IT BtoB European Collaborative Webzine for leaders

Cloud : VMware met à contribution ses partenaires

publié le mercredi 15/10/2014

L'éditeur VMware réalise déjà près d'un tiers de son chiffre d'affaires grâce au Cloud. Selon Hervé Uzan, le directeur général de VMware France, ce pourcentage devrait augmenter dès 2015 grâce au lancement au début 2015 de vCloud Air, sa plateforme de Cloud hybride. VMware entend associer une majorité de ses partenaires à sa grande offensive dans le Cloud contre Amazon et Microsoft. 

 

Magazine CBP (www.channelbp.com) : Quelles sont les priorités de VMware France pour 2015 ?

Hervé Uzan, directeur général de VMware France, un éditeur filiale d'EMC qui est le leader mondial de la virtualisation des serveurs et des postes de travail : VMware souhaite être davantage perçu par ses clients et partenaires comme un "trusted advisor", et non pas uniquement comme un vendeur d'infrastructures IT stratégiques. Le déploiement de nos services de Cloud hybride permettra notamment d'étendre cette empreinte chez nos clients.

 

Quels sont les principales annonces du VMworld de Barcelone en octobre ?

Je ne peux pas toutes vous les dévoiler. Je peux déjà vous dire que beaucoup d'annonces sont très orientées Cloud. Notre équipe Software Defined Data Center (SDDC) annonce un déploiement SDN dans un data center en moins de 15 minutes. VMware présente également sur le VMworld de Barcelone la nouvelle version de vCloud Air, l'ex-VCHS, qui était l'ancien nom du Cloud public de VMware. Il a été rebaptisé et amélioré suite à l'acquisition d'Airwatch en 2013. Le groupe insiste aussi sur le rebranding de VRealize pour couvrir les besoins de nos clients dans les Clouds publics, privés et hybrides. Notre objectif est de mieux travailler sur la totalité des environnements IT physiques ou virtuels, et pas uniquement sur ceux de VMware.

 

Quand VMware lancera-t-il ses services de Cloud public vCloud Air en France ?

Nos offres vCloud Air sont disponibles en Angleterre, mais ils ne seront pas commercialisés en France avant le premier semestre 2015. Non pas pour des problèmes technologiques, mais tout simplement parce que VMware doit signer des partenaires pour accélérer leur commercialisation.

Le Cloud participe-t-il désormais activement au chiffre d'affaires de VMware France ?

VMware France réalisera près de 35% de son chiffre d'affaires 2014 avec nos offres Cloud, et notamment celles dévoilées lors du salon VMWorld de Barcelone. Et si on y ajoute les revenus générés par les services providers, lesquels pèsent environ 7%, le Cloud atteint presque 42% de notre chiffre d'affaires. Ce chiffre a presque doublé en un an !

 

Pensez-vous que le marché français est en retard sur l'adoption du Cloud ?

Non. Pour preuve, notre filiale française est la première filiale du groupe en termes de parts de marché sur le Cloud dans notre chiffre d'affaires. Toutefois, nous sommes encore derrière l'Angleterre en termes de revenus. Beaucoup de clients ont montré de l'intérêt pour la vCloud Suite, que VMware avait présenté il y a deux ans sur le salon VMworld de Barcelone.

 

Vos partenaires seront-ils associés au déploiement de tous vos nouveaux produits, y compris dans le Cloud ?

VMware compte beaucoup de clients satisfaits grâce à ses revendeurs et notre modèle de vente est toujours 100% indirect. Notre principal challenge pour 2015 est de les former sur toutes nos nouvelles technologies et nos offres dédiées au poste de travail. Nous avons recruté ou transformé des avant-ventes pour offrir un meilleur support à nos quelques 2000 partenaires en France. Ils les aideront à acquérir des compétences sur notre gamme NSX, les postes de travail virtuels, ainsi que sur nos offres Cloud et Software Defined Data Center (SDDC) notamment. 

 

Ne concurrencez-vous pas vos partenaires en mettant autant de moyens pour lancer vos services de Cloud hybride ?

Non, car vCloud Air est avant tout une propriété intellectuelle que VMware partage avec tous les partenaires de son réseau VCloud Air, ne serait-ce que pour permettre à nos clients de disposer d'une offre homogène. Nous ne sommes donc n'est pas forcément concurrents. Pour preuve, le chiffre d'affaires de nos Cloud Service Providers a d'ailleurs doublé depuis 2013.

 

VMware ne devient-il pas un concurrent de Cisco dans le Cloud hybride, lequel est l'un de vos partenaires dans le consortium VCE ?

VMware ne concurrent ni Cisco, ni VCE, car nous ne commercialisons pas de matériel. Nos approches respectives dans le Cloud sont plutôt complémentaires.

 

Qui sont les principaux concurrents de VMware dans le Cloud ?

Amazon sur le Cloud public depuis que nous avons lancé VCloud Air. Quant à Microsoft, nous les voyons rarement comme des concurrents sur la partie Cloud, surtout chez les grands comptes. Ils doivent être plus présents sur le marché des PME, clientèle qui ne représente que 35% du chiffre d'affaires de VMware France, contre 65% pour les grands comptes. Sur le Cloud privé, nous rencontrons des acteurs comme HP, même si VMware est devant eux en termes de parts de marché au niveau mondial, car beaucoup de clients basculent sur le cloud privé directement avec VMware.

 

D'ailleurs, êtes-vous satisfait des performances de VMware France ?

Je félicite mes équipes et nos partenaires pour les excellents résultats de VMware France au 1er semestre 2014. Notre filiale a enregistré une croissance de 20%, laquelle est supérieure à celle du groupe au niveau mondial. Une belle performance pour un pays considéré comme mature par le groupe.


Le taux de virtualisation des serveurs en entreprise a-t-il beaucoup augmenté en 2014 ?

Aujourd'hui, il dépasse fréquemment 70% dans les grands comptes.

Le Bureau virtuel (VDI) est-il toujours l'un des chevaux de bataille de VMware alors que certaines entreprises trouvent son déploiement trop couteux ?

Plus que jamais depuis la sortie cet été de notre nouvelle offre Work Space 8. De gros déploiements VDI sont en cours chez les grands comptes, mais je ne constate pas la même déferlante que l'on a connu sur les serveurs, dans les PME notamment, en partie parce qu'il n'est pas toujours facile de démontrer le ROI du VDI aux clients. En outre, ces projets sont plus longs à déployer que ceux dédiés à la virtualisation des serveurs. Les entreprises commencer par réaliser des "proof of concept" (POC), puis des pilotes, avant d'envisager un quelconque déploiement. Nous avons encore beaucoup de clients qui sont en phase pilote. Au final, le VDI fait désormais partie d'une offre plus globale dans le portfolio virtualisation de VMware car les clients ne veulent pas se contenter de déployer que du VDI.

Moyenne: 5 (1 vote)
Réseaux sociaux :
Twitter Facebook Google LinkedIn

Autres articles sur le même sujet :

Mots clefs :