IT BtoB European Collaborative Webzine for leaders

Baisse des embauches chez les éditeurs, qui connaissent aussi des difficultés à recruter

publié le jeudi 29/11/2012

L’Association Française des Editeurs de Logiciels et Solutions Internet (Afdel) et le courtier Apollo Conseil & Courtage ont publié fin novembre un baromètre dédié au marché de l’emploi chez les éditeurs de logiciels. Premières conclusions : ils recruteront un peu moins en 2012 et ils utilisent davantage les réseaux sociaux et les sites web spécialisés RH.

 

Publié fin novembre 2012, ce baromètre confirme que le volume de recrutement serait en diminution de 7% chez les éditeurs de logiciels en 2012, par rapport à 2011 s’entend. Il révèle aussi que la majorité des éditeurs sondés (72%) reconnaissent avoir rencontré des difficultés à recruter au cours des six derniers mois, et 91% dans le cas du recrutement d’un ingénieur-développeur. Ce qui n’est pas tout à fait nouveau cela dit.

 

Ces entreprises doivent aussi se montrer plus agiles en matière de recrutement car les canaux sont multiples. Ainsi, les entreprises de moins de 250 salariés surprennent par leur taux d’utilisation des réseaux sociaux pour recruter. Christophe Blanchard, directeur Administratif et Financier de l’éditeur W4, indique : « Nous éprouvons toujours des difficultés pour trouver des ressources surtout pour des PME comme la nôtre. Nous avons besoin de déployer des efforts extrêmement importants en « marketing social » afin de palier au déficit de notoriété par rapport aux plus gros ».

 

Les sites de recrutement prennent de l’importance et les profils évoluent

Les sites de recrutement couvrent aujourd’hui plus de 50% des besoins en recrutement pour 32% de l’ensemble des entreprises interrogées. Ce canal est privilégié devant  les cabinets de recrutement et la cooptation. Il faut noter que pour les entreprises de moins de 50 salariés la cooptation est citée en premier.

Un recrutement dont la nature évolue fortement avec la recherche de profils plus diplômés et expérimentés. Ainsi, la proportion de recrutement de Bac + 5 augmente de 10% et celle de débutants recrutés est divisée par 2. Anne Daniel, responsable RH chez Cegedim Activ précise : « Nous ressentons toujours des difficultés lorsque nous recherchons des juniors, ou des consultants spécialisés dans le secteur de l’assurance de personnes et de la santé. »

 

L’enjeu est de gérer la mise à jour des compétences en relation avec les désirs des candidats

Les DRH des éditeurs de logiciel doivent relever de nombreux défis sur un marché du logiciel où les évolutions technologiques et fonctionnelles sont extrêmement rapides et avec une concurrence sur les profils recherchés provenant d’entreprises de multiples horizons (e-commerce, DSI utilisateurs, SSII…). L’enjeu est donc de « gérer la mise à jour de la compétence et également d’identifier les compétences de demain ».  

Les candidats de leur côté « recherchent de plus en plus des entreprises qui leur permettront de développer de nouvelles pratiques collaboratives parmi lesquelles le télétravail et le coworking constituent par exemple des réponses à ces nouvelles attentes » , souligne Christophe Gabette, directeur des ressources humaines et de la communication chez l'éditeur Berger Levrault.

 

« Les tensions actuelles sur le marché du recrutement pour les éditeurs rendent les candidats beaucoup plus attentifs et exigeants qu’avant sur les éléments de protection sociale, notamment sur la qualité et la compétitivité des garanties Frais de Santé proposées par l’employeur. En parallèle, le coût des assurances sociales ne cesse d’augmenter depuis 3 ans, ce qui implique une attention accrue des équipes RH sur ce poste. », constate Christophe Gautié, associé de la société Apollo Conseil et Courtage.

 

Des effectifs marketing sous-représentés ?

Selon ce baromètre, les éditeurs de logiciel français concentrent toujours leurs effectifs avant tout sur leur cœur de métier : les ingénieurs développement représentent 29% des effectifs. Spécificité française : les hommes et femmes du Marketing restent en retrait car s’ils ne pèsent que 4% des effectifs en moyenne. Or, le baromètre souligne la jeunesse des effectifs, puisque l’âge moyen est de 36 ans contre une moyenne proche de 40 ans pour la population active nationale.


Moyenne: 3 (1 vote)
Réseaux sociaux :
Twitter Facebook Google LinkedIn

Autres articles sur le même sujet :

Mots clefs :