemini d’iGate

D’ailleurs, le rachat de Syntel par Atos peut être vu comme une réponse à l’acquisition en 2015 pour 3.6 Md$ d’iGate par Capgemini. En effet, cette ESN indo-américaine recourt elle aussi massivement à l’offshore. 27 000 de quelques 33 000 salariés d’iGate travaillent dans des pays à faible coût de main-d’œuvre, dont l’Inde, pays de ses 3 créateurs. Et suite à cette acquisition, Capgemini réalise désormais plus de 30 % de son chiffre d’affaires en Amérique du Nord, région qui devient ainsi le principal contributeur à son chiffre d’affaires. Ajoutons que le rachat de Syntel permet à Atos de faire jeu égal avec Capgemini. Les deux ESN françaises totalisent chacune environ 13 MdE de chiffre d’affaires.

 

Syntel renforce la division Business & Platform Solutions d’Atos

Les activités de Syntel renforcent de manière significative l’offre de la division Business & Platform Solutions d’Atos. Syntel lui apporte de nombreux experts matière de réseaux sociaux, de solutions Mobile, d’analyse de données, de Cloud et d’Internet des Objets.

Ce surcroit de nouveaux services et débouchés permettra à l’ESN de compenser la stagnation de son activité historique, « Infrastructure & Data management », division qui se transforme lentement et qui représentait toujours plus de la moitié de ses 12,69 milliards d'euros de revenus en 2017. Rappelons également que les revenus issus de la « Digital Transformation Factory » d’Atos pesaient 23 % de son chiffre d'affaires en 2017, contre 13 % un an auparavant.

 

L’acquisition de Syntel sera financée par un emprunt bancaire obtenu auprès de BNP Paribas et J.P. Morgan. Il sera utilisé pour financer le montant en numéraire de la transaction, ainsi que le refinancement de la dette existante.

 

Olivier Bellin

bellin@channelbp.com,

#CBPMagazine, #BellinCBP, #GUIDECLOUD

Moyenne: 5 (1 vote)
Réseaux sociaux :
Twitter Facebook Google LinkedIn

Autres articles sur le même sujet :

Mots clefs :