IT BtoB European Collaborative Webzine for leaders

Qui rachètera Telecity finalement ?

publié le mardi 19/05/2015

Equinix, le leader américain de l’hébergement neutre, joue les troubles-fêtes dans le mariage de TelecityGroup et Interxion, les deux leaders européens du secteur de la colocation. Il propose de racheter Telecity pour 3.5 Md$ (2.3 Md£).

 

L'hébergeur britannique TelecityGroup a confirmé le 8 mai avoir été approché par Equinix, le géant américain de l’hébergement neutre. Ce dernier propose de le racheter pour 2.3 Md£ (3.5 Md$) en cash et par échange d’actions. Ce montant est supérieur à celui que lui proposait l'hébergeur battave Interxion en février 2015. Equinix a jusqu’au 4 juin 2015 pour finaliser sa proposition.

 

Une bataille de géants

Si ce mariage voit le jour, Interxion risque de se retrouver dans une position délicate. En effet, cette nouvelle entité anglo-américaine pourrait devenir le premier acteur européen de l'hébergement sur le papier. Pourtant, cet hébergeur battave est lui-même un poids lourds du secteur. Interxion totalise en effet 39 data centers, tous certifiés tier 3 a minima, répartis dans 11 pays européens. Son chiffre d’affaires avoisine les 340 M€, dont plus de 200 M€ dans quatre des principaux pays européens : Allemagne, France, Pays-Bas et Royaume-Uni.

 

Equinix et Telecity totalisent 53 data centers en Europe

Mais face à lui, le nouvel ensemble Equinix-Telecity qui pourrait voir le jour pèse très lourd également. Equinix, le leader américain de l’hébergement, totalise au moins 100 data centers à l’international, dont 31 en Europe, qui sont implantés dans 33 villes. Celui situé au nord de Paris dispose à lui seul d’une surface de 26.000 m² répartis sur quatre bâtiments.

Quant à TelecityGroup, il gère 22 grands centres de données localisés dans les principaux centres d’affaires européens, dont trois grands data centers au nord de Paris. Cet hébergeur britannique réalise un chiffre d'affaires de 472 M€ (349 millions de livres sterling), en progression de 7.1% en 2014, pour un bénéfice de 59.7 M£.

 

Quelque soit l’issue de cette bataille de géants de l’hébergement, on constate une nette accélération de la concentration entre les acteurs du secteur, en raison notamment de la montée en charge de la demande pour le Cloud. Résultat, que deviendront les acteurs les plus modestes, en France notamment ?

Moyenne: 5 (1 vote)
Réseaux sociaux :
Twitter Facebook Google LinkedIn

Autres articles sur le même sujet :

Mots clefs :