IT BtoB European Collaborative Webzine for leaders

Le RGPD : pourquoi ça fait si mal ?

publié le jeudi 24/10/2019

Au début de l’histoire, il y a ce que l’on dit et surtout, il y a ce que l’on fait. Les marques communiquent ouvertement sur le respect de leurs clients quand bien même au cours des dix dernières années, ce respect passait par une surexploitation des données personnelles de ces derniers.

 

Ainsi, lorsque le règlement européen est annoncé, en mai 2016, personne n’en accepte l’esprit principal : le respect de la vie privée des citoyens. Et tout le monde s’arc-boute sur ce qu’il a envie d’en comprendre.

 

Résumons les cinq étapes par lesquelles le marché a expérimenté et expérimente le RPGD.

 

Étape 1 : choc et déni

Les marques pensent que le règlement n’est là que pour adresser les enjeux des GAFA, qu’il ne sera pas appliqué et quand bien même il le serait, la CNIL n’aura pas les moyens de faire les contrôles et n’osera condamner.

 

Étape 2 : colère et inquiétude

Le scandale Cambridge Analytica éclate. Le marché comprend que la mise en application du RGPD sera inévitable. Il est temps de s’organiser. Branle-bas de combat avec avocats et sociétés de conseil, chacun se revendiquant, bien sûr, expert en la matière. Ces prestations sont coûteuses et inexploitables pour une conformité continue.

 

Étape 3 : solitude et peur

Les marques constatent que les amendes tombent. C’est un thème explosif en entreprise que personne ne souhaite porter. Les départements IT, métiers et juridique ne s’entendent pas sur le sujet, chacun cherchant à minimiser sa part de responsabilité.

 

Étape 4 : prise de conscience

Les sociétés constatent que les interventions des cabinets d’avocats et des sociétés de conseil ne suffisent pas à adresser la mise en conformité ou que ce qui a été délivré n’est pas exploitable sur le long terme ni de façon industrielle.

 

Étape 5 : acceptation et renouveau

Certaines entreprises ont trouvé la solution leur garantissant une mise en conformité en continu, de façon technologique, sans que cela soit un slogan marketing.

Maintenant que le marché est en état d’acceptation, voyons pourquoi le RGPD ne devrait pas faire si mal :

  1. Le règlement n’empêche personne de travailler ;
  2. Il concrétise le changement de statut de la donnée personnelle ;
  3. Il demande à ce qu’il y ait une prise de conscience aigüe de ce changement de statut par l’intermédiaire d’une mesure du risque en continu.

Soyons clairs, une telle mesure de risque continue ne peut être adressée autrement que d’un point de vue technologique. Dans le cas contraire, votre conformité n’est, en fait, qu’une illusion.

 

Pour finir, la gestion du consentement ne constitue qu’un article du règlement. Celui-ci vous oblige à changer de paradigme quant aux moyens de communication que vous souhaitez mettre en place avec vos clients et prospects. Il vous oblige à devenir innovant et disruptif, mais surtout, bienveillant envers votre marché, qui constitue un de vos actifs les plus précieux.

 

Anne DESMETTRE, PDG de Black Tiger

Aucun Vote
Réseaux sociaux :
Twitter Facebook Google LinkedIn

Autres articles sur le même sujet :

Mots clefs :