IT BtoB European Collaborative Webzine for leaders

Cloudwatt prévoit de réaliser près de 500 ME, en indirect notamment

publié le mercredi 03/10/2012

Les actionnaires de Cloudwatt - Orange, Thalès et la Caisse des Dépôts - ont présenté début octobre cette nouvelle entité spécialisée dans le Cloud public. Soutenue par le Gouvernement, Cloudwatt commercialisera dès novembre en direct, et via un réseau de revendeurs IT, ses premières offres à destination des acteurs publics, mais également des PME.

 

Cloudwatt commercialisera dès novembre ses premières offres Cloud en open source, dans le stockage des données et le calcul notamment. Selon Patrick Starck, son président, cette société adressera en direct, et via un réseau de revendeurs, des PME et des grands comptes français, tant publics que privés. Cette situation fait grincer des dents les hébergeurs privés interrogés. Ne bénéficiant pas - eux - de l’aide de l’Etat, via le Fonds d’investissement stratégique notamment (voir autre article sur le sujet), ils comprennent mal pourquoi Cloudwatt, qui s’est présenté initialement comme un acteur du Cloud public souverain, vient les concurrencer sur les PME et les ETI.

 

Cloudwatt travaille avec des VAR spécialisés dans les technologies IT open source

Le président de Cloudwatt constitue actuellement un réseau de revendeurs IT disposant de bonnes connaissances dans les technologies open source. Patrick Starck n’a pas détaillé les modalités de leurs partenariats. Toutefois, il nous a précisé qu’il n’exclut pas de proposer à ses partenaires des services Cloud à intégrer en marque blanche. Cloudwatt travaille déjà avec quelques intégrateurs IT, dont Alpha Layer, Enovance, Linagora, Ysance, etc. « En effet, nous avons besoin de compétences complémentaires pour intégrer une solution Cloud globale », indique le dirigeant. Des beta tests (POC) en open source sont en cours de réalisation.

 

Cloud prévoit de réaliser 500 ME en Europe d’ici 2017

Le président de Cloudwatt, a longuement insisté sur « la chance unique d’avoir le privilège de démarrer une page blanche sur une technologie aussi prometteuse que le Cloud Computing ». Patrick Starck estime que l’industrialisation des technologies IT qui le composent est un préalable nécessaire pour qui veut devenir un acteur majeur du Cloud en Europe. Et de souligner, qu’à son grand regret, « il n’y a pas d’acteurs européens leaders dans le Cloud pour l’instant. C’est inquiétant quand on regarde le succès d’acteurs nord-américains comme Amazon, Google, etc. ». Son objectif : réaliser environ 500 M€ de chiffre d’affaires d’ici cinq ans en Europe, sans détailler la manière dont il prévoit d’y arriver. Un chiffre comparable à celui qu’ambitionne aussi d’enregistrer sur la même période Orange Business Services, l’un de ses actionnaires de référence… Reste à savoir si des entreprises européennes, publiques notamment, confieront leurs données stratégiques à un spécialiste du Cloud financé par le Gouvernement français. Patrick Stark estime que cette considération n’est pas un frein au développement de sa société.

 

Créer des services de Cloud public « low cost » avec différents niveaux de SLA

Cloudwatt a bâti une stratégie commerciale basée sur des prix agressifs pour séduire les entreprises d’autres pays européens, « car le Cloud est un produit de masse. Notre vocation est de faire du « prêt à utiliser » pour les clients et non du « prêt à porter », indique Patrick Stark. Raison pour laquelle son principal objectif est de produire des services Cloud à moindre prix, mais offrant divers niveaux de garantie de services (SLA), tels qu’attendus par les clients. « Car c’est le marché qui fixe les prix. J’estime que le « low cost » ne rime pas forcément avec mauvaise qualité de service ou une certaine dangerosité, comme on peut déjà le constater dans d’autres secteurs économiques en Europe, tel que l’aérien » assure Patrick Stark. Pas certain que ses concurrents directs – les hébergeurs et infogéreurs, voire les éditeurs – partagent son point de vue et lui laissent le champ libre en la matière. La guerre des prix qui va s’en suivre promet d’être particulièrement âpre.

Moyenne: 5 (1 vote)
Réseaux sociaux :
Twitter Facebook Google LinkedIn

Autres articles sur le même sujet :

Mots clefs :