IT BtoB European Collaborative Webzine for leaders

Quadria réinvestit dans une plate-forme Cloud 2.0

publié le jeudi 03/11/2016

Cet important intégrateur IT dispose depuis début novembre de sa nouvelle plate-forme Cloud 2.0. Le Cloud pèse désormais un tiers de son chiffre d’affaires dans les services. Gilles Perrot, son président, se félicite du désengagement d'acteurs tels que HPE dans les services d'infogérance et les logiciels.



Magazine CBP (www.channelbp.com) : Quadria avait-il vraiment besoin d'investir aussi massivement en 2016 dans cette nouvelle plate-forme Cloud 2.0 pour améliorer sa capacité d'hébergement ?

Gilles Perrot, le président de Quadria/Acecom, un intégrateur IT basé à Limoges, qui est le chef de file du groupement de VAR Euralliance's : Oui, car nous avons plusieurs types de clients pour les services Cloud. Certains nous font confiance car ils ne disposent pas d'ingénieurs de haut de niveau capables de réaliser l'intégration d'infrastructures IT complexes. D'autres ont aussi compris l'importance de disposer d'un support de qualité même si les services Cloud sont automatisés... en théorie.


Quel est le montant de ce nouvel investissement dans le Cloud ?

Quadria a réinvesti lourdement en 2016 pour se doter d’une infrastructure Iaas totalement automatisée et orientée Software Defined, en architecture full SDDC / SDN, mais je ne peux pas vous communiquer de chiffres. En revanche, je précise que nous avons déjà investi environ 2 millions d’euros, hors personnel et ingénierie, dans la première génération de notre data center.


Le Cloud dope-t-il encore les résultats de Quadria en 2016 ?

Le chiffre d’affaires du groupe a passé la barre symbolique des 100 ME en 2015, dont 90 ME en consolidé rien qu'avec Quadria (+22%), grâce au Cloud et aux services managés notamment. Les produits et services Cloud pèsent désormais environ 8 ME et près d'un tiers de notre chiffre d’affaires Services.


Est-ce le succès du Cloud qui pousse vos fournisseurs IT à réduire ainsi la voilure dans les services d'infogérance IT ?

Nos fournisseurs IT s'adaptent à marche forcée à la nouvelle donne orchestrée par les éditeurs, qui ont joué un rôle-moteur dans la promotion du Cloud. En parallèle, tous leurs partenaires ont aussi dû se réorganiser et repenser leurs offres en matière de services IT managés. Leur désengagement est donc une bonne nouvelle pour leurs revendeurs IT, car il y a peu de vrais spécialistes de l'infogérance et du Cloud en France.


HPE étant un partenaire important de Quadria, ne se sentez-vous pas trahis par la vente de ses divisions Logiciels et Services, alors que cela fait des années que lui et ses concurrents vous présentent ces secteurs comme porteurs ?

Je perçois la vente de leurs activités Services et Logiciels comme une opportunité, plutôt que comme une trahison. La spécialisation des fournisseurs IT est obligatoire en raison du niveau croissant de complexité du marché et des technologies IT. Le fait qu'ils se refocalisent désormais sur leurs cœurs de métier est une bonne nouvelle pour leurs partenaires.


Quadria relaie-t-il aussi les offres Cloud de Microsoft, sur lesquelles de nombreux revendeurs IT estiment qu'il n'y a plus grand chose à gagner ?

Le groupe est un partenaire de Microsoft pour des raisons historiques car les clients demandent ses produits, mais nous restons ouverts à d'autres acteurs pour gérer toute leurs demandes. Par exemple, nous mettons un gros focus sur l'offre SAP Hana car la demande y est importante et nous réalisons des investissements croissants sur l'a solution Cloud d'Oracle.


Hormis le Cloud, sur quelles technologies investissez-vous en 2016 ?

Quadria se focalise davantage sur le poste de travail virtuel (VDI). Car grâce aux produits de Wyse, nous arrivons désormais à obtenir une offre mensuelle pour une vingtaine d'euros seulement sur de gros appels d'offres, maintenance comprise, mais hors prix des licences Microsoft. Auparavant, il fallait compter une cinquantaine d'euros par mois. Ce type d'offre intéresse donc davantage le secteur public par exemple. En outre, les éditeurs de solutions VDI ont fait des efforts sur les prix car ils ont envie de faire décoller ce marché.


Olivier Bellin

bellin@channelbp.com

Moyenne: 5 (1 vote)
Réseaux sociaux :
Twitter Facebook Google LinkedIn

Autres articles sur le même sujet :

Mots clefs :