IT BtoB European Collaborative Webzine for leaders

Eurocloud France désire réunifier les organisations Cloud en Europe

publié le jeudi 18/07/2019

L'association Eurocloud France se transforme en 2019 pour mieux assurer la promotion des usages du Cloud. Francis Weill, son président, prévoit de doubler le nombre de ses adhérents d'ici 2021. Un objectif très ambitieux qu’il associe avec des initiatives pour renouer le dialogue avec Cloud Community Europe, association qui regroupe d’autres organisations Cloud en Europe.

 

Magazine CBP (www.channelbp.com) : Comment l'association Eurocloud France évolue-t-elle en 2019 ?

Francis Weill, président d'Eurocloud France et de Cloud Community Europe, deux associations de promotion du Cloud : Eurocloud doit se transformer en une association assurant mieux la promotion des usages du Cloud, afin d'aider nos adhérents à échanger avec les clients finaux. L'association ne peut plus se contenter de représenter seulement les vendeurs d'infrastructures pour le Cloud. C'est normal car le Cloud devient une commodité sur un marché qui fait preuve d'une plus grande maturité. Je constate d'ailleurs que le virage vers les usages et les utilisateurs se prend doucement dans les entreprises, comme en témoigne par exemple la présence de DSI lors de notre Cloud Week en juillet.

 

Quelles sont les priorités d'Eurocloud France pour 2019 ?

Mon objectif est de doubler notre nombre d'adhérents d'ici 2021 pour les porter de 150 à 300 et de transformer Eurocloud en un club d'affaires. En 2020, nous allons célébrer les 20 ans d'Eurocloud, association dont je suis seulement le deuxième président depuis sa création. L'événement sera centré sur la promotion des usages des services Cloud.

 

Est-ce réaliste d'anticiper, comme en 2018, le doublement des effectifs d'Eurocloud France alors que vous estimez que le Cloud devient un produit de commodité ?

C'est réaliste. Eurocloud a déjà augmenté le nombre de ses adhérents depuis début 2019. Par exemple, je constate l'arrivée de leaders du Cloud tels qu'AWS, Google, etc. Ils nous rejoignent car ils ont compris qu'Eurocloud va davantage promouvoir les usages du Cloud. Le fait que nous devenions aussi un club d'affaires, où nos adhérents peuvent resauter, échanger et discuter de business, les intéresse également

 

Prévoyez-vous de renforcer l'encadrement et l'organisation d'Eurocloud afin de bien accueillir tous vos nouveaux adhérents ?

Eurocloud a déjà renforcé cette année sa gouvernance avec la création de plusieurs postes de vice-présidents. Ce n'est plus un homme seul qui pilote l'association, mais bien un bureau composé d'experts qui va déployer nos stratégies et nos actions.

 

Cette montée en charge d'Eurocloud est-elle une réponse aux ministres du numérique successifs, qui demandent aux nombreuses associations françaises du Numérique d'être enfin plus représentatives ?

Le ministre du Numérique doit avoir des acteurs plus structurés comme interlocuteurs pour bien traiter les enjeux du Numérique en France. D'ailleurs, j'avais fait une proposition acceptée par le secrétaire d’Etat Mounir Mahjoubi, le prédécesseur de Cédric O, pour regrouper une dizaine ou plus d'associations d'acteurs « minoritaires » du Numérique au sein d'un groupement. Ensemble, nous pourrions porter un message commun différent de celui du Syntec Numérique devant les pouvoirs publics.

 

L'ego des dirigeants des différentes structures se disant « représentatives » dans le Numérique n'est-il le principal obstacle à la réalisation d'une telle super association en France ?

On peut éviter cet obstacle en laissant le Ministre décider du timing de l'agenda et des sujets à traiter lors des rencontres avec le groupement. Selon moi, il n'y a pas de sujet de leadership ou d'egos, juste la nécessité de coordonner les bonnes volontés.

 

La politique Cloud du Gouvernement actuel va-t-elle dans le bon sens ?

Le Gouvernement a encore beaucoup de route à faire pour faciliter la commande publique en matière de Cloud et de Numérique. Ses processus manquent encore de cohérence. Par exemple, les administrations et les ministères ne peuvent toujours pas acheter des services sous forme d'abonnement. Il serait souhaitable de créer enfin un projet de loi qui oblige tous les acheteurs publics à envisager l'achat d'une solution « as a service » en priorité, et de préférence européenne.

 

Le rapprochement d'Eurocloud France avec autres organisations Cloud en Europe est-il toujours d'actualité malgré le schisme survenu en 2017 ?

Oui. On se reparle avec les Allemands en vue de remettre de la cohérence dans nos relations afin de bâtir une grande stratégie pour Eurocloud en Europe. D'ailleurs, l'association Cloud Community Europe, que je préside également depuis 2018, regroupe déjà la France, les Pays Nordiques, le Luxembourg, Monaco, la Pologne et les Hollandais notamment. Son objectif est de reconstituer rapidement le dialogue entre nos deux organisations. J'espère d'ailleurs qu'à l'occasion de notre 20e anniversaire, la prochaine Cloud Week Paris se déroulera aussi en parallèle à Berlin en 2020.

 

La fusion d'Eurocloud et de Cloud Community Europe est-elle envisageable à court terme ?

Oui, c'est déjà le cas en partie puisque je préside les deux organisations et qu'Eurocloud France est déjà membre de Cloud Community Europe. Les Allemands, les Anglais et les Espagnols pourraient adhérer à leur tour à Cloud Community Europe quand cela deviendra une priorité pour eux.

 

Olivier Bellin

bellin@channelbp.com,

#channelbp.com, #CBPMagazine, #CBP, #GUIDECLOUD.FR, #DATACLOUDADVISOR.COM, #Bellin, #BellinCBP

Moyenne: 5 (1 vote)
Réseaux sociaux :
Twitter Facebook Google LinkedIn

Autres articles sur le même sujet :

Mots clefs :