IT BtoB European Collaborative Webzine for leaders

Interxion rebat les cartes sur le marché de l’hébergement à Marseille

publié le vendredi 03/10/2014

Spécialiste de la colocation en data centers neutres, Interxion déboursera 45 ME cet automne pour acquérir et moderniser le data center MRS 1 de SFR à Marseille. Une opération qui a de quoi inquiéter certains opérateurs de data centers dans la région, dont Jaguar Networks.

 

(MAJ 06-10-14) Qui aurait dit qu’Interxion, l’un des géants mondiaux des data centers en colocation neutre, comptant 37 data centers répartis sur 11 pays européens, irait investir autant d’argent en dehors d’une grande capitale européennes ? Peu de gens. Cela dit,  l’information avait peut-être fuitée... En effet, les dirigeants d’ASPServeur et de Jaguar Networks, deux importants opérateurs de data centers dans la région de Marseille, ont peut-être anticipé ce genre d’annonce. Sébastien Enderle, le PDG d’ASPServeur, avait vendu 80% de ses parts à Digital Dimension, une co-entreprise d’Econocom, quelques mois avant l’annonce d’Interxion. Quant au patron de Jaguar Networks, Kevin Polizzi, il dévoilait en mai 2014 l’entrée de Naxicap à son capital, ainsi que de probables acquisitions.

 

Peuvent-ils résister à l’arrivée d’Interxion ?

On peut aussi se demander s’ils ont les moyens, les offres et la taille critique nécessaires pour rivaliser avec ce géant de l’hébergement neutre ? Opérateur télécoms créé en 2001, et détenteur d’un data center tier 3 de 8000 m² depuis 2006, Jaguar Networks affiche plus de 40% de croissance annuelle moyenne (depuis 5 ans) et un chiffre d'affaires prévisionnel de plus de 20 millions d’euros en 2014. Il affirme aussi être connecté via un réseau de fibre optique à une vingtaine de data centers en Europe.

 

Quant à son rival local, ASP Serveur, il revendique une centaine de connexions de ce type dans le monde. Détenteur d’un data center tier 3+ (disponibilité théorique de 99.998%)

 de 4400 m² depuis 2009, il a réalisé en 2013 un chiffre d’affaires de 3,5 millions d’euros, notamment auprès de grands comptes dans les domaines du e-commerce et des utilities, et dans le secteur public. L’un comme l’autre propose aussi des services du type PRA, PCA et Cloud. A ce titre, ils se démarquent tous les deux d’Interxion, qui propose avant tout de l’hébergement haut de gamme. Quant aux tarifs, difficile de savoir quel est le plus compétitif des trois.

 

Sébastien Enderle, le PDG d’ASPServeur, tient à souligner que le rachat du data center de SFR par Interxion ne l'inquiète pas du tout, pour plusieurs raisons : « Tout d'abord, son arrivée est même une très bonne chose pour nous. Car contrairement à Interxion, ASPServeur est un opérateur de services managés, et non pas un spécialiste la colocation en data center. L’utilisation de notre propre data center est surtout réservée à nos clients consommateurs de services managés. ». Le patron d’ASPServeur estime également que l’implantation d’Interxion en région PACA est une bonne chose « car cela prouve que notre région est une région d’avenir pour les data centers. Un groupe comme Interxion ne se lancerait pas dans cette aventure sans une solide étude de marché.". La direction de Jaguar Networks n'a pas commenté l'acquisition réalisée par Interxion.

 

Par comparaison, avec un chiffre d'affaires de 50 ME en 2013, Interxion France s’affirme comme le leader de l’hébergement en colocation neutre sur Paris, zone où il déclare détenir 28% de parts de marché en termes de chiffre d'affaires avec 3 data centers Tier 3, face à une petite dizaine de pure players. Pour information, seuls 6 à 7 acteurs seulement concentrent 70% de la facturation en Ile-de-France, laquelle représente environ 80% de la facturation nationale. Le groupe Interxion possède 37 data centers répartis sur 11 pays européens.

 

Interxion débourse 45 millions d’euros pour acquérir et rénover le data center MRS 1 de SFR

L’acquisition par Interxion du data center MRS 1 de SFR à Marseille devrait être finalisée au cours du troisième trimestre 2014. L’investissement lié à l’acquisition et la construction de MRS 1 est estimé à environ 45 millions d’euros, dont environ 20 millions d’euros liés à l’acquisition du terrain et des bâtiments, et à la construction des deux premières phases. Quand son agrandissement et sa rénovation seront achevés, ce data center disposera d’environ 5700 mètres carrés avec un minimum de 6 MW de puissance électrique. L’ouverture de la première phase de 500 m² est prévue au quatrième trimestre 2014 et celle de la deuxième phase, d’environ 500 m² également, au cours du premier trimestre 2015.

 

Un data center stratégique pour la connectivité des data centers et des clouds

Le data center MRS 1 de SFR sert actuellement de nœud de transit et de cache pour plus de 60 fournisseurs de réseau, bénéficie d’un accès au point d’agrégation de huit câbles sous-marins arrivant à Marseille. En plus d’acquérir le terrain, les bâtiments et les équipements du data center, Interxion a signé un contrat avec SFR qui permet un accès direct et immédiat à la communauté existante de fournisseurs de réseau et de câblo-opérateurs. Interxion et SFR ont également conclu des accords transitoires, ainsi que le transfert par SFR à Interxion de la majorité de l’espace occupé ou sous-loué actuellement par SFR sur le site.

 

Un choix stratégique pertinent

Sébastien Enderle considère que ce rachat du data center MRS 1 de SFR est un choix stratégique pertinent : « Ils ont compris, comme nous l’avons déjà fait il y a quelques années, que la porte européenne vers l’Asie, l’Afrique et le Moyen Orient c’est Marseille et plus particulièrement la Ciotat avec l’arrivée des fibres optiques ici et à La Seyne-sur-mer. ». Une analyse que confirme David Ruberg, PDG d’Interxion : « L’investissement d’Interxion dans MRS 1 le positionne au carrefour de la connectivité entre l’Europe, l’Asie, l’Afrique et le Moyen-Orient. L’important hub réseaux, issu de l’agrégation de points d’atterrissage de multiples câbles sous-marins qui se connectent aux câbles terrestres, fait de Marseille une porte d’accès télécom très attractive. Nos clients connectivité, CDN, médias sociaux et cloud, cherchant à servir les marchés émergents qui deviennent accessibles par ces câbles, ont exprimé un fort intérêt. Nous souhaitons étendre le hub de connectivité existant au sein de MRS 1 et développer des hubs cloud et de contenu stratégiques et prospères ».

Moyenne: 5 (1 vote)
Réseaux sociaux :
Twitter Facebook Google LinkedIn

Autres articles sur le même sujet :

Mots clefs :