IT BtoB European Collaborative Webzine for leaders

Le grossiste Synnex pourrait renforcer ses positions en Europe dès 2020

publié le jeudi 05/12/2019

En croissance, le 3e grossiste IT américain n’exclut pas de renforcer ses positions en Europe dès 2020. Synnex rachètera-t-il les actifs restants du VAD Westcon, tous basés en Europe ? Michael Urban, le président de Technology Distribution au plan mondial chez Synnex, s’intéresse de près à la possible cession de ses concurrents Tech Data et Ingram Micro.


MAGAZINE CHANNELBP.COM (CBP) : Comment se porte le distributeur IT californien Synnex en 2019 ?
MICHAEL URBAN préside depuis février 2019 tout le pôle Technology Distribution de Synnex, le 3e grossiste IT américain. Il a aussi travaillé 6 ans pour son concurrent Tech Data (2012-2017) et il a dirigé le grossiste IT allemand Actebis pendant 13 ans (1990-2003) :
Synnex génère une croissance importante en 2019, de l’ordre de 16% au troisième trimestre 2019. Cette progression a probablement permis au groupe de passer cette année en 2e position sur le marché américain de la distribution IT, derrière Ingram Micro, tant en termes de chiffre d’affaires que de bénéfices.

 

Réaliser des acquisitions et développer l’activité de Synnex à l’international, n’est-ce pas les principales raisons de votre recrutement ?

Dennis Polk, le PDG du groupe Synnex, m’a recruté au début 2019 pour gérer l’activité Distribution Technologies du groupe au plan mondial, et lui apporter de nouvelles idées afin d’accélérer la croissance du groupe, tant en Amérique du Nord qu'à l’international.


Pourquoi Synnex n’est-il pas déjà présent en Europe, ne serait-ce que pour concurrencer ses deux grands rivaux dans la distribution IT : Tech Data et Ingram Micro ?

Synnex réalise déjà beaucoup de livraisons globales dans le monde pour différents fournisseurs ou revendeurs IT, y compris en Europe. Et comme Synnex désire clairement devenir un distributeur encore plus global, si une opportunité se présente en Europe, et si nous croyons que le marché est porteur, nous la saisirons.

Une telle acquisition pourrait-elle se présenter dès 2020 pour Synnex ? Sous la forme du rachat du reste des activités de Westcon, lesquelles sont en Europe ?
Synnex n’a aucune raison de vouloir précipiter les choses, d’autant que l’économie européenne n’est pas très dynamique actuellement. Quant au rachat des actifs restants de Westcon, tous basés Europe effectivement, cela pourrait être une option… Notre acquisition de Westcon-Comstor ne concernait à l’époque que ses activités américaines, lesquelles représentaient alors environ 90% de son chiffre d’affaires.

Synnex serait-il intéressé par le rachat d’Ingram Micro si HNA, son propriétaire chinois actuel, prévoyait de le revendre prochainement pour se désendetter ?
A priori non. Le prix de vente sera sans doute élevé, car HNA ne veut pas revendre Ingram Micro à perte alors qu’il l’a payé 15 fois son bénéfice à l’époque. En outre, son acquéreur devrait sans doute réinvestir de manière conséquente pour redévelopper l’entreprise. En effet, en dehors du Cloud, Ingram Micro a relativement peu investi dans d’autres secteurs porteurs ces dernières années.

Que pensez-vous du prochain rachat de votre concurrent Tech Data par le fonds d’investissements Apollo ?
Les sociétés de capital-investissement cherchent depuis un certain temps déjà des sociétés à racheter dans le canal de distribution informatique. L’annonce officielle d’Apollo de la semaine dernière prouve à quel point ce canal est attractif pour les investisseurs. Les solutions informatiques devenant de plus en plus complexes, le channel informatique est plus que jamais nécessaire pour assurer l’essentiel des livraisons de solutions complexes. Rappelons que la transformation numérique portera les investissements informatiques des clients de 5 000 milliards de dollars en 2019 à 14 000 milliards de dollars dans 10 ans.

Quels sont d’ailleurs les marchés ou technologies sur lesquelles Synnex prévoit d’investir prioritairement en 2020 ?

Synnex prévoit surtout de monter dans la chaîne de valeur afin de sortir de son image de logisticien IT. Le groupe désire donc investir davantage dans les services et sur des segments porteurs comme celui du Cloud Hybride.

Synnex investira-t-il également pour développer Concentrix, sa filiale spécialisée dans les services de gestion de la relation-client (CRM) ?
Synnex continue à développer ses deux activités en parallèle, lesquelles sont séparées car la nature de leurs services et de leurs clients sont totalement différents. Je rappelle que Concentrix a déjà racheté en 2018 les activités de centre d’appels de Convergys.

Les grossistes IT comme Synnex redoutent-ils que leurs fournisseurs ne tentent d’adresser davantage en direct les revendeurs et clients finaux grâce au Cloud ?
Je souhaite bonne chance aux fournisseurs IT qui souhaitent passer en direct. Je leurs rappelle que notre industrie s’est réinventée tous les 5 ans par le passé… Rappelons également que si Microsoft a réussi sa conversion au Cloud, c’est grâce à la force de son channel et à sa capacité à réinventer ses produits et sa stratégie commerciale.

 

Olivier Bellin

bellin@channelbp.com,

#channelbp.com, #CBPMagazine, #CBP,

#DATACLOUDADVISOR.COM, #Bellin, #BellinCBP

Moyenne: 5 (1 vote)
Réseaux sociaux :
Twitter Facebook Google LinkedIn

Autres articles sur le même sujet :

Mots clefs :