1st European collaborative IT BtoB webmagazine

Le Syntec table sur 1% de croissance dans les services IT en 2010

publié le jeudi 01/04/2010

Pas de reprise rapide dans les services et logiciels IT en vue sur 2010. Syntec Informatique table désormais sur une reprise de seulement 1% en moyenne pour le secteur. Ce syndicat se félicite que les ventes des éditeurs aient redémarré dès fin 2009, avant celles des sociétés de services. En effet, ces derniers tablent désormais sur l’émergence de nouveaux projets applicatifs porteurs de services.

 

 

« 2010 est une année de transition et non de reprise forte, avec une prévision de croissance comprise entre 0 et 2 %, laquelle sera essentiellement visible au second semestre. En effet, le marché restera légèrement négatif (- 1% à 0%) au premier semestre », a expliqué Jean Mounet, président du Syntec Informatique (en photo), lors du bilan 2009-2010 qu’il a dressé le 1er avril à ses adhérents.

 

Le dirigeant souligne que notre secteur est loin des années de croissance de la dernière décennie, 5% en moyenne, il est toujours mieux loti que la plupart des autres industries. Les 21 400 entreprises qui le composent devraient générer un chiffre d’affaires total environ 40,5 MdE cette année.

 

Dans le détail, Syntec Informatique table pour 2010 sur une progression de seulement 0,5 % des ventes de conseil en services IT, de 1% pour le conseil en Technologies et de 2% pour les éditeurs. L’infogérance, toujours assez dynamique, devrait connaître une progression comparable à celle de 2009. Elle sera plus rapide dans l’infogérance applicative (+2 %) que dans celle dédiée aux infrastructures IT (+1 %) selon le syndicat.

 

« Les éditeurs ont repris plus vite que les SSII, c’est un très bon signal, car cela signifie que le marché des services va suivre dans les mois à venir », commente Romain Hugot, président du comité éditeurs du Syntec Informatique.

 

Le prix des services demeure très bas

Thierry Siouffi, président de la commission marché et tendances du Syntec Informatique, se dit inquiet quant aux prix des services IT, « qui demeurent extrêmement bas. Les prix de l’infogérance avaient déjà baissé les années précédentes et la pression sur les prix des prestations d’assistance technique est forte, même si elle s’est stabilisée au niveau des charges sociales ».

 

Compte tenu de cette situation, Syntec Informatique va lancer dans les semaines à venir des initiatives à destination des acheteurs chez les clients de ses adhérents pour combattre la pression sur les prix.

 

Thierry Siouffi émet des estimations très prudentes quant à un retour rapide d’une croissance soutenue dans les services IT. Selon lui, la reprise de la croissance interviendra probablement dès le quatrième trimestre pour les différents types de services. « La sortie de crise se profile pour les SSII. Je parie une meilleure dynamique au premier semestre 2010 avec un retour à la croissance dans le conseil, qui a connu une crise profonde en 2009. La R&D externalisée semble reprendre avec une croissance probable de 1,5%, situation à comparer avec une probable absence de croissance dans l’embarqué ».

 

Le secteur public, l’énergie et la banque/assurance : le trio gagnant

Les marchés les plus dynamiques cette année seront, à nouveau, le secteur public, l’énergie et la banque/assurance. Les télécoms, la distribution et l’industrie restant un peu à la traîne selon le Syntec Informatique. « Le secteur public demeure dynamique, car l’Etat a besoin de se réformer et de rationaliser ses procédures administratives et financières. Il y a des grands programmes à venir dans la Santé (Hôpital 2012, Grand Emprunt national, etc.) », souligne Jean Mounet, son président. Déjà dynamique en 2009, le secteur de l’énergie est toujours porteur en 2010, avec l’émergence de grands projets industriels en phase avec les problématiques liées par exemple au développement durable.

 

Syntec Informatique précise que la banque est redevenue un client qui investit dans les services et logiciels IT, notamment au niveau de la prise en compte des nouvelles normes comptables et financières, du type Solvency 2. Les investissements IT des banques sont également liés à l’actualisation de leurs SI suite aux consolidations entre les acteurs de ce secteur.

 

Les sociétés recommencent à recruter, mais elles augmenteront peu les salaires

Pour 2010, Syntec Informatique constate à nouveau une phase importante de recrutement en ce début d’année. Il prévoit le recrutement d’environ 20 000 ingénieurs et cadres en 2010. Certaines sociétés de services connaissent déjà un peu de difficultés pour rencontrer, y compris des étudiants. Cette situation contraste avec 2009, année durant laquelle le secteur a connu ses premières suppression d’emplois nettes depuis longtemps. « Environ 8000 emplois ont été détruits en 2009, mais notre secteur demeure le premier recruteur de cadres en France. Selon l’ANPE, le chômage de nos cadres et salariés demeurent assez bas », indique Jean Mounet.  Une reprise graduelle du turn over du personnel est, selon lui, un signe « positif » qui témoigne de la reprise économique en cours.

 

Ce dernier s’inquiète quelque peu des conséquences d’une reprise trop rapide, car « notre secteur pourrait à nouveau se trouver en pénurie pour les recrutements ». Un moindre mal… Quant aux salaires, le syndicat table sur une reprise très légère reprise des augmentations cette année, en raison de la pression importante sur le prix des prestations. « Il sera difficile de revenir aux progressions de salaires que notre profession a connu les années passées » a même commenté Jean Mounet.

 

Enfin, Syntec Informatique indique qu’il a signé un partenariat avec l’Apec pour l’établissement d’un baromètre semestriel portant sur les tendances du recrutement, ainsi que sur la promotion du secteur auprès des jeunes, le déploiement de ses métiers auprès des femmes, lesquelles ne représentent que 15 à 20 % des effectifs des écoles d’ingénieurs.

 

 

Le prix des services demeure bas

Thierry Siouffi, président de la commission marché et tendances du Syntec Informatique, se dit inquiet quant aux prix des services IT, « qui demeurent extrêmement bas. Les prix de l’infogérance avaient déjà baissé les années précédentes et la pression sur les prix des prestations d’assistance technique est forte, même si elle s’est stabilisée au niveau des charges sociales ». Compte tenu de cette situation, Syntec Informatique va lancer dans les semaines à venir des initiatives à destination des acheteurs chez les clients de ses adhérents pour combattre la pression sur les prix.

Thierry Siouffi émet des estimations très prudentes quant à un retour rapide d’une croissance soutenue dans les services IT. Selon lui, la reprise de la croissance interviendra probablement dès le quatrième trimestre pour les différents types de services. « La sortie de crise se profile pour les SSII. Je parie une meilleure dynamique au premier semestre 2010 avec un retour à la croissance dans le conseil, qui a connu une crise profonde en 2009. La R&D externalisée semble reprendre avec une croissance probable de 1,5%, situation à comparer avec une probable absence de croissance dans l’embarqué ».

 

 

Les ventes de licences progresseront en 2010, mais pas celles de la maintenance

Romain Hugot, président du comité éditeurs du Syntec Informatique, s’est montré plus optimiste que ses collègues en charge des SSII. Il faut dire que les éditeurs ont mieux traversé 2009 que les sociétés de service en règle générale. « Les éditeurs ont surtout connu une forte crise dès mi 2008, avant les sociétés de services IT. Il est donc logique qu’ils redémarrent avant elles en théorie », explique le dirigeant. Il estime que les ventes de licences progresseront en 2010, contrairement à celle de la maintenance : « C’est un simple effet mécanique. La maintenance est impactée par la chute du nombre de licences vendues en 2008 et 2009 ». On peut ajouter que les « costs killers » des entreprises ont aussi mieux rationalisé leurs dépenses dans ce domaine, y compris par des renégociations assez dures sur les contrats en cours, à l’occasion de projets de consolidation du SI par exemple. Beaucoup d’abus avaient été commis par le passé…

 

Romain Hugot parie sur une reprise très contrastée sur le marché de l’édition. Il table par exemple sur un redémarrage en 2010 des logiciels d’infra, qui devraient connaître une progression d’environ 3%, après une chute de 1,5% en 2009. Les logiciels embarqués, toujours bien orientés, devraient connaître une croissance similaire. A la traîne après une chute de 4% de leurs ventes en 2009, les applicatifs devraient connaître une légère progression (+1%) cette année. « La dématérialisation et l’e-commerce demeurent actifs, de même que le CRM » souligne Romain Hugot.

 

Attention cependant, le Syntec Informatique précise que les entreprises sont davantage demandeuses actuellement de solutions périphériques (dématérialisation, décisionnel, etc.) qu’orientées sur une refonte complète de leurs SI. Beaucoup d’entre elles l’ont déjà bien optimisé jusqu’en 2008.

 

Seule ombre au tableau, et de taille, la pression sur les prix des licences est toujours une réalité en ce début 2010, comme en 2009. Syntec Informatique s’attend toutefois à une évolution positive sur les prix moyens des services au deuxième semestre, grâce notamment à la maintenance de l’assistance. « Ces deux prestations constituent une redevance qui contre-balance la chute régulière du prix des licences depuis des années », analyse Romain Hugot.

 

Enfin, le président du comité éditeurs du Syntec Informatique, se félicite de l’augmentation des carnets de commande au premier trimestre 2010 chez la plupart de ses adhérents, ainsi que de la baisse des délais de décision chez leurs clients. Quant à l’off shore, il ne semble pas avoir progressé en cette période de crise économique souligne ce syndicat professionnel.

 

Au final, il ne faudra pas compter sur le modèle Software as a Service (Saas) pour redynamiser rapidement le secteur de l’édition en 2010 : « En progression constante, le Saas poursuit sa croissance avec une grande disparité, selon les logiciels et secteurs d’activités », conclut Romain Hugot.

Moyenne: 5 (1 vote)
Réseaux sociaux :
Twitter Facebook Google LinkedIn

Autres articles sur le même sujet :

Mots clefs :