1st European collaborative IT BtoB webmagazine

IA : grand remue-méninge chez IBM Watson

publié le mardi 29/05/2018

Big Blue licencie aussi chez Watson, le pôle qui porte ses projets en intelligence artificielle (IA). Et tout particulièrement dans le secteur médical aux Etats-Unis. Surprenant alors qu'IBM a annoncé fin mai au président Macron l'ouverture prochaine en France d'un centre de R&D sur l'IA employant jusqu'à 400 salariés.

 

Longtemps présenté par IBM comme le Parangon de l'intelligence artificielle (IA), Watson n'est pas encore l'important relais de croissance espéré par Big Blue. Et surtout pas dans le secteur médical, contrairement à ce que sa PDG, Ginny Rometti, promettait dès 2015 (« Health Care Will Be Our Moon Shot »), puis en 2016, et en 2017. Loin s'en faut selon plusieurs sources internes, dont celle d'un syndicaliste du groupe IBM.

 

Sur sa page Facebook baptisée Watching IBM, lui et d'autres salariés expliquent que n'ayant pas encore obtenu les gros contrats espérés dans la Santé, Big Blue ferait le ménage depuis fin mai dans la branche Santé de Watson aux Etats-Unis. Et tout particulièrement dans les équipes des jeunes sociétés américaines (Phytel, Explorys, Truven) acquises à prix d'or (pour un total d'environ 3 Md$) afin de booster le développement de son IA dans le secteur médical.

 

Plusieurs centaines d’IBM-ers remerciés chez Watson

Plusieurs centaines d’IBM-ers sur les quelques 7000 employés travaillant sur l'activité IA de Watson, dont de nombreux seniors, auraient déjà été remerciés aux Etats-Unis. Environ 80% des quelques 230 salariés de son seul pôle de développement à Dallas et un tiers de son équipe en charge de la relation-client à Truden auraient été impactés. Sans parler des équipes Watson présentes à Raleigh et à AnnArbor, qui auraient, elles aussi, payées un lourd tribut à cette nouvelle vague de licenciements.

Cette dernière avait été confirmée à mots couverts par IBM en mars 2018 lors de la présentation de ses résultats financiers. Elle devait concerner essentiellement l'Europe. Or, on constate aujourd'hui qu'elle impacte également le cœur des équipes de Big Blue gérant certaines de ses activités « stratégiques » (Cloud, IA, etc.) aux US... Et pas uniquement celles des équipes du pôle Global Technology Services (GTS).

Au même moment, une Ginny Rometti sur le départ annonçait fin mai au président Macron, lors du sommet "Tech for Good Summit" de Paris, l'ouverture prochaine en France d'un centre de R&D IBM sur l'IA employant jusqu'à 400 salariés (effet RGPD?)... et la création totale de 1800 postes dans l'Hexagone. Une annonce mal vécue par les salariés américains de Big Blue.

 

Big Blue prépare-t-il avec Bain Capital une scission du groupe en deux pôles ?

L'implication du fonds Bain Capital dans la restructuration en cours d'IBM sur ses pôles Watson et GTS pose question en interne. Certains salariés se demandent désormais si Big Blue ne prépare pas, à l'instar de HP en 2017, et sur les conseils de Bain Capital, une scission du groupe en deux pôles. D'un côté, on trouverait ses activités Cloud/AI/R&D et services. Et de l'autre, une puissante branche Services IT qui inclurait le Conseil, divers services IT, dont l'infogérance, et l'offshore. IBM irait-il jusqu'à céder l'un d'elles ?

 

Olivier Bellin

bellin@channelbp.com,

#CBPMagazine, #BellinCBP, #GUIDECLOUD

Moyenne: 5 (1 vote)
Réseaux sociaux :
Twitter Facebook Google LinkedIn

Autres articles sur le même sujet :

Mots clefs :