1st European collaborative IT BtoB webmagazine

Donald Trump bloque la vente de Qualcomm à Broadcom

publié le mardi 13/03/2018

Evoquant un risque pour la défense nationale, le président des Etats-Unis a  signé le 12 mars 2018 un décret interdisant la vente de Qualcomm, un fabricant américain de composants télécoms, à son concurrent singapourien Broadcom. La maitrise des technologies 5G est au cœur de la bataille.

 

Après l’acier et l’aluminium, Donald Trump fait également œuvre la même semaine de protectionnisme économique et industriel dans les Télécoms. Le décret Trump validé par la CFIUS (Committee on Foreign Investment in the United States) est une bonne nouvelle pour la majorité des membres du conseil d’administration du californien Qualcomm. Ils étaient hostiles à une acquisition de leur entreprise par le Singapourien Broadcom, estimant que les 121 milliards de dollars (115 milliards d’euros) offerts sont insuffisants.

 

Donald Trump ferme la porte à toutes discussions

C’est sans doute une première dans l’histoire de l’industrie IT, le décret présidentiel ferme la porte à des discussions sur valorisation plus élevée. Le document signé par Donald Trump indique que toute « acquisition, fusion ou reprise substantiellement équivalente, qu’elle soit directe ou indirecte, est aussi interdite ». Le PDG de Broadcom, Han Tock, avait pourtant promis à Donald Trump de domicilier son siège social aux Etats-Unis dès ce printemps.

 

Une bonne nouvelle pour Intel et Apple

Le coup d’arrêt de ce mariage dans les télécoms est aussi une bonne nouvelle pour le fondeur américain Intel, son concurrent, qui s’inquiétait d’un mariage entre ces deux puissants fabricants de composants télécoms, lesquels lui taillent des croupières dans les smartphones et tablettes.

 

Intel redoutait que cette fusion, qui aurait donné naissance au numéro 3 mondial des semi-conducteurs, n’ancre définitivement la suprématie technologique de Qualcomm dans les puces 5G, technologie très haut débit pour les mobiles qui doit apparaître d’ici 2022. Le gouvernement américain, par la voie du Département du Trésor, s’inquiétait lui de possibles pressions de la Chine pour mettre en veilleuse l’avance de Broadcom dans la 5G, au profit de son champion national des télécoms, le constructeur Huawei.

 

Une bonne nouvelle dans une certaine mesure pour un autre géant américain de l’IT, Apple, constructeur avec lequel Qualcomm est en conflit ouvert depuis début 2018.

 

 

Olivier Bellin

bellin@channelbp.com

#CBPMagazine, #BellinCBP, #GUIDECLOUD

Autres articles sur le même sujet :

Mots clefs :