IT BtoB European Collaborative Webzine for leaders

Infodis prévoit de doubler de taille d'ici 2023

publié le mardi 05/11/2019

Pour ses 35 ans, Infodis va renforcer son offre orientée autour de l’infogérance, tant matérielle que logicielle, dans son catalogue de services IT. Fort de l’entrée en 2019 de LBO France à son capital, l’intégrateur IT francilien souhaite également s’implanter en région, et pourquoi pas dans des pays frontaliers. Des acquisitions sont à l’étude pour doubler son chiffre d’affaires d’ici 2023.

Magazine ChannelBP.com : Quelles sont les ambitions d’Infodis pour 2020 ?
Vighen Papazian, PDG et co-fondateur d’Infodis, une ESN francilienne créée en 1985 qui a fortement développé ses offres dans les services IT, dont l’infogérance :
Infodis prévoit de recruter quelques 180 collaborateurs d’ici fin 2020, dont davantage de femmes, essentiellement dans l’ingénierie des systèmes IT et des réseaux, et les services aux utilisateurs et aux usages. Le groupe va également promouvoir davantage l’infogérance matérielle et aussi logicielle sur le poste de travail. Enfin, Infodis souhaite s’implanter en dehors de l’Ile-de-France dans les trois prochaines années, et pourquoi pas dans des pays frontaliers, via des acquisitions notamment.

Comment Infodis finance-t-il sa croissance et ses acquisitions en 2019 ?
Infodis a doublé de taille en seulement deux ans et demi, car nous avons décidé en 2016 de ne plus financer notre croissance et nos acquisitions uniquement sur nos fonds propres. Cette pratique limitait en effet notre ingénierie financière et la taille de nos acquisitions précédentes. Infodis a donc fait entrer le fonds d’investissements Ciclad à hauteur de 50% de son capital afin de pérenniser l’entreprise. Son arrivée a donné d’ailleurs lieu à l’acquisition de SRID. Ensuite, comme un fonds sort normalement au bout de 5 ans, j’ai fait entrer en mars 2019 LBO France au capital, puis BPI France, car notre objectif était encore de doubler de taille et de maintenir un bon Ebidta dans les années à venir.

Avez-vous cédé toutes vos parts dans Infodis ?
Non. Jacques Gourseaud et moi avons conservé chacun au moins 7 à 8% du capital d’Infodis.

Pourquoi Infodis a-t-il recruté ensuite Stéphane Clément en juillet 2019 ?
Infodis a recruté Stéphane Clément, l’ex-président de l’ESN Proservia, afin de développer son expertise dans l’infogérance, prestation qui est devenue notre métier de base au fil des années. Aujourd’hui, elle génère de 40 à 50% de notre chiffre d’affaires.

Pourquoi investir davantage dans l’infogérance aujourd’hui ?
L’infogérance est une prestation très appréciée des clients. Mais elle a très mal suivi l’évolution des nouvelles habitudes digitales des utilisateurs finaux. Nous devons donc nous adapter pour répondre aux attentes des nouvelles générations dites « digital natives », dont les compétences techniques sont parfois meilleures que celles de notre support utilisateurs de bas niveau. D’ailleurs, les grandes SSII sont sorties de l’infogérance bas de gamme pour ces mêmes raisons.

Infodis poursuivra-t-il ses acquisitions en 2020 ?
Les acquisitions sont nécessaires, ne serait-ce que pour nous permettre d’acquérir des compétences difficiles à trouver et coûteuses, sans lesquelles Infodis ne peut maintenir une croissance soutenue. D’ailleurs, le groupe a pris des engagements financiers avec ses nouveaux investisseurs pour générer une croissance organique forte, laquelle n’exclue pas de réaliser des acquisitions. Notre objectif de chiffre d’affaires à horizon 2023 est de 80 M€, contre 41,8 M€ en 2018.

Quels types d’acquisitions recherchez-vous ?
Infodis étudie plusieurs dossiers avec LBO concernant des ESN rentables dans l’assistance technique que l’on embarquera dans l’infogérance, ne serait-ce que pour pallier notre problème de recrutement par exemple.

En Ile-de-France uniquement ?
Non. Infodis souhaite s’implanter en dehors de l’Ile-de-France dans les trois années à venir, et pourquoi pas dans des pays frontaliers, et notamment en Europe du Sud où nous pouvons consolider de petites ESN locales. Infodis va créer de petits centres de services IT en région avec 50 collaborateurs maximum. Idem pour l’hébergement. En complément, nous réfléchissons à une possible verticalisation de nos services par industrie, dans la Banque, les Médias, etc. notamment

Comment expliquez-vous la longévité impressionnante d’Infodis ?
Infodis est une ESN atypique car son PDG est toujours à la tête de l’entreprise depuis 1985 et il porte ses valeurs. 90% des clients signés il y a 10 ans le sont toujours en 2019 car ils apprécient nos valeurs humaines, notre savoir-être et notre qualité de service.

Comment Infodis a-t-il traversé les nombreuses révolutions informatiques ?
Notre groupe a su s’adapter et se transformer pour traverser les nombreuses révolutions informatiques successives, dont Internet, le Cloud, etc. Je rappelle que lors de la création d’Infodis, les premiers PC étaient gros comme une table et les téléphones portables n’existaient pas. Dès le départ, Infodis vendait du matériel et les prestations associées, mais les marges se sont effondrées. J’ai donc décidé d’investir davantage dans les services en 1999 en rachetant à la barre Blue Maintenance Système (LTA), une entreprise de services IT. Elle était quatre plus grosse qu’Infodis à l’époque.

Cet investissement dans les services s’est-il révélé payant 20 ans après ?
Cette acquisition nous a déjà permis de doubler de taille dès 2001. Aujourd’hui, notre croissance reste forte et Infodis n’a pas enregistré un seul exercice déficitaire depuis sa création en 1985, malgré les révolutions et les crises successives, ainsi que la pression sur les marges.

Comment gérez-vous l’évolution de la masse salariale et l’évolution de vos collaborateurs, lesquels font preuve d’une grande fidélité ?
Infodis a construit un modèle économique basé sur la promotion interne et le financement de cursus certifiants. Nos collaborateurs peuvent ainsi évoluer vers le conseil et la direction de projets au sein du groupe. La performance d’Infodis est de n’avoir pas loupé les bons virages technologiques, tout en formant son personnel pour le faire évoluer.

 

Olivier Bellin

bellin@channelbp.com,

#channelbp.com, #CBPMagazine, #CBP,

#DATACLOUDADVISOR.COM, #Bellin, #BellinCBP

Moyenne: 5 (2 votes)
Réseaux sociaux :
Twitter Facebook Google LinkedIn

Autres articles sur le même sujet :

Mots clefs :