IT BtoB European Collaborative Webzine for leaders

CICF Informatique fusionne avec 3SCI au sein de Cinov-IT

publié le vendredi 23/11/2012

Le CICF Informatique, l’un des 12 syndicats de la Fédération de la Chambre de L’Ingénierie et du Conseil de France (CICF), rebaptisée Cinov le 22 novembre, a annoncé le même jour qu’il fusionnait avec 3SCI, un syndicat représentant des éditeurs et revendeurs IT, au sein de Cinov-IT, la chambre syndicale professionnelle des TPE-PME du numérique.

 

Deux syndicats des entreprises de l’IT, le CICF Informatique et le 3SCI, ont uni leurs forces pour créer un vrai rival au Syntec Numérique, l’autre grand syndicat patronal du secteur IT. « Mais contrairement à lui, Cinov-IT a pour vocation de défendre et promouvoir les TPE et PME du numérique », a expliqué Olivier Bouderand, le co-président de Cinov-IT, et feu le président de 3SCI. Et sa co-présidente, Marie Prat, laquelle représente les adhérents de feu le CICF Informatique, d’ajouter : « avec 800 adhérents, Cinov-IT est un syndicat aussi représentatif que le Syntec Numérique, lequel regroupe essentiellement de grandes entreprises IT ». Ce nouveau syndicat regroupe des éditeurs, des revendeurs, des sociétés de services IT, ainsi que des spécialistes du conseil, métiers qui représentent environ 25% de ses effectifs respectivement.

 

Renforcer leur présence en région

Le décor est planté. Mais les deux dirigeants n’ont aucune intention de tourner un remake de « David vs Goliath », car il n’y a pas matière selon eux, et Cinov-iT ne veux pas se tromper de combat. Ils ont des choses plus sérieuses à faire. « L’une de nos priorités est de renforcer notre présence en région », explique ainsi Olivier Bouderand. « A ce titre, le CICF Informatique apporte à Cinov-IT une représentativité en région plus forte que celle du 3SCI, dont les quelques 300 adhérents sont davantage présents en Ile-de-France ». Cette représentativité en région, qui fait parfois encore défaut au Syntec Numérique, est importante pour faire entendre la voix des adhérents de Cinov-iT, lesquels sont surtout des TPE et PME. Car ce syndicat entend peser davantage dans tous les grands dossiers traités par le Gouvernement actuellement, telles que la révision de la taxe CET, la mise en oeuvre du Rapport Gallois ou d’un Small Business Act à la Française, dispositif qui pourrait ouvrir la commande publique aux PME, dans l’IT notamment, etc.

 

Objectif : 2500 adhérents sous 2 ans :

« L’un de nos autres objectifs est aussi de regrouper 2500 adhérents sous deux ans », explique Marie Prat. Un pari ambitieux, mais Cinov-IT a-t-il le choix ? En effet, tous les autres syndicats et fédérations du secteur numérique multiplient les initiatives pour faire grossir leurs rangs. Les grandes manœuvres dans le monde syndical se sont accélérées en 2012 dans la perspective d’un réexamen de leur représentativité en 2013 par le Gouvernement.

Ce qui explique par exemple pourquoi la FEB (Fédération de l'Equipement du Bureau et de la papèterie) a absorbé en avril 2012 la Ficome (Fédération Interprofessionnelle de la Communication d'Entreprise). Malgré une fusion assez chaotique au démarrage, cette fédération professionnelle rebaptisée Eben (Entreprises du Bureau et du Numérique) dit totalise désormais près de 2000 entreprises de l’IT, de la bureautique et de la communication.

Pour parvenir à ses fins en matière de représentativité, le Cinov-iT n’exclut ni fusion, ni rapprochement avec d’autres organisations professionnelles de l’industrie Numérique au sens large. Ses dirigeants ont d’ailleurs rappelé le 22 novembre qu’ils entretiennent de bonnes relations avec certains d’entre eux, dont le Munci et l’Afdel. « Association qui regroupe des éditeurs de logiciels et sociétés internet (320 : NDLR), l'Afdel est membre du Cinov-IT, car elle adhère au Cinov (ex : CICF) », précise Marie Prat. Plusieurs annonces devraient intervenir dans ce domaine en 2013 chez tous les protagonistes.

Moyenne: 5 (1 vote)
Réseaux sociaux :
Twitter Facebook Google LinkedIn

Autres articles sur le même sujet :

Mots clefs :