IT BtoB European Collaborative Webzine for leaders

Groupe OCI rachète un nouveau VAR : Scriba

publié le lundi 01/07/2019

Deux VAR célébrant chacun leurs trentièmes anniversaires fusionnent. Le groupe alsacien OCI a annoncé fin juin 2019 une nouvelle acquisition, celle du VAR bordelais Scriba. La nouvelle entité espère atteindre près de 100 M€ à fin 2019.

 

Pour une fois, c’est un VAR alsacien qui absorbe l’un de ses concurrents dans l’informatique IT BtoB. C’est assez rare pour être souligné dans une région où de nombreux grands revendeurs IT (Disques & Silice, RBS, UHL Bonaventure, etc.) ont disparu ou été rachetés. Il faut dire aussi que le groupe alsacien OCI s’est construit à coup d’acquisitions.

 

OCI a enchaîné les acquisitions depuis 2009

Créée en 1979 à Strasbourg, il est d’ailleurs né du rapprochement en octobre 2018 du mainteneur Maintronic-ATS et du revendeur IT alsacien OCI. Rebaptisé ensuite Groupe OCI, il avait déjà racheté le revendeur SGI à Montbéliard, puis ses confrères Champagne Informatique (Reims) et ODSI (Florange et au Luxembourg), en 2009 et 2011 respectivement.

OCI possède également RCI (Réseaux et Câblage Informatiques), un revendeur implanté dans le grand Est qui est spécialisée dans l'installation de câblages informatiques, de points Wi-Fi, d’accès distants, de vidéo projection et de solutions IP.

La nouvelle entité espère atteindre près de 100 M€ à fin 2019. Selon Groupe OCI, Scriba a bouclé sa fiscale 2018 sur un chiffre d’affaire consolidé de 38 M€ avec un effectif de 170 salariés. Sur societe.com, le VAR a déclaré pour 2018 un chiffre d’affaires de 27.6 M€ (-4,9%) pour un résultat, également en recul (-0.9%), à 1.38 M€

De son côté, OCI a déclaré l’année dernière environ 30 M€ et quelques 250 salariés. Quant à Maintronic-ATS, le mainteneur ajoute depuis 2019 environ 26 M€ et 300 collaborateurs au nouvel ensemble construit par OCI.

 

Une sortie par le haut pour Scriba

Bizarrement peut-être, on aurait pu penser que Scriba (Société de Conseils en Reprographie Informatique et Bureautique D'aquitaine) allait jouer un jour le rôle de consolidateur du marché sur son marché. En effet, le VAR bordelais (33), l’un des champions de Microsoft en France, avait également réalisé une belle acquisition en 2016, celle du revendeur nantais Pentasonic, afin de se renforcer dans le Cloud et élargir sa couverture à d’autres régions françaises. Le nouvel ensemble revendiquait alors un chiffre d’affaires cumulé de 38 M€ pour fin 2016, dont environ 10 M€ pour Pentasonic. Soit presque le même chiffre d’affaires que celui déclaré en 2018 par Scriba…

 

Scriba s’est-il endormi sur ses lauriers entre-temps, ou peut-être, la fusion avec Pentasonic n’a-t-elle pas porté les fruits espérés comme semble l’indiquer le recul de son chiffre d’affaires et de son bénéfice en 2018 ? Un peu frustrant sans doute quand l’intégrateur Cheops Technology, l’un de ses concurrents bordelais qui a misé bien davantage sur le Cloud, un marché en plein boom, a encore fait bondir son chiffre d’affaires 2018 de 10% à environ 115 M€.

 

Scriba devait faire évoluer son LBO

Quoi qu’il en soit, Scriba devait aussi trouver un moyen de faire évoluer le LBO réalisé en 2014 avec la Société Générale. La banque voulait-elle sortir du montage au bout de cinq ans ? Une opportunité qu’ont saisie Jérôme Faucher, le PDG de Scriba, et Didier Comet, son directeur général ? Ensemble, ils détenaient 49% du capital de Scriba. Philippe Bourdin, le fondateur de ce revendeur IT en 1985, en possédait alors encore 35%, et la Société Générale Participation, 16%. Dans le nouvel ensemble, Jérôme Fauchet et Didier Comet conservent leurs fonctions chez Scriba. Reste à savoir si OCI conservera la marque Scriba à moyen terme.

 

Des complémentarités géographiques et métier

Ce mariage présente de nombreuses avantages pour les deux revendeurs, à commencer par des complémentarités géographiques. OCI avait déjà élargi considérablement la couverture de ses neuf agences dans le Grand Est en s’offrant Maintronic-ATS, mainteneur qui lui avait alors apporté une couverture nationale grâce à sa quinzaine d’agences, toutes réparties essentiellement dans le Sud de la France. Scriba la complète sur l’Ouest de l’Hexagone grâce à ses huit agences implantées entre Toulouse et Rennes.

 

Les complémentarités sont aussi significatives sur le plan métier. Sur le plan logiciel par exemple, Scriba possède des spécialisations intéressantes dans le collaboratif et les portails, là où Groupe OCI est un expert des applicatifs de gestion des RH et de la comptabilité, des logiciels de CRM et du décisionnel grâce à des fournisseurs comme Cegid, Sage, Swing Mobility, etc. Bien que très marqué distribution il y a de nombreuses années, comme OCI,  Scriba a développé progressivement, avec succès le plus souvent, une stratégie de service au niveau des infrastructures IT, des outils collaboratifs, ainsi que dans l’infogérance à destination des PME et des ETI.

 

Groupe OCI n’a pas précisé comment il finance toutes ses acquisitions, ni s’il prévoit d’en réaliser de nouvelles à court ou moyen termes.

 

Olivier Bellin

bellin@channelbp.com,

#channelbp.com, #CBPMagazine, #CBP, #GUIDECLOUD.FR, #DATACLOUDADVISOR.COM, #Bellin, #BellinCBP

Moyenne: 2.3 (3 votes)
Réseaux sociaux :
Twitter Facebook Google LinkedIn

Autres articles sur le même sujet :

Mots clefs :