1st European collaborative IT BtoB webmagazine

Fin du RTC, comment se préparer à la transition au tout IP ?

publié le vendredi 06/07/2018

Avec la fin du RTC, le marché de la téléphonie est à la veille d’une rupture technologique historique. Une migration qui doit être anticipée dès aujourd’hui, afin de profiter des innovations véhiculées par la téléphonie dans le Cloud. 

 

La fin programmée du réseau de téléphonie commutée, le bon vieux RTC, implique le basculement de millions d’utilisateurs vers les solutions tout IP. Utilisé depuis plus de 50 ans, le RTC disparaîtra en 2024, après l’arrêt de la commercialisation des services en 2018, puis l’extinction progressive des commutateurs. Gourmand en énergie, puisque c’est le réseau qui alimente les terminaux, le RTC est devenu obsolète et trop onéreux à entretenir du fait de l’abandon de cette technologie par les équipementiers télécoms. D’après les études, la majorité des entreprises, principalement des TPE et des ETI, utilisent encore le RTC. Cependant, l’arrêt du RTC ne fait qu’accélérer un mouvement qui a commencé il y a plus de 10 ans, avec le déploiement des solutions IP dans les entreprises. Ces solutions IP, comme le Centrex, existent depuis le début des années 2000. Elles ont énormément progressé en termes de stabilité, de sécurité et de richesse fonctionnelle. 

 

Communications unifiées, la téléphonie dopée au Cloud

Aujourd’hui, la téléphonie, à l’instar des autres applications de l’entreprise, passe souvent par le Cloud. Les entreprises qui le désirent peuvent toujours installer un IPBX en local, mais la tendance est nettement à l’externalisation, à la « cloudification ». Ce choix simplifie tous les aspects liés à l’administration des utilisateurs et des fonctions. Grâce à sa qualité et à la diversité des services qu’il propose, l’IP ouvre la voie aux communications unifiées : numéro unique multi-terminaux, messagerie unifiée, click-to-call depuis n’importe quel terminal, utilisation d’outils collaboratifs… Certaines de ces fonctionnalités peuvent également être étendues à l’extérieur de l’entreprise, comme la visioconférence ou la conférence téléphonique. Les solutions de communication et de collaboration sont unifiées au sein d’une même offre, à travers un guichet unique.

 

Faire le bon choix du fournisseur

Le passage au tout IP ne doit pas être considéré comme un simple basculement d’une technologie à l’autre. Il doit faire l’objet d’une véritable stratégie de migration, afin de préserver les usages actuels tout en intégrant les évolutions futures. Dans ce contexte, le choix du fournisseur est primordial. Celui-ci doit idéalement non-seulement proposer les différentes composantes de l’offre (liens d'accès, postes téléphoniques…) de communication unifiée, mais aussi faire montre d’une expérience éprouvée. En effet, l’arrêt du RTC peut engendrer un effet d’aubaine pour des fournisseurs inexpérimentés ou, pire, peu scrupuleux. Comme dans tout métier, il y a des fournisseurs qui maîtrisent mieux que d’autres les processus et les technologies à mettre en œuvre. Il est donc important de vérifier la réputation du prestataire, comme lors de tout achat. 

 

Adopter une démarche de transformation digitale

Les technologies évoluent vite, les usages aussi. Le basculement vers le tout IP doit être envisagé comme faisant partie d’une stratégie de transformation digitale globale. Actuellement, le RTC repose sur une infrastructure dédiée, nécessitant qu’un intégrateur se rende dans l’entreprise en cas de besoin. Pour les entreprises multi-sites, le problème est encore plus complexe, puisque chaque site dispose de sa propre infrastructure. En mettant la téléphonie dans le Cloud, les entreprises se simplifient les processus à tous niveaux : technique, administratif et financier.

La migration en elle-même est assez simple : il s’agit de remplacer une infrastructure interne composée d’un serveur local et d’un câblage dédié, par une solution dans le Cloud. Schématiquement, une simple interface remplace une architecture complexe et dédiée. Cette interface permet de piloter sa téléphonie à distance, et aux entreprises multi-sites de rationaliser la gestion de toute leur téléphonie au sein d’une seule application. Les licences utilisateurs sont attribuées à la volée et on peut brancher les téléphones sur n’importe quelle prise Ethernet. Une entreprise qui déménage par exemple, n’a même plus besoin qu’un technicien intervienne. 

En somme, le passage à l’IP permet d’intégrer la téléphonie comme un service au sein de solutions plus globales, ce qui procure une flexibilité et une richesse fonctionnelle inégalées.

 

Par Damien Watine, fondateur et dirigeant de Serveurcom

Moyenne: 5 (1 vote)
Réseaux sociaux :
Twitter Facebook Google LinkedIn

Autres articles sur le même sujet :

Mots clefs :