IT BtoB European Collaborative Webzine for leaders

Les investissements du Gouvernement dans le Numérique ont baissé

publié le mardi 16/12/2014

Guy Mamou-Mani, le président du Syntec Numérique, tire la sonnette d'alarme. Les investissements du Gouvernement dans le Numérique, et dans l'e-administration notamment, ont baissé en 2014. Le secteur public se sent-il concerné par la révolution du Numérique en marche ?

 

Guy Mamou-Mani est déçu. En dépit des nombreux conseils du Syntec Numérique, le Gouvernement français a selon lui diminué en 2014 ses investissements dans le Numérique, et dans l'e-administration notamment. Certes, il reconnaît que tous les secteurs de l’industrie, dont l’IT, sont concernés par les réductions budgétaires liées à la crise économique, "Pourtant, il existe des moyens d'investir dans le Numérique sans trop débourser d'argent. Par exemple, le Gouvernement peut utiliser le Numérique pour moderniser davantage les processus de l'Etat et réaliser des économies importantes".

 

Bruno Vanryb, le président du collège Editeur de ce syndicat des professionnels IT, constate "comme Guy, une baisse des investissements de l'Etat dans le Numérique. Or, ce débat sur l'e-administration dure depuis quatre ans...". Lui et ses collègues éditeurs constatent en effet que dans les grands appels d'offres du marché IT, les administrations françaises sont loin derrière les clients privés, ce qui prouve que l'e-administration n’est pas encore une priorité pour le gouvernement français. Il rappelle que d’autres gouvernements européens ont fait des choix différents. Bruno Vanryb cite l'exemple de l'ESN française Steria qui a gagné en 2014 un contrat énorme auprès de l'Etat anglais pour réduire ses coûts de fonctionnement administratif. Nul n'est prophète en son pays.

 

Moyenne: 5 (1 vote)
Réseaux sociaux :
Twitter Facebook Google LinkedIn

Autres articles sur le même sujet :

Mots clefs :