IT BtoB European Collaborative Webzine for leaders

SAP investit dans la mobilité et les SGBD en achetant Sybase

publié le vendredi 14/05/2010

L’éditeur allemand SAP a annoncé le 12 mai l’achat de Sybase, quatrième vendeur de logiciels pour terminaux mobiles et bases de données, en indirect notamment. Cette acquisition devrait lui permettre de réduire sa dépendance vis-à-vis d’Oracle dans les bases de données. Sap pourra également le concurrencer avec les logiciels de Sybase iAnywhere dans la gestion des données et la sécurisation des terminaux mobiles.

 

 

Un rachat au prix fort, puisque le premier éditeur européen déboursera quelques 5,8 milliards de dollars, financés en partie par un prêt de 2,75 milliards d'euros. Mais Sybase possède des actifs à faire valoir, dont un réseau de distribution à deux étages (Silver et Gold) depuis fin 2008, qui est complémentaire semble-t-il de celui de Sap.

 

En France, Sybase travaille avec une vingtaine de Var spécialisés (Neotilus, Nomad Consulding, etc.), d’intégrateurs (Econocom, Orange Business Services), d’ISV et de SSII (Accenture, CapGemini, EDS). Toutefois, une partie significative de son chiffre d’affaires semble toujours réalisée en direct avec des fournisseurs tels qu’Alcatel-Lucent, HP, IBM, Sun, etc.

 

Cet éditeur américain réalise aussi 290 M$ de bénéfices pour un CA de 1,17 milliard $, dont 400 millions dans les logiciels de base de données, 570 millions sur les services associés et 197 millions dans les solutions mobiles avec Sybase iAnywhere. Cette dernière activité, qui pèse 30 % de son chiffre d'affaires total de Sybase, est prometteuse, car elle enregistre la plus forte croissance chez cet éditeur. En France, elle est pilotée par Jean-Luc Leverge, le directeur commercial d'iAnywhere France. En 2009, son objectif était de porter l'indirect de 80 % à près de 100 % de son chiffre d'affaires.

 

Selon SAP, Sybase continuera d’opérer comme une entité autonome. Son acquéreur indique vouloir supporter tant ses roadmaps produits que celles de Sybase. Il s'agit de la seconde plus grosse opération financière de rachat conduite par SAP après le rachat de Business Objects en 2007.

Moyenne: 5 (1 vote)
Réseaux sociaux :
Twitter Facebook Google LinkedIn

Autres articles sur le même sujet :

Mots clefs :