IT BtoB European Collaborative Webzine for leaders

Le CHU de Saint-Etienne et les centres de dialyse Calydial adoptent le télésuivi médical pour leurs patients

publié le jeudi 05/07/2018

TMM Software, acteur reconnu sur le marché de l’e-santé, a présenté fin mai au salon Health Information Technologies (HIT) ses logiciels autour du télésuivi médical.

 
À cette occasion, le Professeur Christophe Mariat, Néphrologue au sein du CHU de Saint-Etienne, et Anne-Laure Camarroque, responsable de projets innovation et télémédecine chez Calydial, sont intervenus pour évoquer les différents cas d’usage de la télésurveillance médicale. Retour sur leurs expériences.

 

Professeur Christophe Mariat : le CHU de Saint-Etienne expérimente le télésuivi médical pour le suivi de greffe et le suivi des donneurs vivants

“ Aujourd’hui, le suivi médical est une réelle difficulté pour les médecins et les établissements de santé. Avec le développement de l’ambulatoire, l'augmentation du nombre de patients et la baisse des effectifs, difficile d’obtenir un suivi optimal des patients. Depuis 3 ans au CHU de Saint-Etienne, nous expérimentons le télésuivi médical avec apTeleCare de Tmm software sur 256 patients : des suivi de greffes, mais également des suivis de donneurs d’organes vivants. Et c’est tout à fait unique en France. Actuellement, lorsque vous donnez un organe, vous n’avez aucun suivi par la suite : soit parce que vous êtes trop loin pour venir, soit parce qu’on suppose que tout va bien. Le télésuivi médical permet, grâce notamment à la téléconsultation, d’effectuer des rendez-vous de contrôle, de détecter d’éventuelles anomalies grâce à la saisie de différentes données et d’éduquer le patient quant aux symptômes à surveiller.

Et les bénéfices attendus sont nombreux : un gain de temps pour les professionnels de santé, un protocole de soins plus confortable pour les patients, une baisse des hospitalisations… C’est pourquoi, je mène actuellement une étude comparative sur des patients greffés et des donneurs vivants suivis avec la solution et des patients suivis de façon classique. Ce projet (PREPS) concerne 350 patient et devrait durer 3 ans. “

 

Anne-Laure Camarroque (Calydial) : “L’objectif du PRME Nelly est de prouver l’efficience du télésuivi”

“ Nous utilisons le télésuivi médical pour la dialyse à domicile sur 45 patients depuis 2013. Nous pouvons déjà constater de nombreux bénéfices : plus de confort pour le patient, une meilleure organisation pour le personnel de santé, des patients plus impliqués dans leur protocole de soin, moins d’hospitalisations… Cependant, afin de prouver l’efficience du télésuivi médical, nous avions besoin d’aller plus loin et d’un échantillon plus important.

Nous avons donc engagé un projet national de recherche (NeLLY) pour les patients atteints de maladies rénales chroniques sévères non dialysées. L’analyse portera donc sur l’impact de NeLLY à travers la solution apTeleCare, sur les consommations de soins, la qualité de vie et le parcours de santé du patient. D’ici quelques mois, 640 patients seront suivis pendant 3 ans dans les 12 établissements de santé engagés dans ce programme. Le but est de prouver que le télésuivi médical permet de retarder la dialyse et d’éviter l’hospitalisation. Les maladies rénales sont asymptomatiques et il est difficile de les soigner. De plus, tout est lié,  la tension, l’anémie, les problèmes cardiaques... ont un impact sur le fonctionnement des reins. Le télésuivi permet donc également de gérer toutes ces anomalies grâce à un suivi régulier, à des alertes en cas de données anormales, à l’éducation thérapeutique des patients… Ce sont toutes ces préventions qui évitent l’hospitalisation et l’aggravation des symptômes. ”

 

Les 12 établissements engagés dans le PRME NeLLY : Calydial, CHU de Saint-Etienne, Artic 42, ADPC Marseille, CHU Marseille, CHU Reims, CH Chalon sur Saône, CHU Clermont-Ferrand, CHU Rennes, CHU Caen, CH Saint-Joseph Saint-Luc Lyon, CH Lyon Sud.

Aucun Vote
Réseaux sociaux :
Twitter Facebook Google LinkedIn

Autres articles sur le même sujet :

Mots clefs :