IT BtoB European Collaborative Webzine for leaders

HP doute des capacités financières de Xerox et rejette, à nouveau, son OPA, qui devient hostile

publié le lundi 25/11/2019

Le 24 novembre, Enrique Lores, le PDG de HP Inc. a envoyé un courrier à John Vinsentin, son homologue chez Xerox, l’informant qu’il rejette, à nouveau, l'offre d'achat de Xerox reformulée le 21 novembre. Le ton monte. HP déplore l’agressivité de Xerox et doute de sa capacité à financer l’opération, sans un endettement massif.

 

Le ton monte entre Xerox et HP Inc. dans ce nouveau round de négociations. Le 24 novembre 2019, HP Inc. a rejetté, à nouveau, l'offre publique d'achat (OPA) que Xerox avait pourtant reformulé le 21 novembre après le premier refus de HP officialisé une semaine plus tôt. Dans sa lettre, Enrique Lores estime que cette nouvelle proposition ne contiendrait toujours pas une base de diligence raisonnable ou de négociation car elle dévalorise encore trop HP. Il précise également qu’elle ne serait pas viable financièrement pour la future entité.

 

HP Inc. doute des capacités de Xerox à financer cette OPA…

Raison invoquée par Enrique Lores, le conseil d’administration de HP Inc. doute que les capacités financières de Xerox soient suffisantes pour lui permettre de réussir son OPA dans de bonnes conditions : « Votre proposition sous-évalue encore trop significativement HP Inc. De plus, elle est hautement conditionnelle et incertaine. En particulier, l'incertitude persiste quant à la capacité de Xerox de réunir la partie en espèces de la contrepartie proposée, ainsi que les préoccupations liées au fardeau de la dette surdimensionné qui en résulterait sur la valeur des actions de la société issue du regroupement, même si le financement était obtenu. Par conséquent, votre proposition ne constitue pas une base de diligence raisonnable ou de négociation ». La valorisation boursière de HP est d’environ 33 Md$, soit près de 4 fois celle de Xerox.

 

… et renouer avec une forte rentabilité…

Au final, HP Inc. dit rester ouvert à une négociation si Xerox lui apporte de nouveaux éléments financiers crédibles. Mais est-ce juste une simple formule ? En effet, HP doute de « la santé à court terme et la viabilité à long terme de votre entreprise, qui soulèvent d'importantes préoccupations, et qui ont une incidence importante sur la valeur de Xerox. La question de savoir s'il existe un moyen de redresser votre entreprise est une question de seuil. En plus des baisses visibles et substantielles chez Xerox, nos préoccupations particulières sont les suivantes : Xerox n'a pas réussi à obtenir des estimations consensuelles des produits d'exploitation au cours de quatre des cinq derniers trimestres ; Les produits d'exploitation de Xerox sont passés de 10,2 milliards de dollars à 9,2 milliards de dollars (sur 12 mois) depuis juin 2018, et cette tendance devrait se poursuivre - la direction de Xerox prévoit une baisse des produits d'exploitation de 6 % pour l'exercice 2019 ».

 

… en raison de la baisse répétée des revenus récurrents de Xerox
Et ce qui préoccupe le plus HP est qu’une grande partie du chiffre d'affaires de Xerox est basée sur des revenus contractuels, et donc la satisfaction de clients existants. Or, HP s’inquiète de « la baisse de la valeur totale des contrats (VCT) des clients qui dépasse la baisse des revenus, ce qui suggère que vos revenus pourraient diminuer encore plus rapidement dans les années à venir. Nous notons que le TCV des signatures d'entreprise (y compris les renouvellements) en 2018 a baissé de 13,9% en devises constantes et votre taux de désabonnement pour 2018 était de 18%, deux points de données que Xerox a cessé de fournir publiquement depuis fin 2018 ».

 

… Et sa fusion ratée avec Fujifilm, voire de ses faibles investissements en R&D

Selon HP, lorsque Xerox s'est retirée de la coentreprise Fujifilm, il a hypothéqué son avenir par une injection de liquidités à court terme. « Nous craignons que cette sortie n'ait laissé un trou stratégique important dans le portefeuille de Xerox. De plus, nous sommes préoccupés par l'état des ressources technologiques de Xerox, de son pipeline de recherche et développement, de ses futurs programmes de produits et de la continuité et de la capacité d'approvisionnement. Enfin, nous notons que Xerox devra avoir accès à la région Asie-Pacifique qui connaît la croissance la plus rapide ».

 

HP n’apprécie pas l’agressivité de Xerox et son intention de forcer cette fusion…

Enrique Lores enfonce le clou en doutant également de la pertinence d’une telle fusion dans l’état actuel des négociations. Le PDG de HP Inc. tient à souligner que son groupe n’apprécie pas « vos paroles et actions agressives, qui montrent que Xerox a l'intention de forcer une combinaison potentielle en termes opportunistes et sans fournir d'informations adéquates. Lorsque nous avons eu des discussions privées avec vous en août et en septembre, nous avons soulevé nos questions à maintes reprises ; vous n'y avez pas répondu et vous vous êtes plutôt retiré, choisissant d'adopter une approche hostile plutôt que de poursuivre sur une voie plus productive. ».

 

… Avec la complicité active de Carl Icahn
Enrique Lores joue sur du velour car le PDG de Xerox avait utilisé les mêmes arguments pour dénoncer l’attitude agressive de Fujifilm, à qui il attribue l’échec de leur fusion fin 2018… Au passage, il reconnaît également le rôle joué par Carl Icahn dans la nature agressive de cette OPA car il met en copie de sa lettre Keith Cozza, le président de Xerox Holdings, mais surtout le président et chef exécutif d’Icahn Enterprises L.P, la holding financière de Carl Icahn. Rappelons que l'homme d'affaires opportuniste a révélé mi-novembre au Wall Street Journal posséder désormais 4,24 % de HP Inc, alors qu'il détient déjà 10,6 % du capital de Xerox. Carl Icahn espère ainsi peser dans une fusion entre les deux constructeurs.

 

HP Inc. rappelle à Xerox qu’il peut réussir sans cette fusion

Enrique Lores rappelle également à John Vinsentin que HP Inc. « n’est pas dépendant d'une fusion avec Xerox » et qu’il est très confiant dans la stratégie de son groupe, ainsi que « dans les nombreuses opportunités qui s'offrent à HP pour créer une valeur durable à long terme, y compris le déploiement de notre bilan solide pour augmenter les rachats d'actions de nos actions largement sous-évaluées et pour les fusions et acquisitions créatrices de valeur ». Cela dit, une telle fusion apporte de nombreuses complémentarités aux deux groupes, tant en termes de produits que de modèles économiques. La nouvelle entité deviendrait alors le numéro un mondial indiscutable du marché de l’impression aux formats A3 et A4.

 

Olivier Bellin

bellin@channelbp.com,

#channelbp.com, #CBPMagazine, #CBP,

#DATACLOUDADVISOR.COM, #Bellin, #BellinCBP

Moyenne: 5 (1 vote)
Réseaux sociaux :
Twitter Facebook Google LinkedIn

Autres articles sur le même sujet :

Mots clefs :