IT BtoB European Collaborative Webzine for leaders

Micro Focus digère mal HPE Software et plonge en bourse

publié le jeudi 22/03/2018

Tablant sur un recul plus fort que prévu de son chiffre d’affaires 2017-2018, l’éditeur britannique avoue rencontrer des difficultés pour intégrer HPE Software. Micro Focus voit son action chuter de 46.5% et il remercie Chris Hsu, son PDG depuis fin 2017.

 

Micro Focus a débarqué mi-mars Chris Hsu. Cet éditeur britannique spécialisé dans la gestion des applications d’entreprise l’avait promu PDG en septembre 2017 suite au rachat pour 8,8 milliards de dollars de 49.9% de la branche Logiciels de HP, entité dont il était vice-président et directeur général. Stephen Murdock, l’ancien PDG de l’éditeur qui avait laissé la place à Chris Hsu, retrouve sa place.

 

Officiellement, Micro Focus explique le 19 mars sa décision par la brutale dégradation de ses ventes en ce début 2018 suite à une intégration de HPE Software plus compliquée qu’anticipée. Cet éditeur britannique table désormais sur un recul de 6% à 9% de ses ventes annuelles 2017-2018, et non des 2% à 4% annoncés début 2018. Aussitôt, son action a chuté de 46.5% à la bourse de Londres.

 

Des revenus licences provenant de HPE Software moins élevés qu’anticipé

Il semble que Micro Focus ait surestimé, volontairement ou non, les revenus licences provenant de HPE Software au titre de 2017-2018. Cet éditeur a d’ailleurs perdu d'anciens clients de Hewlett-Packard qui ont mis fin à leurs contrats parce que ceux-ci n’étaient plus gérés par HPE. Micro Focus et ses revendeurs avaient-ils anticipé ou pris en compte ces choix ? L’ajout en interne d’un nouveau système de gestion commerciale aurait aussi perturbé l’intégration des anciens clients d’HPE Software, et donc compliqué la vie de son équipe commerciale.

 

Faut-il s’attendre à des contentieux ?

Micro Focus peut-il ou va-t-il être tenté de demander des comptes à HPE, fournisseur qui détient encore 50.1% du capital de HPE Software ? Rappelons que HP avait lui-même rencontré des difficultés comptables lors de l’intégration d’Autonomy, un éditeur britannique de logiciels qu’il avait racheté en 2011.

 

Scott+Scott, un cabinet d’avocats britannique spécialisé dans les contentieux, mais aussi d’autres cabinets d’avocats américains, dont Kaplan Fox & Kilsheimer, ont annoncé immédiatement l’ouverture d’enquêtes auprès des actionnaires de Micro Focus. Soupçonneraient-ils des malversations ou des erreurs comptables qui leur auraient été dissimulées ?

 

L’affaiblissement de la capitalisation boursière de Micro Focus, qui a chuté cette semaine à quelques 3.73 Md£, fait l’affaire de certains de ses grands concurrents dans la gestion des applications d’entreprise, dont Service Now.

 

Olivier Bellin

bellin@channelbp.com

#CBPMagazine, #BellinCBP, #GUIDECLOUD

Moyenne: 5 (1 vote)
Réseaux sociaux :
Twitter Facebook Google LinkedIn

Autres articles sur le même sujet :

Mots clefs :