IT BtoB European Collaborative Webzine for leaders

Amazon, Cdiscount, Econocom et Huawei sont de mauvais payeurs selon la DGCCRF

publié le lundi 25/02/2019

Agnès Pannier-Runacher, secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Economie et des Finances, a dévoilé fin février les amendes infligées aux mauvais payeurs en 2018 par la DGCCRF. De grands noms du secteur IT figurent en bonne place sur sa liste.

 

Instauré en 2016 à l’initiative d’Emmanuel Macron, alors ministre de l’Economie, le « name and shame » est une technique qui consiste à pointer du doigt les entreprises qui vivent dans l’illégalité. La liste dévoilée mi-février 2019 par la DGCCRF (Direction générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des fraudes) contient les noms et les amendes les plus importantes infligées en 2018 aux entreprises françaises pour retard de paiement à leurs fournisseurs.

 

Les mauvais élèves de l’IT

Plusieurs acteurs majeurs du secteur IT figurent dans la liste de la DGCCRF. On y trouve des revendeurs comme Amazon Logistique France (375.000 euros), Econocom-Osiatis (375.000 euros) ou encore Cdiscount (310.000 euros), mais également de grands fournisseurs IT tels que Huawei Technologies France (375.000 euros), HCL Technologies France (185.000 euros).

 

Une baisse des retards de paiement

En 2018, la Direction générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des fraudes a finalement infligé 17,2 millions d'euros d'amendes à 263 entreprises contrôlées. Bonne nouvelle,  le « name and shame » après contrôle a fait ses preuves. La DGCCRF constate chaque année une baisse des retards de paiement : 10,7 jours en moyenne au deuxième trimestre 2018, contre 12,6 jours début 2016.

 

Le secteur public n’est pas exempt de tout reproche

Parmi les 107 entreprises publiques contrôlées par la DGCCRF en 2018, sept ont reçu des amendes pour un montant total de 1,1 millions d'euros. Sans réelle surprise, car l’Etat est toujours l’un des plus mauvais payeurs français, comme l’a confirmé Agnès Pannier-Runacher : "Parce que chacun doit balayer devant sa porte, je souhaite davantage d'exemplarité de la sphère publique en matière de délais de paiement. Une réflexion est en cours et devrait aboutir dans les prochaines semaines sur des propositions concrètes".

 

Olivier Bellin

bellin@channelbp.com,

#CBPMagazine, #channelbp.com, #CBP, #Bellin, #BellinCBP, #GUIDECLOUD, #DATACLOUDADVISOR

Moyenne: 5 (2 votes)
Réseaux sociaux :
Twitter Facebook Google LinkedIn

Autres articles sur le même sujet :

Mots clefs :