IT BtoB European Collaborative Webzine for leaders

Econocom s’offre 4 nouvelles sociétés, dont Alterway !

publié le jeudi 18/06/2015

La société de services Econocom a officialisé quatre nouvelles acquisitions, dont celles de 2 sociétés françaises, Alterway et Norcod. D’autres pourraient intervenir dans les mois à venir en France et en Europe !

 

Boulimique, la société de services belge Econocom-Osiatis poursuit sa stratégie de croissance externe au rythme d’une acquisition par mois depuis le début de l’année 2015. Soit près d’une dizaine depuis un an ! En partenariat ou pas avec sa filiale Digital Dimension. On sait désormais à quoi cette SSDI belge utilise son placement privé de 101 millions d'euros réalisé en mai. Des fonds qui complètent son importante trésorerie.

 

Alter Way, le nouveau fer de lance d’Econocom dans l’Open Source

Dans ce contexte, Econocom annonce le 17 juin quatre nouveaux investissements : Alter Way, Bizmatica, Nexica, et Norcod. Alter Way tout d’abord, qui est un leader français de l'Internet et de l'open source avec des filiales spécialisées dans le développement web, l'hébergement et la formation. Une prise de choix dans l’Open source pour Econocom. D’ailleurs, Alter Way a d’ailleurs obtenu en 2014 le prix du meilleur partenaire mondial de Microsoft dans la catégorie « Open Source on Azure » (plateforme globale cloud d'entreprise).

 

Econocom n’a pas révélé le montant de la transaction mais il a précisé qu’il ne rachetait que 66 % des titres de cette SSLL, dont la holding est présidée par Philippe Montarges, le cofondateur de l’entreprise, qui représente la société Phoenix Investissement. Créé en 2006, Alter Way propose aussi des services d’intégration, de maintenance, d’infogérance et de support en environnement open source. Cette SSLL a réalisé 11 millions d'euros avec 120 salariés en 2014. Elle prévoit de réaliser 40 ME à horizon 2020 grâce à des acquisitions, comme le confirme Véronique Torner, co-fondatrice et présidente d’Alter Way : « Econocom est plus qu’un investisseur, c’est un partenaire industriel qui va nous accompagner dans nos acquisitions et nous ouvrir la porte des grands comptes ».

 

Norcod, une société intéressante mais mal en point

Norcod est la deuxième acquisition française officialisée par Econocom. Sa filiale Digital Dimension a procédé en avril à l’acquisition totale de ce spécialiste nordiste de l’identification et de la traçabilité, dans le code-barre notamment, pour les secteurs de la distribution, de l'industrie et de la santé. L'entité Norcod Solutions Santé est exclue de cette transaction, dont le capital reste majoritairement détenu par Stefano Friscia, le président fondateur de Norcod, qui conserve la direction opérationnelle des deux entités.

 

Présidé depuis ce printemps par Gilles Florentin, Norcod a réalisé en 2014 un chiffre d'affaires de 11,7 millions d'euros avec environ 40 collaborateurs, en baisse de 8.91% par rapport à 2013. La santé financière de cette PME fondée en 1999 à Roncq, près de Tourcoing (59), n’est pas très bonne. Son résultat net a plongé à -646 200 euros, contre un bénéfice de 59 900 euros en 2013. Et sur la même période, ses capitaux propres ont reculé de 62,11% à 394 200 euros.

 

Cette acquisition est logique pour Digital Dimension, car cette entreprise dirigée par Georges Croix, qui possède 49,9% de son capital, veut devenir la « Market Place » des solutions digitales pour les entreprises françaises, et européennes. A ce titre, elle a déjà racheté plusieurs sociétés françaises depuis 2014, dont ASP Serveur, ETS, Tactem, Aragon-eRH et Rayonnance.

 

Deux petites acquisitions en Europe

Toutefois, il n’est pas évident de comprendre pourquoi Digital Dimension s’est aussi offert en mai Nexica, un hébergeur espagnol d'applications critiques, expert du Cloud qui réalisé 8,6 millions d'euros de chiffre d'affaires en 2014. Partenaire de Cisco et de VMware, Nexica propose des services de Cloud privé et hybride qu’il héberge dans de petits data centers à Madrid et Barcelone. Certes, cette filiale d’Econocom avait déjà racheté ASP Serveur, un hébergeur marseillais, mais comment prévoit-elle de capitaliser sur les infrastructures de cet hébergeur pour valoriser les solutions des autres sociétés qu’elle a rachetées en Espagne ? Mystère pour l’instant. Sa maison-mère, Econocom, s’est également offert 70% de Bizmatica, une société italienne qui a réalisé 12 millions d'euros de chiffre d'affaires en 2014 dans les services d'applications business & mobile.

 

D’autres acquisitions ciblées à venir en 2015

Avant ces deux rachats, Digital Dimension réalisait un chiffre d’affaires de 41 millions d’euros avec plus de 200 salariés. D’autres acquisitions doivent intervenir en 2015. Georges Croix, président et fondateur de Digital Dimension confirme son objectif d’atteindre un chiffre d'affaires annuel de 120 millions d'euros à l'horizon 2016. Le groupe Econocom privilégie depuis un an les acquisitions de taille moyenne laissant une large place à l'entreprenariat dans 5 secteurs : la sécurité, les applications internet et mobiles, les plateformes Cloud, le conseil en infrastructures et réseaux et l'e-santé ; et de préférence sur 4 pays stratégiques pour Econocom : Benelux, Espagne, France et Italie. Econocom réalise un chiffre d'affaires supérieur à 2 milliards d'euros avec plus de 8 500 collaborateurs présents dans 19 pays.

Moyenne: 5 (1 vote)
Réseaux sociaux :
Twitter Facebook Google LinkedIn

Autres articles sur le même sujet :

Mots clefs :