IT BtoB European Collaborative Webzine for leaders

Digital Realty et Interxion donnent naissance au leader mondial des datacenters

publié le mercredi 30/10/2019

La société d’investissement immobilier californienne Digital Realty fusionnera avec Interxion, un grand spécialiste hollandais des datacenters en colocation neutre, afin de créer un géant mondial du secteur. La transaction d’octobre 2019 valorise Interxion à 8,4 milliards de dollars et portera le portefeuille de Digital Realty à environ 260 centres de données. 

 

Encore une acquisition, majeure cette fois-ci, dans l’univers très capitalistique et en forte concentration des datacenters. La fusion entre Digital Realty et Interxion fera du nouvel ensemble un géant mondial qui occupera, selon ses dirigeants, la première place du secteur, en plein boom, des datacenters en colocation neutre. Grâce à l’essor considérable des activités mondiales de Cloud public des Gafam notamment.

 

Digital Realty et Interxion donnent naissance au leader mondial des datacenters en termes d'unités

En combinant les quelques 210 datacenters répartis dans 14 pays de Digital Realty et les 55 implantations d’Interxion dans 13 métropoles européennes, dont Amsterdam, Francfort, Londres, Paris et Marseille, la nouvelle entité dépassera Equinix en termes d'unités. Son concurrent américain revendique lui plus de 200 datacenters implantés dans 53 pays, après avoir déboursé 175 M$ pour les trois datacenters mexicains d’Axtel en octobre 2019.

Rappelons qu’en 2017, Digital Realty Trust talonnait déjà Equinix à domicile après son rachat de la quinzaine de datacenters de leur compatriote américain Dupont Fabros Technology pour environ 7,6 milliards de dollars. Le nouvel ensemble devenait alors le plus important grossiste en colocation de datacenters des Etats-Unis.

 

Il faut comparer ce qui est comparable

Attention, il convient de comparer ce qui est comparable entre les parcs des opérateurs de datacenters, dont beaucoup sont vieillisants. Ainsi, sur un marché européen de la colocation seule, estimé à 33 milliards de dollars en 2018, plus de 70% des data centers encore en exploitation ont été construits avant 2002. Toutes les installations existantes ne se donc valent pas. Le nombre d’installations n’est pas le seul paramètre à prendre en compte. La surface utile pour les serveurs, la vétusté des installations, leur niveau de redondance, la connectivité et la puissance électrique disponibles sont des facteurs cruciaux dans un marché des datacenters en pleine recomposition. 

Par exemple, contrairement à certains de ses concurrents, Equinix dispose désormais surtout de datacenters géants bien connectés et modernes.

Et le groupe Equinix est très rentable. Malgré sa dette importante, il jouit d’une capitalisation boursière énorme et de la confiance des marchés, surtout après 67 trimestres consécutifs de croissance. Pour preuve, la signature cet été d’un partenariat entre Equinix et GIC, un fonds singapourien qui cofinancera au moins six de ses nouveaux datacenters géants en Europe.

 

La transaction valorise Interxion à environ 8,4 milliards de dollars

L'accord prévoit que les actionnaires d'Interxion reçoivent 0,7067 action Digital Realty pour chacun de leurs actions. La transaction valorise du groupe hollandais Interxion à environ 8,4 milliards de dollars de la valeur totale de l'entreprise, dette comprise, soit près de 93,48 $ par action ordinaire.

Une transaction logique dans un marché très capitalistique où la taille et la surface financière compte, et où la construction d’un grand datacenter en milieu urbain coûte des dizaines de millions d’euros. Interxion investit 140 M€ pour construire actuellement son troisième datacenter à Marseille (MRS3).

 

"Cette transaction stratégique et complémentaire s'appuie sur la base établie de Digital Realty pour répondre à la demande du marché en matière de colocation, d'échelle et d'hyper-échelle dans les Amériques, la région EMEA et l'Asie-Pacifique et s'appuie sur l'expertise européenne d'Interxion en colocation et interconnexion, renforçant les capacités de l'entreprise combinée pour permettre aux clients de répondre au spectre complet des besoins des data centers sur une plateforme globale », a déclaré William Stein, PDG de Digital Realty, qui restera le PDG de la nouvelle entité "Interxion, a Digital Realty company". Quant à David Ruberg, PDG d'Interxion, il deviendra à court terme son directeur général pour la zone Europe, Moyen-Orient et Afrique (EMEA), succédant ainsi à M. Ruberg.

 

Digital Realty a revendu 10 centres de données américains à Mapletree pour 1,4 milliard de dollars

Dans le même temps, Digital Realty s’est désendetté, - en vue de la fusion avec Interxion ? - en vendant cet été dix de ses centres de données américains pour 1,4 milliard de dollars à Mapletree, un investisseur immobilier singapourien. Il lui a également transféré en copropriété trois installations hyperscale récentes basées à Ashburn en Virginie du Nord. Sur le montant total, Mapletree paiera notamment 811 millions de dollars pour détenir une participation de 80 % dans une société gérant ces trois centres de données, et Digital en conservera 20 %. L’investisseur immobilier singapourien avait déjà racheté en 2017 les 14 centres de données de Carter Validus Mission Critical REIT.

 

Digital Realty se serait intéressé avant au rachat de l’opérateur de datacenters CyrusOne

L’annonce de la fusion avec Interxion survient un mois après un article de l’agence Bloomberg signalant que Digital Realty Trust cherchait à acquérir en 2019 tout ou partie des 48 datacenters de CyrusOne, son rival texan dans les centres de données. Cela ne s’est pas encore fait. Toutefois, CyrusOne recherchait semble-t-il des repreneurs potentiels en 2019. Cette société texane d'immobilier qui investit dans des centres de données en colocation neutre aurait déjà reçu une ou plusieurs offres de rachat selon l’agence Bloomberg, dont une émanant du groupe associant Stonepeak Infrastructure Partners, KKR & Co. et I Squared Capital. Les sociétés d'investissement Digital Colony Partners et EQT Partners seraient également sur les rangs. Ensemble, ils ont déjà dépensé 8 Md$ pour racheter durant l’été 2019 l’opérateur de fibre optique et de datacenters Zayo Group.

 

Olivier Bellin

bellin@channelbp.com,

#channelbp.com, #CBPMagazine, #CBP,

#DATACLOUDADVISOR.COM, #Bellin, #BellinCBP

 

Moyenne: 5 (1 vote)
Réseaux sociaux :
Twitter Facebook Google LinkedIn

Autres articles sur le même sujet :

Mots clefs :