IT BtoB European Collaborative Webzine for leaders

La France exclue de l'Histoire si elle loupe le virage du Numérique ?

publié le jeudi 11/07/2019

« La France pourrait sortir de l'Histoire si elle n'est pas capable de prendre le virage du Numérique », a déclaré le 8 juillet Cedric O, secrétaire d'Etat en charge du Numérique, devant les membres de l'association Tech In France. Pour aider les entreprises françaises à prendre ce virage, dans un secteur qu'il juge systémique désormais, le ministre invite les organisations du Numérique à innover et à être plus « représentatives ».

 

Cedric O, le ministre français en charge du Numérique, avait déjà tenu ce discours, un peu alarmiste, deux semaines plus tôt, lors des 50 ans du Syntec Numérique. Bien évidemment, il a incité les adhérents de l'association Tech In France à l'accompagner dans le développement d'actions favorisant la « Souveraineté » Numérique française : « Nous devons porter ensemble un combat pour définir notre souveraineté numérique afin que notre modèle social continue à se propager. C'est un combat que nous n'avons pas encore gagné. (…) Nous devons également veiller à ce que nos entreprises actuelles soient au niveau technologiquement ». Ainsi qu'en termes de compétences également car le potentiel en termes de création de postes est très important. D'ailleurs, Cedric O a souligné qu'aux Etats-Unis, un tiers des emplois nets sont créés par le secteur du Numérique.

 

Comment favoriser concrètement l'émergence d'une « Souveraineté » Numérique française ?

Le ministre n'a pas éludé la question de savoir comment ce Gouvernement prévoit, ou pas, de favoriser concrètement l'émergence d'une « Souveraineté » Numérique française. Premier constat : « Notre Gouvernement, et c'est nouveau par rapport aux équipes précédentes, ne considère plus seulement le Numérique comme un domaine « sympathique ». Ce secteur est devenu systèmique dans notre industrie ».

Selon Cedric O, il est difficile de créer cette « Souveraineté » sans réformer tout d'abord la fiscalité du capital en France : « Même si nous prenons beaucoup de coups politiques. Il faut mettre en place le bon cadre financier, et favoriser en outre le recrutement, qui est l'un des sujets majeurs des entreprises du Numérique actuellement ».

 

L'écosystème français du Numérique affiche une ambition qu'il n'avait pas avant

Le ministre est malgré tout optimiste quant au potentiel des acteurs français pour conquérir le marché européen ou international du Numérique. « Je suis assez optimiste quant à leur capacité à rivaliser avec les grandes entreprises américaines, car beaucoup d'innovateurs sont français, dans des secteurs comme l'Intelligence Artificielle notamment. Toutefois, la question qui se pose aujourd'hui est de savoir comment garder nos talents ou les faire revenir ».

Le ministre invite d'ailleurs les acteurs du Numérique à ne pas attendre que « l'Education nationale régle vos problèmes de formation, sinon, vous pouvez attendre longtemps. C'est compliqué mais vous devez vous débrouiller par vous-même pour apporter des solutions aux entreprises qui composent vos organisations. Ce n'est pas non plus le Gouvernement qui va créer seul tous ces emplois ». Enfin, Cedric O souligne aussi l'importance de créer le bon écosystème « souverain » au niveau international.

Autre sujet d'optimisme pour Cedric O, l'écosystème français du Numérique « affiche une ambition qu'il n'avait pas avant. Désormais, nos chefs d'entreprise veulent devenir les meilleurs, voire des leaders mondiaux. Ils ne pensent plus seulement à revendre leur entreprise dès que possible à des acteurs américains ».

 

La représentativité du secteur Numérique est insuffisante en France

A l'instar de ses prédécesseurs, le ministre français en charge du Numérique regrette la représentativité insuffisante des acteurs du secteur du Numérique. Cedric O estime qu'il y a trop d'associations, de syndicats ou d'organisations en tout genre revendiquant la promotion de tels ou tels secteurs du Numérique. Résultat : « Pour les pouvoirs publics, il est plus facile de jouer sur vos divisions, contrairement au secteur de la banque par exemple. Pourtant, en devenant systémique, votre secteur doit être capable de venir solliciter le Gouvernement afin de tenter de nous imposer vos points de vue ».

 

Olivier Bellin

bellin@channelbp.com,

#channelbp.com, #CBPMagazine, #CBP, #GUIDECLOUD.FR, #DATACLOUDADVISOR.COM, #Bellin, #BellinCBP

Moyenne: 5 (1 vote)
Réseaux sociaux :
Twitter Facebook Google LinkedIn

Autres articles sur le même sujet :

Mots clefs :