IT BtoB European Collaborative Webzine for leaders

Le Cloud n’a plus les faveurs du Gouvernement

publié le jeudi 26/05/2016

Le Gouvernement a publié mi-mai un magnifique rapport – un de plus - sur les « Technologies clés 2020, préparer l'Industrie du futur ». Or, quasiment pas un mot, ni une rubrique consacrée au Cloud Computing sur 620 pages !

 

Quasiment absent de ce rapport, le Cloud n’est donc plus une technologie-clés pour doper l’économie française d’ici 2020. Pourtant, le Gouvernement a (trop ?) porté aux nues le Cloud computing ces quatre dernières années. Arnaud Montebourg, le premier Ministre de l’Economie, du Redressement Productif et du Numérique de François Hollande, l’avait même inclu fin 2013 dans les 34 plans pour la Nouvelle France Industrielle. Il considérait alors le Cloud comme « une priorité nationale », comme son successeur d’ailleurs, Emmanuel Macron. Du moins jusqu’au début 2016 et à la parution de ce rapport semble-t-il.

 

Le Gouvernement aurait-il mal digéré l’échec retentissant en 2015 de ses investissements dans Cloudwatt et Numergy, les deux Clouds souverain français qu’il avait initié en grandes pompes dès 2012 ? Leurs rachats par certains de leurs actionnaires respectifs – Orange et SFR - auraient-ils mis un terme aux ambitions du Gouvernement dans le Cloud ? Aurait-il dépouillé la France de ses champions du Cloud ou d’une filière compétitive et exportable ?

 

Le Cloud est pourtant partout

Pierre-José Billotte, le président de l’association Eurocloud, ne le croit pas. Cet expert reconnu estime que la France possède toujours de nombreuses pépites dans le Cloud. Il déplore donc le sort réservé au Cloud dans ce rapport, mais cela ne l’étonne guère : « Des rapports, livres blancs, recommandations, on en accumule depuis 30 ans…. Sans rien changer sur le niveau du numérique en France. L’affaire des Cloud souverains en est un bon exemple : absence de vision, absence de leadership politique… Le Cloud est partout dans la transformation numérique de la société, en parler si peu est la démonstration de l’inculture de nos dirigeants politiques en matière de numérique ». Il est vrai que l’infrastructure IT dont dépend le succès de services tels que Blablacar ou d’Uber, c’est du Cloud, derrière l’IoT, c’est du Cloud, etc.

 

L’absence de valorisation du Cloud « made in France » par le Gouvernement et les grands serviteurs de l’Etat est d’autant plus surprenant que certains des membres des Comités stratégique et de pilotage de ce rapport sur les « Technologies clés 2020, préparer l'Industrie du futur » avaient des choses à dire. En effet, on y constate la présence des représentants de deux ex-actionnaires de Cloudwatt et Numergy, à savoir Bull et Orange. Interrogé, le cabinet du Ministre de l’Economie, du Redressement Productif et du Numérique ne nous a pas fourni de réponses quant à l’absence du Cloud dans ce rapport.

 

L’hébergement est-il aussi le parent pauvre de la révolution Numérique ?

CBP a également constaté que lorsque les auteurs de ce rapport abordent les questions du Cloud, du HPC ou de l’Internet des Objets (IOT), ils ne mentionnent quasiment pas les problématiques liées à la filière de l’hébergement « made in France ». La chambre syndicale des hébergeurs et des salles informatiques (Cesit) s’étonne du manque de reconnaissance du rôle des datacenters dans l’économie Numérique : « Coté datacenter, nous n’avons certes qu’une petite rubrique au sein du chapitre « numérique », mais les informations qui y figurent sont pertinentes selon moi. Plus inquiétantes sont celles qui n’y figurent pas : évolution de la demande, régionalisation, gestion d’exploitation, ou tout simplement capacité à livrer de nouvelles infrastructures suffisamment vite pour répondre à la demande, et à former des personnels compétents pour les exploiter, voilà des sujets qui sont ignorés et qui vont pourtant impacter tout le numérique, pas juste les infrastructures », indique Philippe Luce, son porte-parole.

 

Moyenne: 5 (1 vote)
Réseaux sociaux :
Twitter Facebook Google LinkedIn

Autres articles sur le même sujet :

Mots clefs :