IT BtoB European Collaborative Webzine for leaders

Atos signe un partenariat mondial avec Google dans le Cloud et l'analytique

publié le jeudi 26/04/2018

Il est loin le temps où Atos militait en faveur d'un Cloud Souverain français... L'ESN française a conclu ce printemps, au grand dam de Microsoft, un partenariat mondial avec Google Cloud. Il lui permettra de créer des offres dans le Cloud hybride, l’analyse de données, l’apprentissage automatique, ainsi que dans le poste de travail connecté. 

 

Dans le cadre de ce partenariat mondial, Google Cloud devient la plate-forme privilégiée de Cloud public d’Atos. L'ESN précise qu'elle utilisera l'offre Google Kubernetes Engine, une solution d’orchestration des conteneurs, afin d’encourager l’adoption de sa solution de Cloud hybride orchestrée par les grandes entreprises.

 

Trois centres de R&D en France, au Royaume-Uni et aux Etats-Unis

Atos et Google ciblent tout particulièrement les clients internationaux au démarrage. Cette ESN va d'ailleurs créer à court et moyen termes trois nouveaux centres dédiés à la R&D en France, au Royaume-Uni et aux Etats-Unis. Tous sont spécialisés en Machine Learning et en Intelligence Artificielle. Atos s'appuiera sur la formation dispensée par les experts en Machine Learning des Google Cloud Advanced Solutions Labs. Cette annonce survient alors que le Gouvernement français a déclaré ce printemps débloquer plusieurs milliards d'euros pour encourager le développement de Intelligence Artificielle dans l'Hexagone.

 

Atos renforce son expertise dans le Machine Learning...

L'actuelle transformation digitale des entreprises autour des données génère un besoin croissant de technologies pour stocker (data lakes), gérer et analyser les données. L'apprentissage automatique (Machine Learning) est un élément-clé permettant de révéler et d’exploiter des opportunités commerciales pour les entreprises.

Raison pour laquelle Atos renforcera aussi sa pratique mondiale spécialisée dans le Machine Learning en intégrant notamment les algorithmes et les Interfaces de Programmation Applicative (Application Programming Interface - API) de Google Cloud. L'ESN pourra ainsi développer des solutions métiers spécifiques dans de nombreux secteurs.

 

... et le poste de travail numérique

Enfin, dernier axe de partenariat avec Google, le poste de travail numérique. Atos développera une pratique spécialisée basée sur les outils G Suite de Google afin d'enrichir son offre de gestion du poste de travail numérique BtoB. Concurrent d'Office 365 chez Microsoft, G Suite est une suite logicielle de productivité et de collaboration développées sur le Cloud et interopérables avec d’autres outils collaboratifs.

 

Atos fait des infidélités dans le Cloud à Microsoft

L'ESN française Atos fait ici des infidélités dans le Cloud à Microsoft, pourtant l'un de ses principaux fournisseurs historiques, ainsi qu'à l'hébergeur français OVH dans une moindre mesure. Rappelons qu'avant que l'intelligence artificielle ne devienne à son tour à la mode, et objet de subventions publiques, Atos participait jadis à Numergy, l'un des deux projets de Cloud public souverain « à la française » pour, selon ses dirigeants à l'époque, créer un champion français du Cloud et de l'hébergement... à grand renfort d'argent public là encore. Avec le résultat négatif que l'on connaît.

 

Ce partenariat de grande ampleur entre l'ESN Atos (100 000 collaborateurs dans 73 pays et un CA de 12 milliards d’euros) et Google est-il de mauvaise augure pour l'industrie IT française en général ? Signifierait-il qu'elle a capitulé dans le Cloud hybride au profit des Gafa ? Malgré leurs belles déclarations de principe dans le cadre de la FrenchTech, un organisme public de promotion/subvention des nouvelles technologies conçues en France, les acteurs français de l'IT sont souvent incapables, au final, de chasser en meute à l'international.

 

Olivier Bellin

bellin@channelbp.com,

#CBPMagazine, #BellinCBP, #GUIDECLOUD

 

Aucun Vote
Réseaux sociaux :
Twitter Facebook Google LinkedIn

Autres articles sur le même sujet :

Mots clefs :