IT BtoB European Collaborative Webzine for leaders

Evea Group investit dans la plateforme IBM Power et le Cloud

publié le mercredi 09/01/2013

La concentration s’accélère entre spécialistes de la plateforme IBM Power (feu AS400). L’intégrateur Evea Group a racheté en novembre dernier ACT400, un VAR spécialisé sur ces serveurs Unix. C’est sa troisième acquisition depuis 2010, et sans doute pas la dernière, comme l’explique Raphaël Ducasse, le PDG d’Evea Group. D’autant qu’il affiche de sérieuses ambitions dans le Cloud et les réseaux sécurisés, comme le prouve la création d’Evea Réseaux & Sécurité. 

 

 

Magazine CBP : Pourquoi Evea Group a-t-il racheté ACT 400 en novembre 2012 ?

Raphaël Ducasse, PDG du VAR Evea Group : Afin de renforcer le savoir-faire d’Evea Group sur la plateforme serveur Power d’IBM (ex- AS400 : NDLR), ainsi que dans le Cloud, domaine où ACT 400 a aussi créé des outils pour gérer cette plateforme Unix. L’une de nos préoccupations du moment est de bien accompagner l’évolution de l’importante base installée encore en vigueur sur IBM Power. En effet, nos clients rencontrent parfois des soucis pour trouver les bonnes compétences Unix.  

 

Comment les compétences d’ACT 400 sur IBM Power aideront-elles Evea Groupe à développer ses activités ?

ACT 400 est l’un des VAR leaders sur IBM Power. Son savoir-faire nous aidera à accompagner nos clients dans leurs déploiements d’ERP, de logiciels décisionnels (BI) sur cette plateforme.

 

Qu’est-ce qu’Evea Group apportera aux clients d’ACT 400 ?

Les clients d’ACT400 bénéficieront des compétences réseaux et télécoms d’Evea Group, ainsi que de notre savoir-faire dans le Cloud  et en infogérance, pratique qui se rapproche du Cloud privé.

 

Connaissiez-vous ACT 400 de longue date ?

Oui, car NLE, VAR qui était l’un des concurrents d’ACT 400, est à l’origine de la création de la société Evea Group.

 

Envisagez-vous d’acquérir d’autres prestataires IT en 2013 ?

D’autres prestataires spécialisés sur IBM Power peuvent nous intéresser. Je précise d’ailleurs que le dirigeant d’ACT 400 finalise la création d’un réseau de distribution pour accompagner et fédérer nombre de petits intégrateurs et éditeurs spécialistes de cette plateforme en province. Evea Group travaille déjà en confiance avec plusieurs d’entre eux.

 

Quelle forme prendra la structuration de vos compétences dans les réseaux et le Cloud après cette acquisition… ?

L’acquisition d’ACT400 précède la création début 2013 d’Evea Réseaux & Sécurité, une division qui aide Evea Group à mieux segmenter ses compétences et offres dans ces domaines. Sa création est importante, car elle nous permet de rendre ces compétences plus visibles auprès de nos clients, dans le Cloud notamment.

 

… et quel sera le chiffre d’affaires d’Evea Group en 2012 ?

Evea Group a connu une croissance importante ces trois dernières années, durant lesquelles notre chiffre d’affaires est passé de 10 à 17 M€. L’acquisition d’ACT400, la plus grosse que nous ayons réalisé durant cette période, porte notre chiffre d’affaires à environ 30 M€ pour 2012.

 

Comment Evea Group a-t-il financé ses trois acquisitions successives ?

En fonds propres et avec le concours des banques

 

Evea Group a-t-il fait évoluer ses offres dans le Cloud récemment ?

Nous avons élargi nos services Cloud avec My-G, une offre qui permet à Evea Group de proposer l’intégration des applications Google Apps en mode Cloud public.

 

Les consortiums Numergy et Cloudwatt concurrencent-ils directement des acteurs privés comme Evea Group ?

Oui. Les créations de Numergy et de Cloudwatt, financées sur la base d’importants fonds publics nous ont fait prendre conscience de l’importance de mieux défendre nos intérêts. Ce détournement d’argent public au profit d’intérêts privés est critiquable. En effet, Numergy et de Cloudwatt créent une distorsion de concurrence préjudiciable aux petits acteurs de l’hébergement, lesquels devraient être mieux défendus par les pouvoirs publics en France.

 

Vous qui investissez beaucoup dans le monde Unix, que pensez-vous de la chute des ventes de serveurs ?

Comme tout le monde, Evea Group subit la chute des ventes de serveurs, dont le marché global baisse. Toutefois, nous gagnons des parts de marché dans les serveurs classiques, tant sur Unix que Wintel, voir sur la plateforme Oracle/Sun. Evea Group compense aussi la baisse de son chiffre d’affaires matériel par le développement de services d’intégration et d’infogérance. Par exemple, nous vendons davantage de prestations pour mieux mesurer la qualité de services des opérateurs télécoms, ou pour optimiser les data centers et les services Cloud.

 

Moyenne: 5 (1 vote)
Réseaux sociaux :
Twitter Facebook Google LinkedIn

Autres articles sur le même sujet :

Mots clefs :