IT BtoB European Collaborative Webzine for leaders

Microsoft pourrait peser 1 000 milliards de dollars grâce au Cloud

publié le jeudi 29/03/2018

Morgan Stanley a relevé fin mars la valorisation de Microsoft de 110 à 130 dollars par action. Selon la banque d’affaires américaine, le principal éditeur IT mondial pourrait atteindre 1 000 milliards de dollars de capitalisation en 2020… s’il atteint ses objectifs très ambitieux dans le Cloud.

 

On comprend désormais mieux pourquoi Satya Nadella met une telle emphase depuis 2017 sur le Cloud, public essentiellement. Le PDG de Microsoft a bien prévendu aux analystes financiers la génération à court terme d’un chiffre d’affaires avec la version Cloud de ses logiciels (Office 365 et Dynamics 365) aussi récurrent que celui qu’il réalise déjà - depuis plusieurs décennies - grâce aux licences de l’OS Windows et de sa suite Office.

 

La preuve, Morgan Stanley a relevé fin mars la valorisation de Microsoft de 110 à 130 dollars par action. Son cours en bourse a alors progressé à près de 94 dollars par action après cette annonce, portant ainsi la capitalisation de l’éditeur à quelques 722 milliards de dollars. Nous sommes donc encore loin des 1 000 milliards de dollars à l’horizon de 2020 qu’évoque la banque d’affaires américaine.

 

Un objectif difficilement atteignable sur une si courte durée

Morgan Stanley estime quand même que cet objectif est atteignable car il prévoit une progression annuelle moyenne de 17% du résultat opérationnel (Ebit) de Microsoft à horizon 2020. La banque d’affaires considère que le principal éditeur IT mondial peut y parvenir en tirant avantage de sa très importante base installée de clients professionnels et de son énorme réseau de distribution. Elle le voit très bien devenir – un jour - le leader du Cloud public grâce à son offre Azure.

 

Détrôner AWS et ses concurrents

A condition d’enterrer son leader actuel, Amazon Web Services, et ses nombreux concurrents (Google, etc.)… Ce qui n’est pas une mince affaire. D’autant qu’AWS devance largement tous ses concurrents. Il réalise déjà 17.5 milliards de dollars de chiffre d’affaires rien que dans le Cloud public. Chiffre à comparer avec le résultat de tous les produits vendus en mode Iaas (Azure) et Saas (Office 365, Dynamics 365) par la division Cloud de Microsoft, dont le chiffre d’affaires est estimé lui à quelques 5.3 Md$ (+56%) à fin 2017. Reste à savoir si les marges suivront compte tenu de la guerre des prix impitoyable à laquelle se livrent les géants américains du Cloud.

 

Le marché du cloud public pourrait dépasser les 250 milliards de dollars

Toutefois, l’enjeu est de taille. Morgan Stanley estime que le marché du cloud public pourrait doubler et dépasser les 250 milliards de dollars. Enfin, pas un mot à nouveau du Cloud privé qui, compte-tenu de l’historique des ventes de licences de Microsoft est sans doute le segment du Cloud le plus porteur actuellement. Bizarre.

 

Morgan Stanley est-il bien objectif ?

La banque gère les plans d’actions des salariés de Microsoft depuis 1998. Morgan Stanley est aussi devenu récemment l’un des plus fidèles conseillers financiers de Microsoft en matière d’acquisitions et de placements… Si l’on en croit l’agence Bloomberg, la banque aurait ainsi conseillé Microsoft lors de l’acquisition en 2016 de Linkedin pour 26.2 Md$, au détriment de son rival historique sur ce compte : Goldman Sachs. Lequel n’a d’ailleurs pas spécialement revalorisé l’action de Microsoft ces derniers temps… Plusieurs analystes américains estiment que Morgan Stanley  aurait empoché au passage entre 10 et 20 MS de commission sur cette importante transaction. Enfin, rappelons que Morgan Stanley est également l’un des utilisateurs et promoteurs de la plateforme Microsoft Azure.

 

Olivier Bellin

bellin@channelbp.com

#CBPMagazine, #BellinCBP, #GUIDECLOUD

Moyenne: 5 (1 vote)
Réseaux sociaux :
Twitter Facebook Google LinkedIn

Autres articles sur le même sujet :

Mots clefs :