IT BtoB European Collaborative Webzine for leaders

Alter Way structure sa croissance pour les 3 prochaines années

publié le lundi 23/12/2019

Chrysalide, le nouveau plan triennal d’Alter Way aidera la SSLL à poursuivre sa transformation dès 2020, avec l’aide d’Econocom, son principal actionnaire. L’ESN ambitionne de passer de 20 M€ de chiffre d’affaires en 2019 à 30 M€ dans 3 ans, via une acquisition et de nouvelles implantations régionales notamment.

 

ChannelBP magazine : 2019 est-elle une bonne année pour Alter Way ?

Véronique Torner, la co-présidente et co-fondatrice d’Alter Way, une SSLL filiale de l’intégrateur IT belge Econocom, est aussi administratrice au Syntec Numérique : Oui. Alter Way a franchi en 2019 le cap des 20 M€, essentiellement en France. Notre ESN a bouclé brillamment son plan stratégique 2015-2020 Build4Run, récoltant ainsi les premiers fruits industriels de son partenariat avec Econocom.

 

Quels sont les projets et priorités d’Alter Way pour 2020, année qui marque le début de Chrysalide, votre nouveau plan triennal ?

Notre nouveau plan stratégique Chrysalide doit projeter Alter Way vers de nouveaux horizons numériques plus importants en termes de taille, d'offres. Nous nous inscrivons dans une démarche résolument éco-responsable basée sur nos fondamentaux open source et éthiques. Je précise qu’Alter Way vise désormais les 30 M€ à 3 ans, versus un chiffre d’affaires de 20 M€ en 2019 et de 18.5 M€ en 2018. La recherche de la rentabilité et du désendettement sont des paramètres importants dans ce plan afin de permettre au groupe de préparer l’étape suivante…

 

Alter Way poursuivra-t-il son implantation en région ?

Le groupe dévoilera de nouvelles régions dès 2020. Je rappelle qu’Alter Way a déjà ouvert des agences à Lyon en 2016, à Lille en 2017 et dans le Grand Sud en 2018. Le groupe s’intéresse également à l’international avec l’aide de notre actionnaire Econocom, qui soutient notre nouveau plan stratégique Chrysalide.

 

La prise de participation en 2015 de 66% du capital d’Alter Way par Econocom a-t-elle porté ses fruits ?

Je suis tout à fait satisfaite de cet accord gagnant-gagnant. En cinq ans, Alter Way a doublé son chiffre d’affaires, avec le soutien d’Econocom, qui est passé de 10 millions d’euros en 1995 à 20 millions d’euros en 2019, soit une croissance de +10% soutenue par notre développement en région et deux acquisitions.

 

Alter Way prévoit-il de réaliser d’autres acquisitions dès 2020 pour réussir sa Chrysalide ?

Alter Way en réalisera certainement au moins une autre dans le cadre de son plan stratégique Chrysalide.

 

Que vous a apporté fin 2018 celle d’Osones (2 M€), un intégrateur spécialiste des plateformes Amazon Web Services, Docker et OpenStack ?

L’acquisition d’Osones fin 2018 nous a permis de développer notre activité de conseil "Move to cloud" à destination des grandes entreprises. Alter Way a également renforcé le guichet unique pour les clients initié par le groupe en 2015. Aujourd’hui, le groupe est capable de les accompagner de bout en bout sur ces plateformes web avec du conseil, de l’infogérance et de l’hébergement. Nous sommes fréquemment retenus sur des appels d’offres grâce à cette vision de bout en bout.

 

Econocom peut-il monter au capital d’Alter Way dans le cadre de Chrysalide ?

Oui. Econocom détient toujours environ 60% du capital d’Alter Way.

 

Quelles sont les technologies dans lesquelles Alter Way prévoit-il d’investir en priorité dès 2020 ?
Spécialiste reconnu des plateformes web en Open Source, Alter Way investira encore plus dans les technologies d'infrastructures Cloud (Kubenetes et Docker) et dans les technologies de développement d'applications web, plus servicielles, plus mobiles.

 

L’acquisition pour 34 Md$ par IBM de Red Hat, l’éditeur d’une distribution open source, a-t-elle revalorisé significativement les acteurs de l’Open Source ?

Oui, car le rachat de Red Hat par IBM est stratégique. La reconnaissance de l’importance de l’Open Source dans l’IT s’est donc accrue. Elle avait déjà bien progressé grâce au Cloud, qui fait la part belle aux technologies et services en Open Source depuis quelques années. Les SSLL et éditeurs de solutions en Open Source sont devenus des interlocuteurs de premier plan. La preuve, les DSI ne nous invitent plus, comme il y a 10 ans, à ne discuter qu’avec leurs développeurs. Toutefois, ces valorisations très importantes s’appliquent un peu moins aux « petits » acteurs de l’Open Source.

 

Olivier Bellin

bellin@channelbp.com,

#channelbp.com, #CBPMagazine, #CBP,
#DATACLOUDADVISOR.COM, #Bellin, #BellinCBP

Moyenne: 5 (1 vote)
Réseaux sociaux :
Twitter Facebook Google LinkedIn

Autres articles sur le même sujet :

Mots clefs :