1st European collaborative IT BtoB webmagazine

Le Saas représentera 22% des ventes de logiciels en France

publié le jeudi 21/06/2018

Le collège éditeurs du Syntec Numérique est ravi. Le Saas tire la croissance de ses adhérents. En 2018, les logiciels vendus comme des services (Saas) et sur abonnement représenteraient 22,3% des ventes du marché français des logiciels. 

 

Comme en 2016, la croissance d’un nombre croissant d’éditeurs de logiciels IT français était tirée en 2017 par les logiciels vendus comme des services (Saas). En 2018, ce modèle de vente devrait représenter 22,3% des ventes du marché français des logiciels, soit environ 2.3 milliards d’euros. Le Syntec Numérique précise que 15% des affaires Saas signés sont des migrations du « on premise » vers le Saas et 62% proviennent de nouveaux clients.

 

63% des éditeurs français proposaient une offre Saas en 2017

Une performance d’autant plus intéressante quand on sait que près des deux tiers (63%, contre 60% en 2017) des éditeurs français membres du Syntec Numérique proposaient une offre Saas en 2017. Et bonne nouvelle, « 33% des ISV non encore équipés en 2017 pensent l'être en 2018. Pourtant, la marche financière pour permettre aux éditeurs d'arriver au mode Saas n'est pas simple pour tous », explique Gilles Mezari, cofondateur de l’éditeur Saasweedo et administrateur au Syntec Numérique.

 

Toutefois, la majorité des éditeurs de logiciels IT qui sont déjà passés au Saas se félicitent aujourd’hui de voir que ce modèle économique améliore nettement la rentabilité de leur entreprise… et la prévisibilité de leurs revenus dans la durée. Au moins 66% des durées des contrats Saas signés le sont sur au moins 3 ans indique le Syntec Numérique.

 

Le TCO entre maintenance et Saas est en cours de rééquilibrage

La dynamique Saas devrait s’accélérer en 2018 selon Gilles Mezari : « 45% des affaires signés au premier trimestre 2018 le sont en Saas, et ce pourcentage avoisine 35% chez les grands éditeurs. Le passage au Cloud devient une priorité pour un nombre croissant de nos clients ». Interrogé sur le potentiel manque à gagner des éditeurs sur les contrats de maintenance, inexistants en Saas du fait des mises à jour en ligne, Gilles Mezari  estime que : «  le TCO entre la maintenance et le Saas est en cours de rééquilibrage ».

 

Olivier Bellin

bellin@channelbp.com,

#CBPMagazine, #BellinCBP, #GUIDECLOUD

Aucun Vote
Réseaux sociaux :
Twitter Facebook Google LinkedIn

Autres articles sur le même sujet :

Mots clefs :