IT BtoB European Collaborative Webzine for leaders

EBP célèbre ses 30 ans sous le signe du Saas

publié le mardi 13/05/2014

Editeur créé en 1984, EBP célèbre cette année ses 30 ans. A cette occasion, son PDG, René Sentis, nous dévoile ses plans pour accroître progressivement le chiffre d’affaires de son groupe grâce au Saas et à l’indirect.

 

 

Magazine CBP (www.channelbp.com) : EBP a-t-il réalisé une bonne année en 2013 ?

René Sentis, le PDG d’EBP, un éditeur français de logiciels de paie, compatibilité et RH : Oui, le segment des PME est porteur, tant sur la paie que la comptabilité, surtout depuis les modifications juridiques survenues ces derniers trimestres, dont le changement de TVA. Toutes ont déclenché l’achat de mises à jour ou de contrats de maintenance sur nos offres « on premice ». Il y en aura d'autres cette année avec l'arrivée de la déclaration simplifiée nominative (DSN) et les modifications sur la paie prévues en 2014.

 

Comment cette embellie s'est-elle traduite financièrement ?

EBP ne communique pas sur ses chiffres. Je peux simplement vous dire que notre groupe a enregistré une croissance de 5% de son chiffre d'affaires à périmètre comparable, et de 40% au niveau de sa marge nette. Notre chiffre d'affaires récurrent avoisine désormais 60%, dont 30% rien que sur la maintenance; et cela, malgré le peu de services vendus sur nos progiciels d'entrée de gamme, parce que les paramétrages y sont réduits et qu’ils sont gérés par nos distributeurs.

 

Votre réseau de distribution indirect a-t-il progressé au rythme de votre chiffre d’affaires ?

Le canal de distribution indirect représente en 2014 plus de 35% du chiffre d'affaires d’EBP, lequel avoisine les 32 M€. Je note une bonne progression des ventes de nos revendeurs, sur la gamme PME par exemple, où nous réalisons désormais près de 20% de notre chiffre d’affaires en indirect, contre quasiment rien il y a seulement 4 à 5 ans.

 

Quelles sont les gammes dEBP vendues en indirect ?

EBP commercialise surtout en direct sa gestion commerciale, sa paie et sa comptabilité en versions Classic et Pratic, via le web, mais sans services, ou avec un forfait  d’assistance vraiment minimal (150 euros par an). A l’inverse, le niveau de services étant plus élevé sur nos versions Pro et PME, nous les commercialisons partiellement en indirect.

 

Combien de revendeurs commercialisent-ils les offres d’EBP ?

Le réseau indirect d’EBP totalise environ 5000 revendeurs, dont 500 seulement sont éligibles à la commercialisation de notre offre PME. Un grand nombre d’entre eux sont situés en province.

 

Introduirez-vous des nouveautés pour eux en 2014 ?

L’un des objectifs d’EBP en 2014 est d’enrichir les fonctionnalités de notre offre de gestion de la relation client (CRM), qui est assez basic pour l’instant.

 

Pensez-vous pouvoir reproduire ces bons résultats en 2014, année où EBP célèbre son trentième anniversaire ?

2014 sera une bonne année pour les logiciels d'entreprise en France. Je table sur une croissance d'environ 6% à périmètre égal pour EBP cette année.

 

Cette prévision inclut-elle des acquisitions ?

Aucune n'est prévue actuellement, car n'est pas dans la culture du groupe.

 

Tablez-vous sur une concentration entre les nombreux éditeurs déjà présents dans les secteurs des RH, de la paie et de la comptabilité ?

Le niveau de concentration habituel pourrait s’accélérer car de nouveaux entrants peuvent apparaître rapidement grâce au Cloud. Le Saas permet à ces start-ups de monter en charge beaucoup plus rapidement qu'avec les offres logicielles dîtes « on premice ».

 

Est-ce le Saas qui tire la croissance d'EBP ?

Non, car même si le Saas commence, il est vrai, à devenir populaire dans les PME, il ne représente encore qu’à peine 10% de notre chiffre d'affaires.

 

Prévoyez-vous de proposer une version Saas sur toutes vos offres dès 2014 ?

La montée en puissance du Saas est sensible, mais EBP ne souhaite pas trop anticiper la demande du marché car nous sommes des pragmatiques. Cependant, le Saas est en version pilote sur la plupart des offres logicielles d'EBP. Elles seront en production dès cet été. Je précise que la version Saas de notre gestion commerciale est déjà opérationnelle.

 

Vous prévoyez donc un accroissement de la demande pour le Saas dès 2014 ?

Oui, même s'il subsiste encore beaucoup de freins à l'adoption du Saas en France, dont le problème relatif à la sécurité des données bien sûr, mais aussi la qualité de la bande passante disponible, qui n’est pas toujours spécialement bonne en province par exemple.

 

Quel est le niveau d’investissement d’EBP dans le Saas ?

L’investissement d'EBP sur le Saas est tangible, sur le plan technique notamment, car nous avons réécris une partie de nos programmes. Ces modifications seront amorties en 4 ans.

 

Encouragez-vous revendeurs à vendre vos futures versions Saas ?

EBP les encourage cette année à vendre davantage d’offres logicielles dans le Cloud, tout en prenant garde de ne pas pénaliser les partenaires ou les clients qui ne sont pas encore prêts à sauter le pas. Le Saas nous permet certes de toucher de nouveaux types de clients, mais il cannibalise aussi les ventes de nos offres de licences « on premice ».

 

EBP héberge-t-il ses offres Saas lui-même ?

Non, nous avons fait appel à un professionnel. Nos offres Saas sont hébergées chez Interxion en Ile-de-France.

 



Biographie de René Sentis :

 

Né en 1952, René Sentis suit des études de droit et de comptabilité avant de valider une Maîtrise en Gestion. Après 4 années passées comme avocat d’affaires à Paris, sa volonté d’autonomie le pousse à créer EBP Informatique en 1984. Il se rend compte que les TPE manquent d’outils adaptés à leurs besoins et investit en développement de logiciels de gestion. Aujourd’hui, éditeur de solutions pour les PME, René Sentis est à la tête d’une entreprise de 380 personnes réalisant 32 millions d’euros de chiffre d’affaires.

Moyenne: 5 (1 vote)
Réseaux sociaux :
Twitter Facebook Google LinkedIn

Autres articles sur le même sujet :

Mots clefs :