IT BtoB European Collaborative Webzine for leaders

L'indirect et des acquisitions aideront Jaguar Network à atteindre les 100 ME

publié le mardi 27/11/2018

Jaguar Network prévoit d'atteindre les 100 M€ à court terme grâce à ses investissements dans le Cloud, les Télécoms et l’Internet des Objets (IOT), domaine dont il veut aussi devenir un leader. Pas facile toutefois de doubler son chiffre d'affaires aussi rapidement. L'opérateur télécoms et hébergeur va donc démarcher davantage les grands comptes et développer son réseau de distribution indirect. Enfin, sa croissance passera par des acquisitions en France et à l'étranger.

 

Magazine CBP (www.channelbp.com) : Quelles sont les priorités de Jaguar Network pour 2019 ?

Kevin Polizzi, président Jaguar Network, un opérateur télécoms et hébergeur national basé à Marseille : Jaguar Network prévoit d'atteindre les 100 M€ à court terme sur la base d’un tryptique Cloud, Télécoms et Internet des Objets (IOT), domaine où nous voulons également devenir un leader. Pour atteindre ces 100 M€, Jaguar Network prévoit aussi de doubler son chiffre d'affaires dans les grands comptes et, dans le même temps, de développer son réseau de distribution indirect. Enfin, notre nouvelle équipe de direction annoncera bientôt des acquisitions en France et à l'étranger.

 

Dans quels pays Jaguar Network prévoit-il d'investir en priorité ?

Jaguar Network prévoit de mettre un premier pied en Suisse, pays où nous annoncerons prochainement une acquisition. C'est un galop d'essai car le groupe ambitionne de se développer ailleurs en Europe. L'Italie est un marché très porteur, tout comme l'Espagne, deux pays où Jaguar Network pourrait consolider ses activités sur un arc méditerranéen.

 

Les acquisitions en 2018 d'une partie de l'hébergeur lyonnais DCforData, mais aussi de l’opérateur EDX Network font-elles parties de votre développement au plan national ?

La prise de participation dans DcforData permet à Jaguar Network de consolider sa présence dans le couloir rhodanien, qui est proche de la Suisse, pays qui nous intéresse également. Quant au rachat en juin 2018 d’EDX Network, cette acquisition fait suite à un partenariat stratégique signé fin 2017 avec l’exploitant lyonnais de datacenters DCforData. Début 2016, je rappelle que Jaguar Network avait également pris une participation majoritaire au capital de RD Medias, un hébergeur spécialisé en technologies Microsoft également basé à Marseille.

 

Jaguar Network prévoit-il de monter encore au capital de DcforData ?

Jaguar Network continuera de monter à son capital. Nous n'avons pas déjà acheté 39.5% de DcforData pour rien.

 

Qui soutient financièrement les investissements de Jaguar Network ?

Trois investisseurs détiennent actuellement le capital de Jaguar Network, dont moi, qui suis toujours son actionnaire majoritaire. Quant à Naxicap, fonds qui est entré en 2014 au capital, il semble satisfait de son investissement.

 

Quel est le poids des grands comptes en 2018 dans le chiffre d'affaires de Jaguar Network et comment prévoyez-vous de mieux les adresser ?

Les grands comptes pèsent 15% de notre chiffre d'affaires en 2018. L'objectif de Jaguar Network est de doubler ce pourcentage dans le cadre de l'atteinte de nos 100 M€. J'ai donc demandé aux commerciaux de notre vente directe d'arrêter d'adresser les comptes intermédiaires pour cibler davantage les grands comptes, avec le concours de nos partenaires.

 

Jaguar Network possède-t-il la taille critique et les ressources nécessaires pour bien adresser les grands comptes ?

Ce qui fait la différence chez les grands comptes, ce n'est plus seulement la taille, même si nous pouvons désormais postuler aux appels d'offres publics grâce à nos 40 M€ de chiffre d'affaires, mais l'agilité. Je rappelle que les grands comptes sont un agrégat de comptes intermédiaires, ce qui ouvre des opportunités pour Jaguar Network et ses revendeurs.

 

Jaguar Network va-t-il faire évoluer son modèle de commercialisation indirect en 2019 ?

La moitié de nos ventes sont encore réalisées en direct car Jaguar Network a toujours mis un gros focus depuis sa création sur la vente directe, dont le cycle de vente est certes long, mais il nous permet de bien fidéliser les clients. La preuve, notre taux de churn est de seulement 3%. Toutefois, Jaguar Network va développer davantage la vente indirecte pour accélérer sa croissance, dans l'Internet des Objets (IOT) industriel notamment, domaine où le groupe veut devenir un leader français. Nous avons d’ailleurs remporté récemment une commande de 13 000 objets connectés, preuve du savoir-faire de Jaguar Network dans l'IOT.

 

Comment convaincre des revendeurs de travailler avec Jaguar Network ?

C’est l’une des missions de Xavier Grossetete, qui est devenu en septembre responsable Channel chez Jaguar Network. Beaucoup de revendeurs ont besoin de se réinventer actuellement. Certains souhaitent notamment se positionner comme des intégrateurs capables d'unifier l'IT et l'Internet des Objets (IOT). Cela tombe bien car Jaguar Network prévoit de recruter de nombreux partenaires dans l'IOT industriel. Le groupe les accompagnera dans leur transformation en leur fournissant gratuitement un vrai système d'information, ainsi que différentes applications que nous développons depuis 10 ans.

 

Quelle est la part du Cloud dans le chiffre d'affaires de Jaguar Network ?

A fin septembre, mois de clôture de notre année fiscale décalée, le Cloud représentait déjà 47% des 42 M€ de notre chiffre d'affaires 2018. Pour celui de 2019, Jaguar Network prévoit de réaliser un chiffre d'affaires total d'environ 60 M€. Notre groupe propose des services similaires et complémentaires à ceux des Gafam, mais nettement moins chers. Je rappelle aussi que nous sommes le seul acteur français à vendre du Cloud et des télécoms « in the box ». Dans le même registre, Jaguar Network est en train de packager des solutions, Big Data, Cloud, IOT en mode « one stop shopping ».

 

Comment vivez-vous la concurrence locale de l’hébergeur Interxion et celle d'ASP Serveur, une filiale d'Econocom spécialisée également dans l'hébergement ?

Nous ne sommes pas concurrents. Interxion adresse les acteurs hyperscales avec son datacenter MR1. Quant à ASP Serveur, son développement est plus lent que celui de Jaguar Network.

 

Pourquoi avoir autant investit en 2018 dans Quanta, votre nouveau siège marseillais ?

L'immeuble Quanta est la vitrine du savoir-faire de Jaguar Network. Il héberge nos collaborateurs ainsi qu’un centre de R&D dans la santé, la smart city et l'IOT, mais aussi des start-ups.

 

Olivier Bellin

bellin@channelbp.com,

#CBPMagazine, #channelbp.com, #CBP, #Bellin, #BellinCBP, #GUIDECLOUD

Moyenne: 3.7 (3 votes)
Réseaux sociaux :
Twitter Facebook Google LinkedIn

Autres articles sur le même sujet :

Mots clefs :