1st European collaborative IT BtoB webmagazine

Syntec Numérique veut aider les autres industries à gérer leur transformation digitale

publié le lundi 05/02/2018

Les technologies numériques envahissant tous les secteurs de l'économie, le Syntec Numérique espère aider les autres industries à gérer leur transformation digitale. Ce syndicat veut les faire bénéficier de son expertise dans les projets liés aux nouvelles technologies.

 

Magazine CBP (www.channelbp.com) : Pourquoi militez-vous désormais en faveur de la création en France d'un organisme plus représentatif des différents métiers du Numérique ?

Godefroy de Benzemann, président de Syntec Numérique, un syndicat des professionnels du Numérique, et co-président de l'ESN Devoteam : Si un organisme représentatif comme le Syntec Numérique ne se réforme pas, il risque de disparaître petit à petit compte tenu des challenges auxquels notre industrie est confrontée. Il est temps de repenser la façon dont le Syntec Numérique travaille non seulement avec les quelques 2000 adhérents de son écosystème IT, mais également avec les autres organisations professionnelles concernées par le digital en France. D'ailleurs, pourquoi ne pas créer aussi un espace de réflexion plus large autour du Numérique, ainsi qu'une nouvelle manière de travailler.

 

Qu'est-ce que le Syntec Numérique pourrait apporter concrètement aux autres organisations professionnelles concernées par le digital ?

Le Syntec Numérique a été confronté avant elles aux transformations disruptives liées à l'introduction du Digital dans nos organisations et processus. Nous pouvons aider les adhérents de ces organisations professionnelles, en leurs fournissant par exemple des modèles de convention et les différents services (financement, assurances, etc.) développés pour nos adhérents. Le Syntec Numérique peut aussi les faire bénéficier de son expertise dans les projets de transformation digitale liés aux nouvelles technologies.

 

N'est-ce pas déjà un peu le rôle du CNnum ?

J'espère que le CNnum va adresser ces sujets... même s'il a abordé essentiellement des sujets sociétaux pour l'instant.

 

Pensez-vous que les organisations professionnelles des autres industries sont demandeuses ?

C'est probable. Je suis étonné de voir que certains représentants d'autres branches professionnelles n'ont pas encore compris que des nouvelles technologies vont disrupter en profondeur leurs industries. Et la circulation des données va aider à leur développement, et non le contraire. Je les encourage à ne pas travailler seuls pour sensibiliser le Gouvernement.

 

D'ailleurs, est-ce le gouvernement qui encourage, à nouveau, les syndicats et organisations professionnelles de l'IT à se regrouper pour être plus représentatifs ?

Non. Le Gouvernement estime que le Syntec Numérique l'est déjà puisque notre organisation représente environ 80% des professionnels du Numérique en France. Nous regroupons quelques 2000 adhérents en 2017, chiffre à comparer avec les 280 membres de Tech In France (ex Afdel) par exemple. En outre, le Syntec Numérique n'aborde pas les mêmes sujets que Tech In France ou France Digital. Cela dit, nous serons ravis de collaborer avec eux. Le Syntec Numérique peut également travailler avec la fédération Syntec.

 

Où pourriez-vous fédérer toutes ces organisations professionnelles ?

Nous pourrions créer un lieu commun, du type Ecole 42, où nous pourrions nous rassembler et échanger.

 

Olivier Bellin

bellin@channelbp.com

#CBPMagazine, #BellinCBP, #GUIDEDUCLOUD

Autres articles sur le même sujet :

Mots clefs :