IT BtoB European Collaborative Webzine for leaders

Cloud : Vmware encense AWS après l'avoir critiqué

publié le mercredi 26/10/2016

BARCELONE : Pat Gelsinger, le PDG de Vmware, a été très élogieux à l'égard d'Amazon Web Services (AWS) lorsqu'il a officialisé le 19 octobre le choix du leader mondial du Cloud public comme partenaire de référence pour ses offres de Cloud hybride. Pourtant, cet éditeur le considérait encore comme un ennemi au début 2016.

 

Mi-octobre à Barcelone, le Cloud était l'une des principales vedettes du VmWorld Europe, le salon-phare de Vmware ; avec bien sûr le rachat par Dell du groupe EMC, la maison-mère de cet éditeur américain spécialisé dans la virtualisation et le Cloud. Et surprise, il a fait la paix avec AWS, l'ennemi d'hier, qui était l'invité de référence.

 

Tapis rouge pour Amazon Web Services

Pat Gelsinger, le PDG de Vmware, a même déroulé le tapis rouge pour l'un des grands patrons d'Amazon Web Services (AWS), Mike Clayvill, son vice-président des ventes mondiales. Ce dernier a débarqué sur scène comme une rock star en déclarant « AWS a choisi Vmware car c'est le leader mondial du cloud privé ». Une affirmation qui n'est valable que sur la partie logicielle du Cloud, mais qui a généré l'applaudissement des quelques 4000 personnes de l'auditoire.

 

Raghu Raghuram, vice-président et directeur général de la division SDDC de Vmware, lui a retourné le compliment un peu plus tard : « En tant que leader du Cloud privé, il est normal que Vmware signe ce partenariat avec AWS, qui est le leader mondial du Cloud public, et de loin ». Il a aussi insisté sur la simplicité de mise en œuvre des services de Cloud public d'AWS. Le partenariat vient de démarrer avec une version beta, testée par certains clients de Vmware et d'AWS. La disponibilité de l'offre Iaas d'AWS est prévue pour mi-2017 aux Etats-Unis et en Europe ensuite. Ses services seront vendus et facturés par Vmware, et ses partenaires.

 

AWS est moins performant que Vcloud Air et Microsoft Azure

Pourtant, il y a encore un an, AWS était considéré comme un ennemi par Vmware. On ne compte plus les sites sur Internet, surtout chez Vmware, qui expliquent que sa plate-forme de cloud hybride Vcloud Air est plus performante que les services de Cloud public d'AWS et de Microsoft Azure, même si son coût de revient est plus élevé... Pire, fin août 2015, l'équipe marketing Cloud de Vmware a démoli AWS dans un comparatif. AWS apparaît non seulement comme moins performant que Vcloud Air, mais aussi que Microsoft Azure.

 

Alors, pourquoi Vmware a-t-il signé un partenariat mondial aussi stratégique avec AWS et non avec Microsoft ? Certes, Pat Gelsinger a beau dire qu'AWS est - comme Microsoft désormais - l'un des leaders du Cloud public, l'accueil très chaleureux qu'il a réservé à Mike Clayvill est un peu surprenant vu le passif entre les deux groupes. Peu de temps après, les deux hommes ont jugé nécessaire de préciser que leurs équipes travaillent encore à l'amélioration de la compatibilité des offres Iaas d'AWS avec l'environnement Vmware. CBP a appris ensuite que ces deux groupes élaborent ce projet de partenariat, dans le plus grand secret, depuis début 2016.

 

Une menace pour Microsoft et Vcloud Air ?

Revendiquant sans cesse son indépendance, notamment vis-à-vis de sa maison-mère, Vmware prévoit-il d'élargir cet accord à d'autres géants du Cloud public, dont Microsoft ? Interrogé par CBP sur le sujet, Pat Gelsinger, s'est montré catégorique : « Dans l'immédiat, Vmware ne signera pas ce type de partenariat dans le Cloud public avec Google ou Microsoft Azure au niveau mondial ». N'est-ce un "couac" alors que sa nouvelle maison-mère, Dell EMC, a annoncé fin septembre l'extension de la prise en charge des environnements Microsoft avec Microsoft Azure Services (Validated Systems et SQL) tout en garantissant une continuité pour les clients Dell EMC Hybrid Cloud System sous Microsoft. Le patron de Vmware a quand même mis en avant sa « collaboration avec Microsoft dans le cadre de Workspace One afin de délivrer une version BtoB optimisée de Skype dans Horizon ».

 

Ce partenariat dans le Cloud public avec AWS ou d'autres de ses concurrents est-il une menace alors pour Vcloud Air, la plate-forme de Cloud hybride de Vmware ? Pas selon Pat Gelsinger : « L'intérêt de Vcloud Air n'a pas changé suite à l'accord avec AWS. Il reste le meilleur choix pour certains projets Cloud de nos clients. ».

 

Vmware poursuit l'ouverture de data centers en Europe, et en France, avec Equinix

Autre question importante, cet accord avec AWS impacte-t-il la poursuite du programme d'ouverture de data centers par Vmware en Europe et dans le monde initié ? « Il se poursuit », a confirmé mi-octobre Sylvain Cazard, le directeur général de Vmware en France, qui nous a aussi annoncé l'ouverture d'un data center Vmware en France. Equinix, le leader mondial de l'hébergement en colocation, a jugé nécessaire de rappeler au moment de Vmworld qu'il héberge depuis 2015 les services Vcloud Air de Vmware, au moins à Londres et à Francfort, ainsi que ceux d'AWS.

 

Nous avons aussi demandé à Sylvain Cazard si cet accord avec AWS remet en cause son partenariat de premier plan avec l'hébergeur OVH. Aucunement selon lui : « OVH est le plus grand fournisseur en Europe et il reste l'un de nos partenaires privilégiés, malgré l'accord signé avec AWS », 

 

Une bonne nouvelle pour ses revendeurs

Et les partenaires de Vmware dans tout cela, sont-ils satisfaits de cet accord avec AWS ? « C'est une très bonne nouvelle pour nos partenaires Vcloud Air », a affirmé  Sylvain Cazard. Et Jean-Pierre Brulard, vice-président et directeur général de Vmware EMEA, de surenchérir : « Ils sont indispensables dans l'adoption rapide du Cloud hybride par nos clients en Europe ». Quant à Mike Clayvill, le vice-président des ventes mondiales d'AWS, il estime aussi que « les partenaires apprécient la combinaison des savoir-faire et solutions de Vmware et d'AWS ».

 

Erreur de communication ou de timing ? Dell EMC, la nouvelle maison-mère de Vmware, a aussi annoncé lors du Vmworld la commercialisation de la quatrième version de sa plate-forme Enterprise Cloud Hybrid, ainsi que des améliorations à venir pour ses solutions Enterprise Hybrid Cloud et Native Hybrid Cloud. La direction de Dell n'avait-elle pas promis à ses actionnaires, clients et partenaires des synergies avec les différentes filiales du groupe EMC ?

 

Moyenne: 5 (1 vote)
Réseaux sociaux :
Twitter Facebook Google LinkedIn

Autres articles sur le même sujet :

Mots clefs :