IT BtoB European Collaborative Webzine for leaders

Broadcom renoncerait à racheter Symantec

publié le mardi 16/07/2019

Le fabricant de semi-conducteurs aurait renoncé en juillet à débourser environ 15.5 Md$ pour Symantec, un éditeur historique de solutions d’anti-virus. Trop cher apparemment. Broadcom avait déjà déboursé 18.9 Md$ pour racheter un autre éditeur IT historique : CA Technologies.

 

Symantec a-t-il été trop gourmand ? L’éditeur historique de solutions anti-virus aurait fait capoter son rachat par Broadcom, pour une question de prix rapportent plusieurs sources citées par la presse américaine. Symantec aurait refusé une offre à moins de 28 dollars par action, son cours du début 2019. Broadcom lui a-t-il vraiment proposé 24 dollars par action, valorisant Symantec à environ 15.5 Md$ ?

 

Broadcom n’est pas le seul spécialiste des semi-conducteurs à investir dans la cyber sécurité

L’annonce de l’abandon des discussions a provoqué une chute de 18% de l’action Symantec, contre une hausse de 3% de celle de Broadcom. La bourse américaine a sans doute en mémoire les aventures d’Intel dans la cyber sécurité. En effet, le leader mondial des semi-conducteurs avait revendu en 2017 à TPG Capital, pour environ 4.2 Md$, 51% de McAfee (Intel Security), éditeur qu’il avait acheté en 2011 pour 7.68 Md$.

 

Symantec vaut-il vraiment plus de 15.5 Md$ ?

L’éditeur a annoncé pour sa fiscale 2019 un chiffre d’affaires de 4.7 Md$, légèrement inférieur à celui de 2018 (4.8 Md$). En cause, un recul des résultats de son pôle Entreprise, sa principale source de marges, qui représente 51% de son chiffre d’affaires total. Malgré de lourds investissements, la nouvelle gamme de produits Cloud de Symantec n’aurait pas encore recueilli les faveurs des entreprises. Et notamment pas auprès des PME, une clientèle que l’éditeur souhaite conquérir.

 

De même, les résultats de son pôle Grand Public (retail) reculent depuis plusieurs trimestres pour s’établir en 2019 à 2.4 Md$, soit autant qu’en 2017. Des résultats insatisfaisants pour les actionnaires et les salariés de Symantec, occasionnant le départ – volontaire ? - de nombreux dirigeants.

 

Des coupes sombres en prévision ?

Sur les réseaux sociaux, les salariés de Symantec redoutaient des coupes sombres dans leurs rangs en cas de rachat par Broadcom, qui a licencié des milliers de salariés en 2019, surtout aux Etats-Unis, après avoir racheté CA Technologies en juillet 2018 pour 18.9 Md$. Mais certaines rumeurs font déjà état d’un possible plan social pour permettre à Symantec d’ajuster dès 2019 ses effectifs à ses résultats en recul.

 

Quant à Broadcom, il n’est pas exclu qu’il jette désormais son dévolu sur un autre éditeur IT. En effet, le fabricant de semi-conducteurs ne cache pas son intention de poursuivre sa diversification dans les logiciels. Avant CA Technologies, toutes ses acquisitions passées, dont celle en 2017 de l’équipementier réseau Brocade pour 5.9 Md$, concernaient des spécialistes des matériel réseaux.

 

Olivier Bellin

bellin@channelbp.com,

#channelbp.com, #CBPMagazine, #CBP, #GUIDECLOUD.FR, #DATACLOUDADVISOR.COM, #Bellin, #BellinCBP

Moyenne: 5 (1 vote)
Réseaux sociaux :
Twitter Facebook Google LinkedIn

Autres articles sur le même sujet :

Mots clefs :