IT BtoB European Collaborative Webzine for leaders

Réflexion sur le terme data-driven

publié le mercredi 11/09/2019

Vous le lisez partout, vous l’entendez, vous l’utilisez, on vous l’a demandé… seulement, avons-nous tous la même compréhension de cette expression ?

 

Nous pourrions remplacer cette expression par « organisation et culture d’entreprise centrée autour du couple produit-individu ou service-individu ».

 

Ainsi, l’entreprise data-driven est une entreprise qui définit sa stratégie, son organisation et ses process internes en unifiant ses services et produits avec l’ensemble des données personnelles corrélées à ses clients et prospects.

 

Toutefois, nous avons les pieds dans l’ère industrielle et la tête dans l’ère numérique. L’ère d’industrielle est synonyme de création de valeur par le produit, se résumant assez grossièrement à l’avènement de la société de consommation, donc l’avènement du produit. L’ère numérique est synonyme de « focus sur l’individu ».

 

La concrétisation de la société de consommation réside dans le lien entre l’individu et le produit, puisque nous essayons toujours de faire le meilleur produit pour nos clients. Néanmoins, ce lien ne se reflète pas dans l’organisation des entreprises au cours des vingt dernières années. En effet, aujourd’hui, l’entreprise n’est pas organisée pour penser et servir constamment le couple produit-individu. Elle est pensée et organisée pour créer le produit avant toute chose.

 

Prendre une orientation data-driven n’est éminemment pas uniquement un sujet organisationnel mais aussi un sujet technologique. Si cette dernière est incapable de concrétiser un tel enjeu, alors ce modèle data-driven reste un leurre.

 

Vous êtes motivés et courageux, puisque malgré l’enjeu que représente la transformation data-driven, vous vous y jetez à corps perdu et selon vos habitudes. En effet, vous raisonnez à partir de l’existant alors que le modèle data-driven de votre entreprise n’existe pas. Dans les faits, vous devriez le penser à partir du néant : compliqué. Cependant, il vous faut avancer tout de même puisqu'on vous l’a demandé, puisque c’est la mode… plus sérieusement, parce que c’est une question de survie pour l’entreprise.

 

On parle d’anonymisation… sous couvert du RGPD !

En conséquence, vous lancez vos projets à partir de vos outils, tels que la refonte du site web, le changement des applicatifs, une évolution vers le cloud public (aie !) et puis, bien marketé mais dans un coin, un data lab, qui est en fait un « bac à sable », avec bien sûr, une solution de MDM, à la mode aussi. Dans ce coin Big Data, on parle, entre autres, d’anonymisation… sous couvert du RGPD ! Quel micmac d’incompréhensions ce RGPD, générant bon nombre de quiproquos, donc des mauvaises décisions prises pour respecter de fausses contraintes.

 

C’est tout de même singulier de vouloir devenir une entreprise data-driven en anonymisant les données de ses clients et prospects. Ah oui, mais c’est pour votre BI, évidement. En fait, cela revient à dire que la transformation de votre entreprise se fait selon vos contraintes et non selon vos objectifs : dangereux.

 

Donc résumons, vous faites comme tout le monde, une transformation que vous pensez réellement digitale bien qu’elle ne le soit qu’en surface, et, encore et toujours silotée.

 

Vous donnez le meilleur de vous-même. Vous croyez en votre résultat. Vous allez être déçu. Il y aura quelques résultats par service mais l’organisation data-driven ne sera pas.

 

Pour l’avenir de votre entreprise : risqué.

 

Une fois que nous avons partagé tout cela, alors que faire ? Il faut vous faire accompagner pour construire votre modèle data-driven et choisir une solution technologique qui soit le cerveau central de l’exploitation de vos données, connectée à votre SI, sans contrainte.

 

Anne Desmettre, PDG de Black Tiger

Moyenne: 5 (3 votes)
Réseaux sociaux :
Twitter Facebook Google LinkedIn

Autres articles sur le même sujet :

Mots clefs :