IT BtoB European Collaborative Webzine for leaders

Cisco, Google et SAP s’intéresseraient aussi à BlackBerry

publié le lundi 07/10/2013

Nouveau rebondissement dans la vente de BlackBerry. Ce constructeur canadien pourrait intéresser des acteurs tels que Cisco, Google et SAP selon l’agence Reuters. Une vente par appartements des actifs et brevets de BlackBerry serait-elle envisagée ?

 

 

Cette agence explique que ce constructeur canadien de téléphones, en grande difficulté financière, aurait reçu des offres de Cisco, Google et SAP. En revanche, on ne sait pas s’il s’agit d’une offre combinée pour racheter la totalité de BlackBerry, ou bien d’offres de rachats séparées visant à acheter telle ou telle activité.

 

Le portefeuille de brevets de ce constructeur canadien est semble-t-il bien garni. De même, il n’est pas étonnant que des acteurs comme Cisco ou Google s’intéressent aussi potentiellement à son service de messagerie sécurisée sur Internet, car sa qualité a fait la réputation de BlackBerry, dans les entreprises notamment. Malgré quelques pannes ici et là.

 

Cela dit, une offre globale semble peu crédible dans l’immédiat, car les acquéreurs potentiels sont prudents. BlackBerry perd beaucoup d’argent et de parts de marché actuellement. Rien qu’en septembre, il avait annoncé une perte d’environ 1 milliard de dollars suite aux mauvaises ventes de son tout nouveau smartphone, le Z10.

 

Le consortium emmené par Fairfax Financial Holdings est toujours sur les rangs

De plus, Cisco, Google et SAP ne sont les seuls à vouloir prendre le contrôle des meilleurs actifs de ce constructeur canadien. Le 23 septembre, BlackBerry annonçait avoir signé un protocole d’accord avec un groupe d’investisseurs piloté par son principal investisseur (10%), la société financière canadienne Fairfax Financial Holdings. Leur projet, racheter ce constructeur canadien de téléphone pour 9$ par titre, valorisant ainsi BlackBerry à 4,7 Md$.

 

Fairfax Financial Holdings dirige un consortium constitué de Merrill Lynch et de BMO Capital Markets. Ils ont obtenu un délai de six mois pour pouvoir étudier le dossier, ce qui permet à BlackBerry de chercher d’autres investisseurs éventuels. Il semble bien en avoir trouvé. Reste à savoir qui fera le ou les plus gros chèques pour racheter les joyaux de la couronne BlackBerry.

Moyenne: 5 (1 vote)
Réseaux sociaux :
Twitter Facebook Google LinkedIn

Autres articles sur le même sujet :

Mots clefs :