IT BtoB European Collaborative Webzine for leaders

OVH prévoit de quadrupler la part du canal indirect dans son chiffre d’affaires d’ici 2020

publié le jeudi 20/10/2016

Fort des 250 ME qu’il a levé cet été, OVH prévoit d’ouvrir 10 nouveaux data centers dans le monde. Ces derniers l’aideront à tripler son chiffre d’affaires, lequel devrait atteindre 1 MdE en 2020. Sans réaliser d’acquisitions. En revanche, le premier hébergeur Internet et Cloud européen entend quadrupler la taille de son canal indirect, qui pourrait représenter jusqu’à 70% de son chiffre d’affaires sur la période.

 

Magazine CBP (www.channelbp.com) : A quoi utiliserez-vous les 250 ME qu’OVH a levé cet été auprès des fonds KKR et Tower Brook Capital Partners ?

Laurent Allard, PDG d'OVH, le premier hébergeur de sites Internet et de services Cloud en Europe : Ces 250 ME permettront notamment à OVH de déployer 10 nouveaux data centers dans le monde en une année. Le groupe va investir 1,5 MdE pour accélérer son développement dans les prochaines années.

 

Quel chiffre d’affaires OVH prévoit-il d’atteindre après l’ouverture de ses 10 nouveaux data centers ?

OVH vise 1 MdE en 2020, contre 320 ME à fin septembre 2016.

 

Des acquisitions vous aideront à tripler votre chiffre d’affaires en si peu de temps ?

Les acquisitions ne font pas partie de notre plan actuellement, et notamment parce que nous développons notre propre technologie d'hébergement, qui est l'une des meilleures du marché.

 

OVH ne risque-t-il pas de négliger ses clients et partenaires en France en se développant aussi rapidement à l'international ?

Pas du tout. Même si les opportunités sont considérables aux Etats-Unis, l'Europe demeure notre principale zone d'activités à court et moyen termes.

 

Quelle est la part du canal de distribution indirect dans le chiffre d'affaires d'OVH en 2016 ?

Elle est de 15 à 20%, à l’exclusion de notre canal de vente en ligne.

 

OVH intensifiera-t-il sa stratégie channel en 2017 ?

OVH prévoit effectivement de quadrupler la part du canal de distribution indirect dans notre chiffre d'affaires à l'horizon de 2020. Le groupe étant très focalisé sur son core business et la technologie, nous externaliserons de plus en plus d’activités et de missions à nos partenaires. Je constate d’ailleurs qu'il existe beaucoup de demandes de la part des clients d’OVH pour des services administrés et des services télécoms par exemple, domaines où nos partenaires peuvent créer de la valeur.

 

Une société aussi technologique qu’OVH, qui va jusqu’à développer ses propres outils pour ses data centers, peut-elle faire confiance à des tiers pour commercialiser ses offres ?

Oui, car même si OVH ne réalise aucun compromis sur la technologie, qui est notre ADN, nous sommes conscients de ne pas être compétents pour bien répondre à tous les besoins de nos clients, en termes de valeur d'usage notamment. Car c’est bien le client qui est au cœur de notre stratégie, pas le produit.

 

Votre groupe dispose-t-il des équipes et outils nécessaires pour former et encadrer autant de nouveaux revendeurs en France et à l’étranger ?

En partie seulement. OVH lance cet automne un programme de certification avec des formations qui, en France, seront dispensées dans notre campus. Fin 2015, j’ai aussi recruté Michel Calmejane en qualité de directeur des ventes mondiales pour son expertise et sa bonne compréhension du channel. Il a déjà commencé à transformer nos ventes en ligne et notre stratégie indirecte.

 

Quand officialiserez-vous votre nouvelle stratégie channel ?

Dans les semaines à venir. Par ailleurs, nous dévoilerons aussi en mars ou avril notre nouvelle politique de recrutement et de formation pour nos partenaires lors d'un premier Partners Summit, événement que nous réorganiserons ensuite chaque année.

 

Quelle est la part du Cloud dans le chiffre d'affaires d'OVH en 2016 ?

Le Cloud est notre principale activité désormais, mais nous ne dévoilons pas le découpage de notre chiffre d'affaires.

 

Les géants américains du Cloud public, dont AWS, Google et Microsoft notamment, multiplient l'ouverture de data centers en Europe, est-ce un danger pour OVH ?

Non. La croissance annuelle du Cloud étant de 30% au niveau mondial, il existe des opportunités pour tout le monde. Je rappelle qu’à peine 10% des infrastructures IT existantes sont dans le Cloud. En outre, le prochain déploiement de 80 000 serveurs dans la première tranche de notre data center en Virginie (Etats-Unis), ainsi que l'ouverture d'un autre data center OVH sur la côte ouest américaine, qui sera au moins aussi grand, montre par exemple que nous avons davantage d'opportunités en Amérique du Nord qu'eux en Europe. J'ajoute que beaucoup de clients américains veulent des serveurs dédiés, offre qui n'est pas très importante là-bas. Or, c'est l'un de nos points forts et nous n'avons pas de concurrents réels dans ce domaine aux Etats-Unis.

 

Vous attendez-vous à une accélération de la consolidation entre les acteurs des marchés de l'hébergement…?

Non. Comme l'a indiqué Octave Klaba ce matin, OVH n'a pas intérêt à participer à cette consolidation du marché, car nous avons notre propre road map et le groupe a levé de l'argent pour se développer plus rapidement dans le monde.

 

… et de la colocation ?

Il est important de savoir où l'on est bon. Des spécialistes de la colocation neutre tels que Data 4, Equinix, etc., excellent dans des secteurs différents de ceux d'OVH. Nous sommes surtout présents dans les services Cloud, de type Iaas et Paas, qui représentent un autre niveau de la chaîne de valeur du Cloud. Nous sommes d'autant moins concurrents avec ces acteurs de la colocation qu'OVH développe lui-même ses propres technologies serveurs et réseaux. Le groupe n'a donc aucun intérêt à utiliser leurs infrastructures d'hébergement en colocation. Enfin, je rappelle que les infrastructures IT existantes représentant toujours près de 90% des dépenses IT des entreprises, le marché du Cloud est suffisamment important pour faire vivre ces deux familles d’acteurs.

 

Même au travers d'une acquisition ?

OVH n'a pas intérêt à intégrer un autre groupe ou à en racheter un. Pourquoi investir du Capex pour acheter un portfolio clients très changeant. Mieux vaut mettre cet argent dans la technologie pour conserver notre avance sur nos concurrents.

 

OVH verticalisera-t-il davantage ses offres d’hébergement en 2017 ?

OVH décrochera fin 2016 la certification d'hébergeur des données de santé pour satisfaire les demandes de nos clients dans l’e-santé.

 

 

#GUIDEDUCLOUD, #CBP

Moyenne: 5 (1 vote)
Réseaux sociaux :
Twitter Facebook Google LinkedIn

Autres articles sur le même sujet :

Mots clefs :