IT BtoB European Collaborative Webzine for leaders

HP France affiche des objectifs très ambitieux pour 2014

publié le mercredi 15/01/2014

Gerald Karsenti, le président de HP France, pense que sa filiale peut croître deux fois plus rapidement que le marché IT français en 2014. Il s'est félicité des bons résultats déjà enregistrés en 2013, grâce à ses partenaires. Ce dirigeant a aussi évoqué les projets de HP en matière d'acquisitions, de smartphones, de serveurs Itanium, etc.

 

Présentant mi-janvier ses vœux à la presse, Gerald Karsenti a affiché des objectifs très ambitieux pour 2014 : "Je veux réaliser une croissance deux fois plus rapide que celle du marché IT en France, qui était de 4,6% l'année dernière". Le président de Hewlett-Packard France est confiant dans l'atteinte de cet objectif car il est en grande partie satisfait des résultats de sa filiale. Non sans raison puisque son entité est entrée en 2013 dans le club très fermé des cinq meilleures filiales de Hewlett-Packard au plan mondial. Cette distinction n'a toutefois pas permis à HP France d'échapper à l'important plan de licenciements décidé par sa maison-mère... Soulignons que Gerald Karsenti estime devoir le succès de sa filiale en partie à ses revendeurs, "lesquels vendent 80% de nos technologies sur le segment entreprise. Ils jouent donc un rôle très important pour HP". Celui-ci ne devrait pas se démentir en 2014, année où Hewlett-Packard met une emphase toute particulière sur la conquête des PME.

 

Y-a-t-il un tropisme français chez HP sur les serveurs Itanium notamment ?

Autre sujet de réjouissances pour ce dirigeant, HP France a regagné des parts de marché dans la deuxième moitié du second semestre, sur les serveurs notamment. "HP France n'a pas senti en 2013 de réel ralentissement sur les ventes de serveurs, de PC et d'équipement de stockage, segments où nous avons même gagné des parts de marché en France", explique Gerald Karsenti. Matthieu de Fressenel, son bras droit en charge de la division ISS en France, parle même de "Tropisme français chez HP dans les serveurs, surtout en 2013". Toutefois, ce dernier reconnaît que la plupart des divisions ISS (Industry Standard Server) de son groupe "étaient en recul au plan mondial, sauf au quatrième trimestre, où la tendance s'est inversée".

Elu Manager Serveur 2013 chez Hewlett-Packard au plan mondial, Matthieu de Fressenel a également commenté la position de son groupe dans le partenariat qui le lie à Oracle au niveau des serveurs Itanium. Une belle pomme de discorde entre eux depuis 2011. Il a précisé que "HP disposera toujours en 2014 d'une gamme de serveurs Itanium pour répondre aux besoins de nos clients, mais en parallèle, nous améliorons notre offre de serveurs X86". Et pour cause, ces machines standardisées sont le plus demandées actuellement.

 

HP devrait renouer avec les acquisitions en 2014

Quant aux résultats de sa maison-mère, ils ne sont pas aussi bons qu'évoqué par Gerald Karsenti mi-janvier, sans doute parce que 2013 était, selon lui "l'année de la reconstruction pour Hewlett-Packard". En effet, s'il reste le premier fournisseur mondial du secteur IT avec un chiffre d'affaires de 112,3 Md$, celui-ci est en recul de 7% par rapport à 2012. De plus, Hewlett-Packard a également perdu des parts de marché sur de nombreux secteurs au premier semestre 2013, avant d'enregistrer une légère embellie au dernier trimestre.

Gerald Karsenti a largement insisté sur le fait que son groupe dispose désormais d'une trésorerie de 11,6 Md$. Qu'il pourrait utiliser dès 2014 pour réaliser des acquisitions, dans le domaine des logiciels notamment, activité qui ne pèse toujours que 3% du groupe, malgré ses rachats successifs d'éditeurs (Autonomy, etc.). Le président de HP France précise que le montage de telles opérations est d'autant plus facile que HP a réduit sa dette brute plus rapidement que prévu. Sa situation devrait également s'améliorer en 2014 avec le départ programmé de quelques 34.000 salariés.

 

HP se lancera-t-il dans les smartphones ?

Concernant les rumeurs relatives à la possible commercialisation dès 2014 de smartphones par HP, Gerald Karsenti a botté en touche. Selon lui, "Meg Whitman n'a pas précisé si HP se lancera dans la production et la commercialisation de smartphones. Ce n'est pas un problème sur le plan technique, car HP sait en fabriquer depuis longtemps. Le vrai challenge au final est de savoir si nous répondons aux besoins des clients". Pascale Dumas, la responsable de sa division PPS, a précisé que HP investissait actuellement davantage dans la commercialisation de son activité tablette, sur la clientèle Entreprise notamment.

 

Mais pas au détriment des PC. Cette dirigeante pronostique même un retour à la croissance du marché des PC en 2014, en raison de l'émergence de nouveaux "forms factors", et notamment des PC hybrides sur lesquels son groupe fonde de grands espoirs. Hewlett-Packard a sans doute été vexé d'avoir été détrôné par Lenovo, qui est devenu le premier vendeur mondial de PC en 2013. Le challenge est important car les PC représentent toujours 28% du chiffre d'affaires de ce constructeur IT.

Moyenne: 5 (1 vote)
Réseaux sociaux :
Twitter Facebook Google LinkedIn

Autres articles sur le même sujet :

Mots clefs :