IT BtoB European Collaborative Webzine for leaders

Cloud computing : quelles conséquences pour les acteurs de la distribution informatique ?

publié le mardi 21/12/2010

Selon une récente étude Gartner, 20 % des entreprises ne possèderont plus d’infrastructure informatique à la fin 2012.[1] Quels seront les impacts de cette révolution pour les éditeurs de logiciels indépendants (ISV), intégrateurs systèmes (SI) et équipementiers (OEM) ? Car c’est leur business model qui est remis en cause par la migration des moyens informatiques hors du datacenter et vers le Cloud.

 

On pourrait à juste titre penser que les vendeurs vont avoir du mal à tirer leur épingle du jeu dans ce nouvel écosystème ? Comment recomposer leurs partenariats ? Et alors que tous les grands acteurs du marché clament avoir une stratégie pour le Cloud, comment identifier le meilleur choix stratégique ?

 

L’écosystème Cloud

On parle beaucoup du Cloud, cependant il reste quelques zones d’ombres dans ce domaine. Il apparait aujourd’hui nécessaire de valider les principales spécifications du Cloud computing et, par conséquent, d’édicter des normes qui rassureraient les clients potentiels. En favorisant le partage d’informations, une méthodologie Open Source clairement définie accélérerait sûrement l’adoption de cette technologie. L’évolution rapide du marché des services à la demande ne sera certes pas sans conséquence sur le rôle des fournisseurs traditionnels, mais les plus volontaires d’entre eux sauront s’adapter. Ce nouveau marché promet également de multiples opportunités pour de nouveaux types de partenaires commerciaux.

 

VAR et intégrateurs

De par leur flexibilité, leur prix abordable et leur simplicité, les services Cloud mettent en péril l’activité des VARS et SI, qui misent traditionnellement sur les technologies déployées sur site et sur serveurs. Software as a Service (SaaS) et Cloud computing réduisent en effet les coûts marginaux qui constituent depuis toujours leur principale source de profit.

 

Ces acteurs vont devoir faire preuve d’imagination pour s’adapter et capitaliser sur ces nouveaux modes de distribution et de consommation. Les entreprises, décontenancées par la diversité des offres SaaS, PaaS (Platform as a Service) et IaaS (Infrastructure as a Service) ;  vont avoir besoin d’être accompagnées dans l’intégration de leurs technologies et processus existants, ou encore d’être guidées dans l’amélioration des performances et la formation de leurs utilisateurs.

 
Les intégrateurs peuvent évoluer pour répondre à ce besoin. C’est finalement en acquérant les compétences pour se familiariser avec les nombreuses offres Cloud du marché et pouvoir recommander à leurs clients celles qui leur correspondent le mieux que les intégrateurs de système ont une chance de se faire une place sur le nouveau marché du Cloud computing.  Eux-mêmes pourraient voir dans le Cloud un environnement pour le test de leurs implémentations futures et la sauvegarde d’informations.

Quant aux fournisseurs tiers, ils pourraient utiliser les plates-formes fiables et sophistiquées que sont les offres PaaS pour créer leurs propres offres sectorielles ou personnalisées.


Du côté des revendeurs, l’écosystème Cloud constitue un nouveau marché fort prometteur. Alors que le Cloud computing se démocratise, les fournisseurs ont vite compris qu’il leur faudrait bâtir un solide réseau de revendeurs, qui les dispenseraient de gérer eux-mêmes la vente directe et à qui ils délégueraient également l’assistance pour ne se consacrer qu’au développement de technologies.  Pour les revendeurs, cela représente une très belle opportunité de s’associer à des fournisseurs de services Cloud afin d’augmenter la valeur ajoutée de leurs offres.

 

ISV et développeurs

Pour pouvoir migrer vers le Cloud, les ISV et développeurs ont besoin de garanties sur les possibilités d’évolution de leurs développements applicatifs au sein d’une infrastructure Cloud. La facilité de distribution et la qualité de déploiement étant essentielles au succès d’une technologie, leurs partenaires Cloud devront fournir les outils et l’infrastructure nécessaires à une migration rapide, en fournissant un cadre garantissant que les logiciels n’auront à être développés qu’une fois puis déployés uniformément à travers tous les environnements, du datacenter jusqu’au Cloud.

 

Enfin, pour promouvoir les développements dans le Cloud, les partenaires technologiques devront proposer des outils de développement de logiciels compatibles avec tous types de plates-formes.

 

Les opérateurs de services Cloud

Plusieurs facteurs conditionneront pour les opérateurs le succès des déploiements de Clouds publics : la technologie de création des couches de la pile Cloud, qu’elle soit IaaS ou PaaS ; la qualité du Cloud développé, ainsi que l’interopérabilité des technologies de l’entreprise et du Cloud ; l’accès à des services de support pour accompagner les utilisateurs ; et l’inscription dans un réseau de partenaires et un programme de certification qui sont autant de gage de confiance.

 

En définitive, le Cloud est en passe de changer le mode de fonctionnement des acteurs du secteur et la nature même de leurs interactions. Un nouvel écosystème est donc en train de se créer qui promet des opportunités extraordinaires à ceux qui sauront faire preuve d’ouverture d’esprit et de flexibilité et consentiront à quelques réorientations stratégiques.

 

Petra Heinrich est VP des alliances et partenariats de Red Hat en EMEA.

[1] Gartner Highlights Key Predictions for IT Organizations and Users in 2010 and Beyond

 

Aucun Vote
Réseaux sociaux :
Twitter Facebook Google LinkedIn

Autres articles sur le même sujet :

Mots clefs :