IT BtoB European Collaborative Webzine for leaders

Diademys prévoit de doubler son chiffre d'affaires d'ici fin 2018

publié le mercredi 14/10/2015

Fabrice Têtu, le PDG de l'infogéreur et intégrateur Diademys, prévoit de doubler son chiffre d'affaires d'ici fin 2018 tout en portant la part de son récurrent de 40 à 80%. Grâce à ses investissements dans le Cloud principalement. Une nouvelle acquisition n'est pas exclue car il estime que la consolidation entre acteurs du Cloud a démarré.

 

Magazine CBP (www.channelbp.com) : Quels sont vos projets pour 2016 ?

Fabrice Têtu, le PDG de l'infogéreur et intégrateur parisien Diademys : Diademys doit réaliser de 40 à 50 ME de chiffre d'affaires dans trois ans afin de générer suffisamment de récurrent pour consolider notre croissance rapide. Dans cette perspective, je prévois notamment d'investir davantage dans le Cloud hybride, soit avec Soft Layer (IBM) ou Microsoft, mais aussi de rentabiliser notre futur agrément Hébergeur de Données de Santé (HDS), certification pour laquelle Diademys a travaillé dur. C'est la première fois que notre groupe investit dans un secteur qui n'est pas purement fonctionnel.

 

Quels sont les objectifs de chiffre d'affaires de Diademys pour 2015 et 2016 ?

Au moins 10 des 25 ME que Diademys prévoit de réaliser en 2015 le seront en récurrent. Ce qui représentera environ 40% de notre chiffre d'affaires cette année. Mon objectif est de porter la part de ce récurrent à 60% dès fin 2016, puis à 80% dans trois ans. Cet objectif est atteignable car Diademys signe actuellement davantage d'affaires plus importantes sur trois ans dans le Cloud et l'infogérance.

 

La demande Cloud des entreprises a-t-elle beaucoup augmenté en 2015 ?

Oui. Nos clients attendent de plus en plus que nous opérions à leur place les services Cloud qu'ils ne veulent pas avoir à gérer. Le métier d'infogéreur s'est bien transformé suite à l'arrivée du Cloud. Il a permis à un client de consommer de l'infogérance sur la base d'infrastructures IT qui ne lui appartiennent plus. Désormais, ce sont les prestataires IT qui investissent dans les infrastructures IT à la place des clients. Avec profit pour eux, car les négociations sont parfois tendues en raison de la concurrence importante.

 

Prévoyez-vous de procéder à de nouvelles acquisitions dès cette année pour atteindre cet objectif financier ambitieux ? Y-a-t-il beaucoup de cibles potentielles actuellement ?

Diademys a déjà racheté cet été le fond de commerce Hébergement d'une agence web. Effectivement, de nombreux VAR sont à vendre actuellement, et notamment ceux dont le fond de commerce a explosé au bout de trois ans suite à leurs investissements dans le Cloud. Nombre d'entre eux ont cru que le Cloud était le Graal. Or, ils ne se rendaient pas compte des efforts financiers et techniques à consentir pour proposer du Cloud 24/7. Car le client ne se contente pas d'externaliser chez vous son IT, il vous transfère également tous ses problèmes. Le marché des acteurs du Cloud est donc en phase de consolidation actuellement.

 

Etes-vous satisfait de vos importants investissements dans le Cloud ?

Oui, toutefois je remarque que les nouveaux investissements à réaliser dans les infrastructures IT destinées à notre Cloud sont sans fin dès que l'on gagne davantage de clients, d'autant que nous en perdons très peu.

 

Comment Diademys gère-t-il ce surcroît d'investissements dans ses infrastructures Cloud ?

Nous avons décidé de passer en capacité de débordement pour nos offres Cloud non stratégiques, tels que l'archivage, le test & dev., etc. Dans le même temps, Diademys va étendre la surface que nous louons dans les data centers de TelecityGroup à Courbevoie et à Aubervilliers, qui disposent chacun d'une loge contenant 40 baies. Le groupe n'avait qu'une seule baie quand nous avons démarré nos services d'infogérance il y a huit ans !

 

Diademys continue-t-il d'investir dans toutes ses offres Cloud ?

Non, il n'y a plus d'argent à gagner sur le Iaas ou le stockage purs, dont les prix ne cessent de baisser. D'ailleurs, je demande régulièrement à nos commerciaux de ne pas vendre de la VM seule aux clients, mais plutôt un accompagnement dans le Cloud. Les entreprises sont sensibles au fait que nous leur vendions de la prédictibilité financière et que nous les libérions d'une charge d'investissement importante, tout en leur offrant une garantie de service 24/7. Les sociétés qui, pour des raisons sociales notamment, ne peuvent garantir cette qualité de service, sont particulièrement sensibles à nos offres de maintien en conditions opérationnelles de leurs installations IT critiques.

 

Pourquoi investir autant pour décrocher ce coûteux agrément HDS ?

Cette décision part d'une opportunité client. En outre, je constate que de plus en plus d'entreprises nous demandent d'investir avec elles pour bien protéger leurs applications et leurs données sensibles.

 

Diademys continue-t-il d'être partenaire de Cloudwatt suite au rachat de ce dernier par OBS ?

Nous avons arrêté ce partenariat avec Cloudwatt car Orange Business Services (OBS) est l'un de nos concurrents.

Moyenne: 5 (1 vote)
Réseaux sociaux :
Twitter Facebook Google LinkedIn

Autres articles sur le même sujet :

Mots clefs :