Playboy slot reviewhttp://playboyslotreview.com/

1st European collaborative IT BtoB webmagazine

Resadia va compléter le maillage de son réseau de data centers régionaux

publié le mercredi 02/09/2015

Les associés du groupe de revendeurs Resadia prévoit l’ouverture de nouveaux data centers de proximité dès 2016. Ils ont déjà inter connectés 10 data centers régionaux pour proposer des services Cloud, mutualisés ou non, à leurs clients implantés dans quelques 150 villes en France. Selon Pascal Chavernac, leur président depuis 2008, « 100% de nos 90.000 clients s'intéressent aux services cloud..., si cela répond à leurs problématiques métiers ».

 

 

Magazine CBP (www.channelbp.com) : Resadia, le groupement de revendeurs IT qui vous a réélu à sa tête en juin, a tenu son conseil d'administration cet été, qu'est-ce qui a changé à cette occasion ?

 

Pascal Chavernac, président depuis 2008 de Resadia, un groupe composé de 33 revendeurs IT, et PDG notamment du VAR Sigma Méditerranée depuis 1991 : Notre comité de direction a changé. Marc Detrez (Européenne de Communication et de Service), Luc Mignottes (Activium) et Michel Tranchant (MC Groupe) en sont sortis. Ils sont remplacés par Jérôme Comin (Groupe Scopelec), Jacqueline Blume (Telmo), Francis Letellier (Infocentre/Esus). Le groupe Alma, qui ne représentait qu’environ 10% de l'activité de Resadia a quitté le groupe. Il ne se reconnaissait plus suffisamment dans notre stratégie car Alma développe essentiellement des logiciels, de CAO/DAO notamment. Je rappelle que les 33 revendeurs informatique et télécoms du groupe ont généré 637 millions d’euros de chiffre d'affaires en 2014 avec 5000 salariés répartis sur 157 sites en France.

 

Avez-vous aussi décidé du lancement de nouveaux services ?

Nous allons renforcer nos services mutualisés pour disposer de nouveaux produits communs à commercialiser (back up, sécurité, etc.). A commencer par ResaCloud, qui regroupe nos offres Cloud, ainsi qu'un service d’hébergement mutualisé déjà partagé par plusieurs de nos associés. C'est l'un des axes forts de notre développement actuel. Nous avons donc parlé cet été du raccordement, dès 2016, de nouveaux data centers régionaux à notre réseau existant, lequel compte déjà une dizaine de data centers opérés par certains de nos 33 associés. Resadia prévoit ainsi d'enrichir son réseau Cloud de proximité, dont les services Cloud sont accessibles par tous nos clients dans quelques 150 villes en France.

 

Resadia va-t-il investir lui-même dans la création de ces nouveaux data centers ?  

Non. Notre stratégie n'est pas de devenir propriétaire des bâtiments de nos data centers, sauf pour Telis à Monaco, car nos adhérents ne sont pas des promoteurs immobiliers. Ils préfèrent se concentrer sur leurs métiers d'intégrateurs et la vente de services à valeur ajoutée du type PRA, etc. Nous allons donc faire appel à des professionnels de l’hébergement.

 

Quels facteurs différenciateurs Resadia va-t-il offrir aux entreprises avec ces nouveaux data centers car il en existe déjà des dizaines en région ?

Une vraie qualité de service tout d'abord. Le modèle économique de Resadia n'est pas basé sur du « low cost ». Nous proposons des services d'hébergement et d'intégration de qualité et de proximité. Et donc une donnée que nos clients peuvent maîtriser. Noël Minard est le premier de notre réseau à avoir investi pour être agréé hébergeur de données de santé. Cet investissement lui permet de monter dans la chaîne de valeur. Nous développons aussi une plate-forme Cloud sur la base d'un référentiel technique unique qui permet à tous nos adhérents de disposer d'une infrastructure commune.

 

Où sont situés les data centers de vos adhérents ?

Un data center est situé à Rennes chez TDF et un data center de secours est installé chez Cogent à Vélizy. Il est mutualisé au sein du groupement, notamment pour nos membres parisiens. Celui de Sigma à Toulouse est également chez Cogent, de même que ceux d'A2Com et d’Oceanis. Quant à Activium, il dispose lui de son propre data center.

 

Pourquoi les membres de Resadia investissent-ils autant dans le Cloud ?

Pour répondre aux demandes de nos clients tout d'abord. Fort heureusement, nos membres ont pris conscience il y a cinq ans de l'importance croissante du Cloud pour leurs activités. Raison pour laquelle nos différentes offres Cloud (Iaas, Saas, Taas et Staas) sont désormais matures. C'est possible car la majorité de nos associés ont tout d'abord sauté le pas des services, une activité qui représente désormais les deux tiers, voire les trois quarts de leur chiffre d'affaires total. Tant mieux, car le prix et les marges arrière des produits ne cessent de diminuer.

 

N'avez-vous pas un projet de reprise en marque blanche de vos offres Cloud mutualisées au sein de Resadia ?

Tout à fait. La mutualisation de nos services et accès en marque blanche permet à tous nos adhérents de commercialiser des services qu'ils ne pourraient pas s'offrir seuls, car ils n'en n'ont ni les moyens, ni les équipes, ni même le savoir-faire parfois. Contrairement à d'autres opérateurs Cloud, chaque acteur du groupe peut ainsi les personnaliser, et les vendre en marque blanche quand c’est possible.

 

Qu'est-ce qui a changé dans les comportements d'achat des entreprises depuis l'arrivée des offres Cloud ?

Je constate un changement de paradigme commercial chez elles. Désormais, elles achètent davantage un produit ou un service à consommer plutôt qu'un équipement à utiliser. 100% de nos quelques 90 000 clients s'intéressent donc aux services cloudifiables..., si cela répond à leurs problématiques métiers. En effet, le Cloud ne les intéresse pas spécialement en propre. Raison pour laquelle quand un client veut changer son PABX, nous lui proposons toujours deux offres désormais, dont l'une dans le Cloud. Le passage vers le Cloud leur paraît ainsi plus facile, voire naturel.

 

Quelles sont les autres technologies IT ou marchés sur lesquels vos associés investissent le plus en 2015 ?

Nous avons des associés plus télécoms que d’autres nativement, qui s'intéressent donc davantage à la vidéo surveillance, à la vidéo protection et à l'IP convergence par exemple. Nous étudions également le développement des objets connectés.

 

Prévoyez-vous de recruter de nouveaux adhérents en 2015 ?

Oui, Resadia doit encore améliorer sa couverture commerciale, dans le sud-est notamment, car nous ne sommes pas encore présents à Marseille ou à Bordeaux par exemple, voire à Lille sur la partie informatique pure. Cela nous empêche parfois de répondre à certains appels d'offres nationaux. Je précise que nous ne recrutons que certains profils spécifiques, sur des bases éthiques notamment, et pas uniquement financières. L'altruisme est une valeur fédératrice chez Resadia, où la notion d'échange entre associés est aussi obligatoire.

 

Pensez-vous que les différents groupements de revendeurs IT actuels sont assez représentatifs en France ?

Je connais bien le sujet car j'ai déjà vécu un rapprochement en 2003 entre les groupements Aredia et Resatis. Il y a 12 ans, ce type de convergence entre deux mondes IT différents n'était déjà pas facile à concilier... et il ne l'est pas davantage en 2015. Notre génétique a beau être identique aujourd'hui, il est toujours difficile de greffer massivement des cultures différentes. La difficulté d'un éventuel rapprochement entre groupements IT réside dans la gestion des chefs d'entreprise qui les composent, et non pas uniquement de leurs salariés.

 

 

 

Pascal Chavernac

Le serial entrepreneur autodidacte

 

 

Pascal Chavernac est le président et fondateur depuis 1991 de Sigma Méditerranée, une SSDI basée à Carcassonne (11), mais aussi d'Abac Informatique, un revendeur spécialisé dans le Cloud, d'Alpha Formation, un centre de formation informatique, d'Actua Technologie, un revendeur spécialisé dans les télécoms.

 

Il préside également plusieurs autres sociétés dans l'informatique, dont le Groupe Resadia depuis 2008, un groupement de 33 revendeurs informatique et télécoms générant 637 millions d’euros de CA avec 5000 salariés répartis sur 157 sites en France.

 

Véritable serial entrepreneur, Pascal Chavernac dirige aussi les sociétés Dauphin Laveur, Niro et Sofadex, toutes spécialisées dans le CarWashing

 


Et quand il ne dort pas, il officie également en tant que :

 

Juge et Président de Chambre au Tribunal de Commerce de Carcassonne

Vice-Président et membre fondateur de l’association  LeadeR en Languedoc-Roussillon

Vice-président du C.E.C Club des chefs d’entreprise du Carcassonnais            

Membre fondateur  de la P.I.L Plateforme d’Initiative Locale du Carcassonnais

Secrétaire et membre fondateur de la Pépinière d’entreprise de Carcassonne

Conseiller technique à la CCI de Carcassonne Limoux Castelnaudary

Membre du comité d’I.N.T.S Intelligence Numérique et Technologie

Membre du comité d’administration d’INVEST Sud de France

Membre du comité d’administration du Groupe OCTANTIS

Ambassadeur de l’agglo du Pays Carcassonnais.

 

 

Pascal Chavernac a reçu plusieurs distinctions récompensant son parcours atypique de serial entrepreneur autodidacte. Bravo.

 

2014 Lauréat du 12ième trophée du Numérique en Midi Pyrénées

2013 Lauréat des Victoires des Autodidactes Harvard Business School & Mazars

2010 Grand Prix Objectif L.R Décideur de l’année de l’Aude

2009 Trophée de l’INPI (Institut national de la Propriété Industrielle) pour AlloBoxTV

2009 Trophée de l’E-santé pour AlloBoxTV

2009 Trophée d’Or de l’innovation pour AlloBoxTV

1998 Mercure d’OR du Ministère du Commerce et de l’Industrie

 

Autres articles sur le même sujet :

Mots clefs :

Trouver un partenaire dans votre région

tory burch glasses https://eyeweardock.com/shop/brand/tory-burch/