IT BtoB European Collaborative Webzine for leaders

Diademys s'offre les compétences Microsoft et Cloud de Sysdis

publié le mardi 24/12/2013

Diademys a racheté le 20 décembre Sysdis, un intégrateur spécialisé dans les postes de travail, en environnement Microsoft notamment, qui venait tout juste de passer en redressement judiciaire. Fabrice Têtu, son PDG, estime que cette acquisition aidera Diademys à réaliser 80% de CA dans le Cloud d'ici 2016.

 

 

Magazine CBP : Pourquoi Diademys a-t-il racheté l'intégrateur Sysdis en décembre ?

Fabrice Têtu, le PDG de l'intégrateur francilien Fabrice Têtu Diademys : Nous avions atteint les limites de notre croissance organique, même après la création de différentes filiales pour gérer l'ensemble de nos activités. Sysdis nous apporte des compétences intéressantes en intégration, et notamment dans le poste de travail distribué et les postes clients lourds. Diademys récupère également des compétences en infrastructures et dans les applications en environnement Microsoft. Nous avons ainsi enrichi notre expertise sur Windows Server, SharePoint et la migration de comptes Office vers Office 365.

 

Quel montant Diademys a-t-il payé au tribunal pour racheter Sysdis ?

15 000 euros, somme à laquelle s'ajoutent environ 1.5 M€ que Diademys investit pour relancer les activités de Sysdis.

 

Quelles sont les synergies entre vos deux groupes ?

Elles se situent à tous les niveaux. Sur la clientèle tout d'abord, puisque nous n'avons aucun client en commun. Sysdis nous permet d'ailleurs d'accéder à ses clients dans les administrations. Côté produit, ils nous apportent, on l'a vu, un savoir-faire important en environnement Microsoft. Du point de vue de la couverture commerciale, le nouvel ensemble reste essentiellement centré sur l'Ile-de-France. La province quant à elle ne représente qu'environ 20% de notre chiffre d'affaires.

 

Comment se déroule l'intégration de Sysdis ?

Cette acquisition est l'occasion pour le groupe de compléter notre organisation par pôles d'activités. Diademys centralise toute notre expertise en matière d'Intégration et hébergement des infrastructures IT; Circum devient notre centre d’expertise sur les offres SharePoint et Nintex; quant à Aristote, ce pôle gère notre expertise en ingénierie applicative et en solutions open source. Enfin, Novulys centralise nos compétences en déploiement de logiciels CRM et décisionnel (Business Intelligence). Enfin, Cirrus centralise les offres Iaas et Saas de Diademys.

 

Quelles sont les données du nouvel ensemble ?

Cette acquisition a permis à Diademys de doubler ses effectifs pour les porter à 130 salariés. Nous visons désormais les 22 M€ de chiffre d'affaires, dont environ 7 M€ en provenance de Sysdis.

 

Comment hébergez-vous les services Cloud que vous commercialisez ?

Toutes nos offres Iaas ou Saas, ainsi que celle de Sysdis désormais, sont gérées par notre filiale Cirrus. Elles sont hébergées dans trois data centers de TelecityGroup, dont deux sont situés en France, à Paris et à Courbevoie, et le troisième à Zurich. 95% de notre capacité d'hébergement reste sur la capitale, mais nous avons choisi de nous éloigner d'au moins 500 km de Paris pour gérer les plans de reprise (PRA) de certains de nos clients.

 

Comment financez-vous les problèmes de trésorerie liés au passage au Cloud, ainsi que l'acquisition de Sysdis ?

Le Crédit du Nord, mais aussi Oséo, ont permis à Diademys de disposer des fonds nécessaires pour accompagner cette conduite du changement liée à la vente de services dans le Cloud. Je remercie tout particulièrement le Crédit du Nord, car il nous a aussi accompagnés rapidement sur l'acquisition de Sysdis.

 

Diademys prévoit-il de réaliser une nouvelle acquisition en 2014 ?

Diademys pourrait en réaliser une l'année prochaine si cette acquisition s'inscrit dans notre stratégie de croissance. Mon objectif à horizon de 2016 est de réaliser 80% de notre chiffre d'affaires dans le Cloud, contre 50% aujourd'hui. Cet objectif est atteignable car nos clients sont de plus en plus nombreux à choisir par exemple d'héberger leurs CRM sur un Cloud public, voire privé s'il est hébergé chez nous. 150 de nos 200 clients font désormais appel à nos services Cloud.

Moyenne: 5 (1 vote)
Réseaux sociaux :
Twitter Facebook Google LinkedIn

Autres articles sur le même sujet :

Mots clefs :