IT BtoB European Collaborative Webzine for leaders

Microsoft et Oracle interconnectent leurs Clouds

publié le jeudi 06/06/2019

Le 5 juin 2019, Microsoft et Oracle annoncent l’interopérabilité de leur Clouds respectifs, permettant aux entreprises de migrer et d’exécuter les charges de travail critiques entre Microsoft Azure et Oracle Cloud. Uniquement en Amérique du Nord pour l’instant.

 

Ces deux grands éditeurs américains, deux rivaux historiques dans les bases de données, ont créé la surprise début juin 2019 en dévoilant un partenariat stratégique dans l’interopérabilité de leur Clouds respectifs. Leur coopétition est de retour dans le Cloud. En effet, Microsoft avait déjà surpris tout l’écosystème six ans plus tôt en annonçant en juin 2013 un partenariat dans les bases de données avec Oracle.

 

Le partenariat entre ces deux géants de l’édition logicielle IT BtoB permet aux entreprises de connecter de façon fluide les services d’Azure tels qu’Analytics et IA, aux services d’Oracle Cloud, dont sa nouvelle base de données Autonomous Database, Hyperion, mais aussi sa E-Business Suite ou la solution EnterpriseOne de JD Edwards. Les entreprises peuvent désormais répartir une charge de travail en exécutant une tâche sur le Cloud public Azure et une autre sur le Cloud privé ou hybride d’Oracle.

 

Un partenariat disponible uniquement en Amérique du Nord pour l’instant

Cette interconnexion directe est disponible dès aujourd'hui uniquement en Amérique du Nord, à Ashburn et sur Azure dans la région Est des Etats-Unis. Oracle et Microsoft projettent d’étendre leur partenariat dans le Cloud à d'autres régions dès 2019. La base de données Oracle continuera d'être certifiée pour fonctionner avec Azure sur divers systèmes d'exploitation, y compris Windows Server et Oracle Linux.

 

Quasiment absent du Cloud public, Oracle avait-il le choix de ne pas chercher un partenaire régulier pour répondre aux attentes en matière de Cloud hybride de ses clients et revendeurs ? Non, car il sait que 95% des entreprises du classement Fortune 500 utilisent Microsoft Azure, une clientèle haut de gamme qu’Oracle drague également.

 

 

Oracle envoie un signal fort à AWS… et à SAP

Alors pourquoi l’éditeur n’a-t-il pas signé avec Web Services (AWS), le leader mondial du Cloud public ? Car Oracle est à couteaux tirés avec le groupe de Jeff Bezos. Amazon a abandonné cette année, à grand renfort de publicité, sa base de données au profit d’une solution maison. En se ralliant ainsi à Microsoft dans le Cloud, Oracle favorise ouvertement le grand rival d’AWS et envoie un signal fort au marché… et à SAP, leur concurrent commun.

 

Ce type de partenariat est de plus en plus fréquent entre éditeurs américains grâce au Cloud. Microsoft et Salesforce avait déjà enterré la hache de guerre en juin 2014 grâce à un partenariat stratégique dans la gestion des données clients. Le leader mondial des applications CRM vendues en Saas avait alors accepté de connecter ses services Saas avec les applications Office et Windows de Microsoft dans le Cloud, y compris sur les mobiles.

 

Olivier Bellin

bellin@channelbp.com,

#CBPMagazine, #channelbp.com, #CBP, #Bellin, #BellinCBP, #GUIDECLOUD.FR, #DATACLOUDADVISOR.COM

Moyenne: 5 (1 vote)
Réseaux sociaux :
Twitter Facebook Google LinkedIn

Autres articles sur le même sujet :

Mots clefs :