IT BtoB European Collaborative Webzine for leaders

Les revendeurs se réjouissent de la dématérialisation de la commande publique

publié le lundi 08/10/2018

Le Gouvernement a dévoilé le 1er octobre des mesures qui facilitent l’accès des PME à la commande publique et qui la dématérialisent.  Les offres « papier » ne sont plus acceptées pour les achats dès 25 000 € HT. Adopté fin 2017, le plan de transformation numérique de la commande publique vise à la dématérialisation complète de la commande publique.

 

Depuis le 1er octobre 2018, toutes les procédures d’achats dès 25 000 € HT doivent être dématérialisées. De même, les principales données des contrats doivent être publiées sur les plateformes numériques des acheteurs. Les offres « papier » ne seront plus acceptées a précisé Delphine Gény-Stephann, secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Economie et des Finances.

 

Une bonne nouvelle pour les revendeurs IT

Ces mesures sont accueillies comme une excellente nouvelle par la majorité d’entre eux, « car c’est un gain de temps dans le traitement et la prise de commande. Cela nous donne vraiment une maitrise de la commande jusqu’à la facturation – de bout en bout. C’est gagnant/gagnant pour les 2 parties », estime Georges Mathiot à la Direction financière clients de Computacenter en France. « Computacenter est en train de dématérialiser la facturation sous format EDI pour le secteur Public, c’est une bonne chose que les commandes soient également dématérialisées. Pour les administrations qui devront s’y mettre, Computacenter saura les accompagner. Des développements sont à prévoir avec des ressources dédiées et donc des coûts. Si le projet se passe comme il le faut, l’investissement est amorti. Pour cela, il nous faudra de l’administration un cahier des charges précis pour que nos experts puissent définir une feuille de route claire ».

 

Beaucoup d’appels d’offres de la commande publique sont déjà dématérialisés

« Cet annonce du Gouvernement est une opportunité importante pour un intégrateur et bureauticien comme C’Pro, car nous sommes aussi l’éditeur d’une solution de dématérialisation compatible avec Chorus, le portail de la dématérialisation », se réjouit également Pieric Brenier, PDG et fondateur de C’Pro. « Toutefois, ces mesures ne simplifient pas forcément nos processus car beaucoup des appels d’offres de la commande publique auquel C’Pro répond sont déjà dématérialisés. En revanche, cela change le flux échangé entre les fournisseurs et les mairies ».

Comme ses pairs, le dirigeant reconnaît que les problèmes rencontrés lors des appels d’offres, dématérialisés ou pas, viennent aussi du fait que les commerciaux y répondent souvent à la dernière minute… et qu’il est alors difficile d’uploader les documents demandés, surtout quand le répondant s’aperçoit, également à la dernière minute, que son certificat n’est plus valide...

 

Dans la continuité du plan de transformation numérique de la commande publique

« Le processus est déjà engagé depuis des mois chez Scriba, donc la dématérialisation à 100 % aura peu d’impacts pour nous », explique Jérôme Faucher, président de l’intégrateur IT bordelais Scriba. Nombre de revendeurs ont déjà anticipé depuis un an la montée en charge de la dématérialisation chez les différents organismes l’Etat. Adopté en décembre 2017, le plan de transformation numérique de la commande publique (PTNCP) prévu sur cinq ans (2018-2022) vise à la dématérialisation complète de la commande publique. Il s’inscrit dans le cadre de la numérisation des services publics. La commande publique, composée des marchés publics et des concessions, représente 200 milliards d’euros par an, soit 8% du PIB national.

 

La procédure doit s’effectuer via une plateforme d’achat dématérialisée

La procédure de consultation doit s’effectuer obligatoirement via une plateforme d’achat dématérialisée, appelée « Profil d’acheteur ». Il existe de grandes plateformes mutualisées (Place pour l’Etat et ses services, Maximilien pour les collectivités territoriales d’Ile-de-France, Megalis pour celles de Bretagne, etc.).

 

L’ensemble  des acteurs est concerné : entreprises, acheteurs soumis aux règles de la commande publique (Etat, régions, départements, intercommunalités, communes, établissements publics, syndicats mixtes, etc). D’un point de vue environnemental, 2375 tonnes de papier ont déjà été économisées grâce aux entreprises ayant recours à la dématérialisation.  L’économie en papier (Impression, courrier) est estimée à 117,5 millions d’euros  (33,5 M€ pour les acheteurs + 84 M€ pour les entreprises).

 

La Secrétaire d’Etat Delphine Gény-Stephann a aussi dévoilé le 1er octobre des mesures pour faciliter l’accès des PME à la commande publique.

 

Olivier Bellin

bellin@channelbp.com,

#CBPMagazine, #channelbp.com, #BellinCBP, #GUIDECLOUD

Moyenne: 5 (1 vote)
Réseaux sociaux :
Twitter Facebook Google LinkedIn

Autres articles sur le même sujet :

Mots clefs :